Passer au contenu Passer au pied de page

Pourquoi les prochains mois seront cruciaux pour les francophones

Temps de lecture : 2 minutes

[ANALYSE]

TORONTO – À quelques jours près, l’énoncé économique présenté la semaine dernière correspondait avec le premier anniversaire du « jeudi noir ». À la lecture du document d’une centaine de pages, on a compris que pour les Franco-Ontariens, un seul et même mot dominait : le statu quo.

Les références aux francophones se sont limitées aux confirmations du protocole d’entente avec le gouvernement fédéral pour l’Université de l’Ontario français (UOF), du Programme d’appui à la francophonie ontarienne (PAFO) et des déclarations de bonne volonté à la promotion de la culture. Du réchauffé ni plus ni moins.

Trois sentiments se dégagent pour les francophones. D’abord, le soulagement. Ce deuxième énoncé économique – une sorte de mise à jour des comptes provinciaux entre les budgets du printemps – n’a rien à voir avec celui catastrophique de l’an passé. On se souvient de l’annulation provisoire du projet de l’UOF et de la suppression du poste du commissaire aux services en français.

Il y a aussi une certaine frustration. En comparaison au 15 novembre 2018, les Franco-Ontariens s’en sortent bien, mais ne sont pas plus avancés. L’énoncé économique ne comporte aucune mention à la modernisation de la Loi sur les services en français ou d’un retour à l’indépendance du commissaire. Pas de bonbon, en somme, significatif.

Pour certains, il y a aussi une satisfaction. Il est faux de dire que tous les organismes francophones n’y trouvent pas leur compte avec le gouvernement de Doug Ford. « L’orientation politique est intéressante. La francophonie n’est pas folklorisée, mais liée au développement économique », faisait-on savoir du côté du Conseil de la coopération de l’Ontario à la lecture de l’énoncé.

La Société économique de l’Ontario (SÉO) s’aligne aussi en partie sur cette idéologie « pro-business » du gouvernement progressiste-conservateur.

L’indépendance du commissaire comme objectif

Reste que ce deuxième énoncé économique des troupes de Doug Ford n’entrera jamais dans l’histoire. L’essentiel est peut-être même à venir, tant les prochains moins seront cruciaux pour les francophones.

D’une, il va s’agir maintenant de convaincre Caroline Mulroney de l’utilité de moderniser une Loi sur les services en français vieille de 30 ans. Jusqu’à maintenant, la ministre des Affaires francophones s’est contentée d’écouter les recommandations, sans se prononcer.

En ressassant que le commissaire aux services en français, désormais rattaché au bureau de l’ombudsman, conservait toute son indépendance, la ministre semble par ailleurs fermer la porte à la revendication principale de l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO) depuis plusieurs semaines : un commissaire pleinement détaché de toute tutelle comme ce fut le cas pendant les cinq ans précédant le « jeudi noir ».

La poursuite de l’austérité budgétaire

Confronté à un déficit qu’il estime maintenant à neuf milliards de dollars, le gouvernement ontarien pourrait profiter du dépôt du prochain budget au printemps pour quelques ajustements décisifs. Le moment serait alors idéal pour l’équipe de Doug Ford de sortir le couperet pour de bon, avant de mettre la pédale douce pendant les deux dernières années de son mandat.

S’il y a peu de chances de revivre la catastrophe de novembre 2018, de nouvelles coupes pourraient tout de même avoir des « dommages collatéraux » pour les Franco-Ontariens dans les domaines de l’éducation et de la santé.

Les prochains mois nous révéleront si le « jeudi noir » ne fut qu’une parenthèse ou le réel déclenchement d’un recul pour les francophones. La balle est dans le camp de Caroline Mulroney.

Cette analyse est aussi publiée dans le quotidien Le Droit du 11 novembre.

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !
2+