#Canada, Vidéos

Jagmeet Singh, nouveau chef du NPD fédéral

TORONTO – L’Ontarien Jagmeet Singh a remporté la course à la chefferie du Nouveau Parti démocratique (NPD) dès le premier tour, dimanche 1er octobre.

BENJAMIN VACHET
bvachet@tfo.org | @BVachet

Il n’y aura donc pas eu de suspens. Alors que les pronostics, basés sur le financement des candidats, la taille de leur équipe et le nombre des membres s’étant déjà prononcés par la poste, semblaient mettre au coude à coude Jagmeet Singh et Charlie Angus, c’est finalement le premier nommé qui l’a emporté.

M. Singh devait récolter plus de la moitié des voix pour gagner la course à la chefferie dès le premier tour. Malgré son inexpérience en politique fédérale, l’élu provincial de Bramalea-Gore-Malton, en Ontario, a gagné son pari et devient le premier Canadien issu d’une minorité visible à diriger un parti fédéral.

Il a récolté 53,8 % des voix, soit 35 266 des 65 782 votes, devançant largement Charlie Angus, Niki Ashton et Guy Caron.

 

Dans son discours de victoire, en anglais et en français, M. Singh s’est montré très ému.

«Je n’ai pas de mots. C’est un incroyable honneur!», s’est-il exclamé avant de remercier le chef sortant, Thomas Mulcair. «Thomas a été la pièce maîtresse de notre percée au Québec», a-t-il souligné.

Se donnant comme priorité la lutte aux changements climatiques, la réforme électorale et la réconciliation avec les peuples autochtones, M. Singh s’est dit prêt pour la prochaine élection fédérale de 2019.

«Nous sommes le parti qui va bâtir un Canada meilleur. C’est en nous qu’on voit le futur de notre pays. Imaginez ce qu’on pourrait faire de plus ensemble. (…) Il y a une soif au Canada pour bâtir un Canada inclusif où chacun peut réaliser ses rêves. Notre devoir envers les Canadiens est de former le prochain gouvernement. Aujourd’hui, je lance officiellement ma campagne pour être le prochain premier ministre du Canada!»

 

Message aux francophones

Le nouveau chef du NPD a également lancé un message aux francophones du Québec et du pays, en établissant un parallèle avec l’histoire de ses parents.

Jagmeet Singh, à gauche de Charlie Angus. Crédit image: Jean-François Morissette

«Mes parents m’ont raconté qu’au cours de leur enfance, leur langue n’était pas respectée, ce qui a provoqué en eux un sentiment de honte. Enfant, j’ai découvert que les Québécois ont fait face à des pressions similaires en lien avec leur langue et leur identité. C’est à ce moment-là que je me suis engagé à apprendre le français par solidarité envers les francophones du Québec et du Canada. Je sais ce que c’est d’être opprimé à cause de sa langue et de son identité et je sais l’importance de transmettre sa langue et sa culture. Je serai un allié dans la défense et la promotion de votre langue et de votre culture!»

Durant la campagne, celui qui s’exprime en français avec quelques hésitations, avait assuré à #ONfr faire du bilinguisme et de la promotion des deux langues officielles une priorité.

«Je ne suis peut-être pas francophone, mais je suis un francophile. En Ontario, on a vu comment le NPD avait poussé pour l’université franco-ontarienne, avec ma collègue France Gélinas. Ça demande du travail, mais il faut reconnaître le riche héritage francophone à travers le pays. Nous devons nous doter de programmes pour promouvoir l’apprentissage des deux langues officielles et développer des services publics bilingues à travers tout le pays», expliquait le polyglotte ontarien et avocat de formation dans un article traitant des priorités des candidats à la chefferie néo-démocrate en matière de langues officielles.

 

Convictions religieuses

Âgé de 38 ans, M. Singh est originaire de Scarborough, dans la grande région de Toronto. Avant de se lancer en politique, il a travaillé comme avocat de la défense en droit criminel. En 2011, il a été élu député provincial néo-démocrate dans Bramalea-Gore-Malton. Depuis deux ans, il était le chef adjoint du NPD de l’Ontario.

De confession sikhe et pratiquant, M. Singh porte le turban et le kirpan. Ses convictions religieuses ont fait l’objet de plusieurs questionnements durant la course à la chefferie, notamment quant à la capacité de M. Singh de séduire l’électorat québécois, réputé plus sensible sur la délicate question de la séparation de l’église et de l’État. En entrevue avec #ONfr, le député ontarien avait tenté de rassurer les sceptiques.

«Je respecte la séparation entre la religion et l’État et contrairement à Andrew Scheer, mes convictions religieuses n’influencent pas ma capacité à lutter pour des droits égaux pour tous les Canadiens, comme sur la question du mariage entre gens du même sexe ou sur l’avortement.»

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !

Benjamin Vachet
Benjamin Vachet
bvachet@tfo.org @BVachet

Originaire de France, Benjamin Vachet vit au Canada depuis plus de dix ans. Titulaire d'un baccalauréat en Administration économique et sociale et d'une maîtrise de journalisme, il a commencé sa carrière en France, avant de la poursuivre au Canada. Il a travaillé pour les hebdomadaires Le Reflet, puis L’Express Ottawa et pour la radio francophone d’Ottawa, Unique FM. Il a rejoint le Groupe Média TFO en 2014. Passionné de politique ontarienne, fédérale et internationale, Benjamin cumule plus de treize années d’expérience en presse écrite, radio et télévision.