#Francophonie, #Ontario

10 erreurs qui pourraient menacer le français en Ontario

Atelier sur les erreurs à éviter au Congrès de l'Assemblée de la francophonie de l'Ontario. Crédit image: Étienne Fortin-Gauthier

RICHMOND HILL – Les propos controversés de Denise Bombardier sur la vitalité des communautés francophones du pays continuent à faire réagir. Lors d’un atelier du congrès de l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO), les leaders de la francophonie ontarienne se sont «amusés» à identifier des comportements qui pourraient mener les Franco-Ontariens à leur perte.

ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER
efgauthier@tfo.org | @etiennefg

«On a été embauché par une Québécoise, Denise Bombardier, pour présenter cet atelier. On veut savoir comment on peut ne pas intéresser les gens à la politique francophone et laisser mourir la francophonie», a lancé à la blague Dènik Dorval, du Conseil de coopération de l’Ontario et animateur de cet atelier original, qui a attiré des dizaines d’intervenants de la communauté franco-ontarienne.

Bien que l’ironie et le sarcasme aient été utilisés pour identifier les obstacles à l’émancipation de la communauté franco-ontarienne, il demeure que les problématiques sont sérieuses et très réelles, selon les participants.

Voici en dix points, dix problèmes soulevés lors de cet atelier.

«Ne pas intéresser les gens aux enjeux politiques francophones»

«Le désintérêt des gens pour les enjeux politiques de la population francophone a un prix. Pour ne pas être en mode survie, mais plutôt en mode prospérité, il faut agir et s’impliquer», a affirmé Dènik Dorval en ouverture de l’atelier, de pair avec ses comparses Isabelle Chouinard et Anthony Miron du Centre régional de recherche et d’intervention en développement économique et communautaire (CRRIDEC). «On va devoir commencer à identifier pourquoi les gens ne s’engagent pas et parler franchement du désintérêt politique des francophones en Ontario», a-t-il ajouté.

«Inscrire les élèves francophones dans des écoles anglophones»

Trop d’élèves francophones atterrissent dans des écoles anglophones, a pour sa part dénoncé Louis Kdouh de l’organisme Parents partenaires en éducation. «Les parents de certains jeunes qui ont le droit d’aller dans les écoles francophones ne savent parfois même pas qu’il y a des écoles francophones! On en est là. Ils vont donc vers le système anglophone et on les perd. Il faut mieux mobiliser les parents et favoriser une meilleure circulation de l’information auprès-d’eux», dit-il.

«Ne pas avoir de modèles franco-ontariens»

Il faut plus de leaders inspirants dans la communauté franco-ontarienne, a avancé Pascale Montminy, du collège La Cité. «Pour nos jeunes, c’est essentiel d’avoir des modèles. Je voudrais voir plus de gens impliqués en politique active et qui n’ont pas peur de prendre la place qui leur revient», a-t-elle indiqué. Tout en saluant l’implication de femmes politiques comme Marie-France Lalonde ou Nathalie Des Rosiers, elle affirme que plus de citoyens francophones doivent prendre part à la vie publique.

Atelier sur les erreurs à éviter au Congrès de l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario. Crédit image: Étienne Fortin-Gauthier

«Encourager l’insécurité linguistique»

Le dossier de l’insécurité linguistique fait parler depuis longtemps en Ontario français. «C’est toute l’idée qu’il n’y a qu’une seule bonne façon de parler français. Que le français de France est mieux que celui du Québec. Que celui du Québec est mieux que celui qu’on parle en Ontario. Et que le français des grands centres de l’Ontario est mieux que celui des régions», confie Thomas Mercier de l’Association des francophones du Nord-Ouest de l’Ontario (AFNOO). «Un jeune de Geraldton qui s’en va à Montréal va se faire reprendre dix fois quand il va parler français et finalement, il va se tourner vers l’anglais», dénonce-t-il.

«Que les médias ignorent l’existence des francophones hors Québec»

«Dans un bulletin national francophone, toute l’attention est tournée vers le Québec. Pourtant, il y a un million de francophones à l’extérieur du Québec. Le résultat: on ne veut plus écouter ces bulletins. On ne s’y reconnait pas», affirme Réjean Grenier, leader francophone du Nord de la province. «Ça a deux conséquences: d’abord, on ignore nos réalités, ensuite, les Québécois ignorent notre existence», ajoute-t-il.

«Tourner le dos aux alliés francophiles»

Alison Stewart est une anglophone qui a appris le français et qui a passé à peu près toute sa carrière dans des organismes francophones. «La communauté doit être plus inclusive», dit-elle. «Oui, il y a des francophones de souche, mais il faut s’assurer de développer le sentiment d’appartenance des nouveaux arrivants et des francophiles, comme moi. Les inviter à participer aux discussions», affirme-t-elle.

«Ignorer la mosaïque francophone»

«Je crois que la communauté franco-ontarienne doit absolument parler davantage de la contribution des francophones des communautés ethniques», affirme Jean-Marie Vianney, de la Coalition des Noirs francophones de l’Ontario (CNFO). «Il faut absolument favoriser une participation active des immigrants à la vie de la société franco-ontarienne», ajoute-t-il.

«Ne pas demander des services en français»

Magali Hureau du Conseil des écoles publiques de l’Est de l’Ontario (CEPEO) affirme que les choses seraient bien différentes si les francophones demandaient leurs services en français. «L’autre jour, j’ai été au Canadian Tire à Ottawa et sans me poser de questions, j’ai demandé à une employée mes questions en anglais. En m’entendant parler à ma fille en français, elle a commencé à le faire aussi», raconte-t-elle. «Il faut montrer l’exemple à nos enfants et au minimum dire bonjour en arrivant dans un commerce», insiste-t-elle.

«Ne pas revendiquer ses droits linguistiques»

Caroline Bourret, conseillère scolaire de la région York pour le conseil scolaire Mon Avenir, affirme que les Franco-Ontariens doivent se battre pour faire respecter leurs droits. «Le problème est que l’anglais est souvent l’option par défaut. Lors des élections scolaires, tout le monde est inscrit en anglais d’abord. Si on s’inscrit en français, puis qu’on déménage, on est de nouveau inscrit en anglais. Ce n’est pas normal», a-t-elle affirmé.

«Ne pas bâtir la fierté de notre jeunesse»

Rita Giroux-Patience de London s’attriste de constater que plusieurs élèves sont gênés de parler français. «Je le vis avec mes élèves. Ils ont parfois peur de participer à des concours provinciaux, car ils sont gênés de leur français. Il faut bâtir la confiance et bâtir la fierté de cette jeunesse pour le français», dit-elle.

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !
25+

Étienne Fortin-Gauthier
Étienne Fortin-Gauthier
efgauthier@tfo.org @etiennefg

Étienne Fortin-Gauthier est journaliste depuis une dizaine d’années. Il a collaboré à plusieurs grands médias canadiens et européens, dont La Presse Canadienne, le quotidien La Presse, l’Agence France-Presse et le groupe de presse L’Avenir (Belgique). Il s’est initié aux dossiers de la francophonie canadienne lors d’un séjour au Réseau francophone d’Amérique, qui travaille de près avec les stations radiophoniques francophones en milieu minoritaire. Étienne est diplômé de l’École des affaires publiques et internationales de Glendon, à Toronto, et du programme bidisciplinaire en communication et science politique de l’Université de Montréal.