#Francophonie, #Ontario

Le français absent du congrès de l’Association des municipalités de l’Ontario

Crédit image: Sébastien Pierroz

OTTAWA – «Welcome, bienvenue», l’annonce à l’entrée du Centre Shaw pour le congrès de l’Association des municipalités de l’Ontario (AMO) peut prêter à confusion. L’événement, mélange avant tout d’activités de réseautage et de présentations, est complétement unilingue, a observé #ONfr. De nombreuses délégations de municipalités francophones étaient pourtant à Ottawa pour les quatre jours de l’événement terminé ce mercredi.

SÉBASTIEN PIERROZ
spierroz@tfo.org | @sebpierroz

Présentations uniquement en anglais, idem pour la documentation et même jusqu’au site web de l’événement, tout s’est passé uniquement en anglais dans les larges salles du Centre Shaw.

De quoi rendre amer certains élus francophones. «Ici, c’est vraiment unilingue», fait part la députée-maire [L’équivalent de mairesse-adjointe] de Rivière des Français, Gisèle Pageau. «Je suis surprise, car en tant qu’association provinciale, je ne peux pas comprendre pourquoi ils n’ont pas d’activités francophones. Nous avons en effet beaucoup de défis séparés des municipalités anglophones. Nous avons, par exemple, plus de coûts de traduction, car il faut présenter notre matériel dans les deux langues, ce qui fait que nos coûts sont plus élevés que les municipalités unilingues.»

La députée-maire de Rivière des Français, Gisèle Pageau. Crédit image: Sébastien Pierroz.

Élu pour la première fois à Casselman en 1985, le maire Conrad Lamadeleine connaît bien les congrès de l’AMO. «Celui de cette année était très bon. J’ai beaucoup aimé la présentation de ce matin sur le cannabis, mais je dois reconnaître que tout était unilingue, que ce soit les documents, mais aussi les annonces, les publicités. Les années précédentes, il y avait au moins un drapeau franco-ontarien, et des présentations en français.»

Le vétéran municipal, non-candidat à sa succession lors des élections cet automne, entend bien écrire au premier ministre de l’Ontario pour lui rapporter cette absence. «J’ai déjà écrit trois fois à Doug Ford sur d’autres sujets et j’ai toujours reçu une réponse.»

Michel Arseneault, maire de Smooth Rock Falls, vient de sortir d’une rencontre avec Greg Rickford, ministre de l’Énergie, du Développement du Nord et des Mines, et ministre des Affaires autochtones, lorsque nous le croisons. Durant les quatre jours de congrès, l’agenda des élus municipaux est souvent noirci par ces rencontres avec les ministres ou députés. «La langue française est pas mal absente, oui, mais c’est surtout parce que c’est l’association de toutes les municipalités de l’Ontario. Nous autres, on est tous bilingues. Le constat est plus pour nous qu’il n’y a rien sur le Nord, et cette association reste trop basée sur les sujets du Sud de l’Ontario.»

Et de poursuivre: «Concernant Smooth Rock Falls, c’est important de dire notre histoire aux ministres pour qu’ils sachent ce qui se passe chez nous. On avait une industrie, on a perdu 230 emplois en 2006, on en train de se rebâtir.»

Le maire de Smooth Rock Falls, Michel Arseneault. Crédit image: Sébastien Pierroz

On comprend donc que malgré l’absence de français, les enjeux provinciaux prennent tout de même le dessus. D’autant que cette édition 2018 de l’AMO est intervenue dans un contexte particulier pour les municipalités: arrivée au pouvoir du nouveau gouvernement de Doug Ford, inquiétude quant à l’application de la vente de cannabis ou encore, rumeurs de réduction des élus aux conseils municipaux sur le modèle ce qui a été imposé à la Ville de Toronto. De passage lundi dernier au congrès, M. Ford s’est montré rassurant sur ces enjeux.

Mais d’autres questions demeurent, comme nous l’explique le conseiller municipal à Casselman, Daniel Lafleur. «C’est la première fois que le Parti progressiste-conservateur profite d’un événement pour sortir publiquement. Avec les Comtés unis de Prescott et Russell (CUPR), nous avons rencontré le ministre de l’Agriculture, Ernie Hardeman, sur l’histoire des taxes, et des représentants du ministère du Logement pour les sensibiliser sur le manque de logements dans les résidences de personnes âgées.»

 

Aucune demande en français, se défend l’organisation

Jointe par #ONfr, l’entreprise Redbrick qui assure les communications pour l’AMO au cours des quatre jours, nous indique ne plus recevoir aucune demande de traductions, ni d’activités en français, de la part des municipalités francophones depuis trois ans.

C’est finalement Gary McNamara, un ancien président de l’AMO et maire de Tecumseh, qui nous explique la situation. «C’est un fait qu’il n’y a pas de demandes, mais si on en avait, c’est quelque chose que nous pourrions accommoder facilement, ça ferait même du bon sens.»

M. McNamara promet de parler du cas de figure lors des prochaines réunions de l’AMO, notamment l’idée d’une traduction dans les deux langues du site web de l’AMO. «On peut vraiment faire une meilleur job.»

Dès lors, les événements de l’AMO entrent-ils dans le cadre de la Loi sur les services en français (LSF)? Le bureau du commissaire aux services en français, François Boileau, affirme que non, nous référant à la loi emblématique de 1986: «Nous aimerions apporter une précision selon laquelle l’AMO n’est pas elle-même assujettie à la Loi sur les services en français. Cette même loi permet en revanche aux municipalités d’adopter un règlement sur la langue utilisée pour les services aux citoyens. Mais l’adoption d’un tel règlement n’a pas d’impact sur la langue des communications du groupement de municipalités.»

 

En attendant le congrès de l’AFMO

Il y aura finalement un autre congrès dans un mois qui aura son importance pour une trentaine de ville francophones. Celui de l’Association française des municipalités de l’Ontario (AFMO) à Kirkland Lake, du 19 au 21 septembre.

Le président de l’Association française des municipalités de l’Ontario, Claude Bouffard, lors du congrès annuel de l’AFMO en 2017. Archives #ONfr

«Nous avons le congrès de l’AFMO pour les questions francophones, mais ce qui est dommage, c’est que les ministres n’y viennent pas», croit M. Arseneault. «Le congrès de la Fédération des municipalités du Nord de l’Ontario (FMNO) reste mon préféré, car c’est là où on aborde directement les enjeux du Nord.»

«Tous les congrès sont spéciaux, mais c’est vrai que celui de l’AFMO est unique avec sa dimension francophone», conclut Mme Pageau.

 


POUR EN SAVOIR PLUS:

L’avenir de l’AFMO fortement menacé

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !
1+

Sébastien Pierroz
Sébastien Pierroz
spierroz@tfo.org @sebpierroz

Natif d’Annecy dans les Alpes françaises, Sébastien Pierroz obtient une maîtrise d’histoire de l’Université Paris Panthéon-Sorbonne en 2007. Après avoir travaillé pour Le Reflet dans l’Est ontarien, puis L’Express d’Ottawa, Sébastien rejoint l’équipe d’#ONfr au Groupe Média TFO en janvier 2015.