Passer au contenu Passer au pied de page

Être bilingue en Ontario, pas si pertinent que ça sur un CV

Temps de lecture : 4 minutes

Si tous les acteurs du secteur accordent leurs violons pour dire que maîtriser les deux langues officielles du pays pour les demandeurs d’emploi en Ontario représente une réelle valeur ajoutée sur le marché du travail par rapport aux personnes unilingues, ce n’est pas le cas selon certains francophones établis dans la province. Quelques-uns vont jusqu’à omettre délibérément de mentionner sur leur CV le côté français de leur bilinguisme. Voilà pourquoi.

C’est dans cet exutoire anonyme que sont les réseaux sociaux que l’on pourrait déceler le phénomène. Certains francophones, dont une partie des nouveaux arrivants, dissimulent à leurs employeurs anglophones le fait qu’ils sont bilingues, du moins sur leur curriculum vitæ qu’ils présentent aux entretiens d’embauche.

Et pourtant, selon une étude de Conference Board du Canada, les bilingues participent à hauteur de 10 % du Produit intérieur brut (PIB) au Canada hors Québec, alors que ce ratio est de 12 % en Ontario, soit un peu plus que la proportion des bilingues dans la province. Il est donc clair que le poids économique des personnes bilingues n’est nullement à remettre en question.

C’est probablement ce constat chiffré qui fait dire à Greg Benadiba, président de Bilingual Source, une compagnie spécialisée dans le recrutement des bilingues, que « personne ne devrait éviter de mentionner son bilinguisme sur son CV. Il y a plusieurs opportunités pour ces candidats, et ne pas le mentionner est une très grande erreur. La langue française est notre plus grand atout, surtout à Toronto ».

Greg Benadiba, président de Bilingual Source. Gracieuseté

Parce que bilingue rime avec centre d’appels

Les raisons invoquées par les personnes concernées pour expliquer ce comportement sont doubles. D’abord, une peur bleue d’être dirigé par les chasseurs de têtes et/ou les agences de recrutement vers les postes de téléopérateurs dans des centres d’appels ou vers des fonctions dédiées aux services à la clientèle d’une manière générale, c’est-à-dire des statuts dit entry level ou juniors.  

Cette crainte est d’autant plus justifiée que, d’après notre simulation, 70 % des offres d’emploi publiés dans des plateformes comme LinkedIn et qui requièrent le bilinguisme comme critère obligatoire d’admission sont liées aux services à la clientèle. Une proportion validée par les agences de recrutement rencontrées.     

« Les agences travaillent comme ça ! Ils orientent les nouveaux arrivants francophones directement vers les centres d’appels, quel que soit les compétences et l’expérience antérieures du candidat. C’est monnaie courante », dénonce cette Franco-Ontarienne installée depuis un an dans la province et qui préfère répondre au nom d’emprunt de Sarah.

Sarah en veut pour preuve sa mauvaise expérience : « Lorsque je me suis présentée à une agence de recrutement bilingue, ils ont vite fait de me faire comprendre qu’ils n’avaient aucune offre de travail dans mon domaine d’expérience, tout en me proposant et en me vantant les mérites d’un poste dans un centre d’appels. Or, quand j’ai vérifié, ils avaient bien une offre qui correspondait parfaitement à mon profil. Quand je leur ai mentionnée, ma demande est restée lettre morte. »  

Pour sa part, Marijke Kanters, directrice de l’agence Nevian Bilingual, ne nie pas l’existence de tels agissements à petite échelle et fait remarquer que « certaines personnes francophones sont prudentes lorsqu’il s’agit de mentionner leurs compétences en matière de communication pour la principale raison que les postes bilingues ont tendance à être de niveau junior ou intermédiaire, alors que la plupart des postes de niveau supérieur n’exigent pas le bilinguisme ».

Et d’ajouter  : « Si une personne francophone a trop d’ancienneté ou possède une solide expérience professionnelle évidente (comptabilité, marketing, médecine, etc.), elle ne sera probablement pas prise en considération pour les postes liés au service à la clientèle. »

Marijke Kanters, directrice de l’agence Nevian Bilingual. Gracieuseté

Le français, un décélérateur de carrière

L’autre raison derrière ce dénigrement linguistique qui s’installe plus dans la durée est intrinsèque à la carrière. En effet, d’après Mme Kanters, « l’un des plus gros problèmes auxquels sont confrontés les professionnels bilingues est qu’il est possible qu’ils ne progressent pas dans leur carrière aussi rapidement qu’ils le souhaiteraient. Certains employeurs préfèrent garder leurs employés bilingues à leur poste plus longtemps, voire à leur refuser des promotions pour cette raison ».

Et pour cause, le déficit des travailleurs francophones que connaît la province pousse une partie des employeurs à vouloir garder, vaille que vaille, leurs employés francophones qui gèrent des tâches nécessitant la maîtrise du français, quitte à renoncer à les promouvoir puisqu’il n’y a personne pour les remplacer.    

« Malheureusement, ceci est vrai pour certaines entreprises. Je pense que toute entreprise qui retient les gens de cette façon est myope. Les bons candidats trouveront de meilleures options, ailleurs », confirme M. Benadiba.

Recommandations

Afin d’éviter de se retrouver dans pareilles situations, Frédéric Boulanger, directeur du Collège Boréal à Windsor qui compte des services d’emplois bilingues, préconise aux nouveaux arrivants de passer par des organismes francophones dans leur quête d’emploi.    

« Je ne vous contredirai pas là-dessus. Les offres d’emplois qui demandent le bilinguisme proviennent pour beaucoup des centres d’appels. Mais en ce qui nous concerne, on est plus axé sur l’objectif de carrière à long terme. C’est pour cela que je conseille à ces candidats de passer en priorité par des structures comme la nôtre », promeut-il.

Frédéric Boulanger, directeur du Collège Boréal à Windsor. Gracieuseté

À plus long terme, Marijke Kanters recommande aux Franco-Ontariens bilingues désireux de faire carrière de s’assurer de rester au moins deux ans dans le ou les premiers emplois. Le risque étant de tomber dans l’infini engrenage des postes contractuels.

       

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !