Passer au contenu Passer au pied de page

Le français hors Québec, vraiment « inintelligible » et « franglais » ? Les avis de trois linguistes

Denise Bombardier sera de nouveau évoquée, dans deux jours, lors de l’émission Tout le monde en parle. Stéphanie Chouinard, Caroline Gélineault et Chloé Freynet-Gagné répliqueront à la romancière et journaliste qui avait jugé de qualité inférieure la langue parlée par les francophones en milieu minoritaire. Faut-il donner raison à Mme Bombardier ? ONFR+ a parlé à trois linguistes.

Shana Poplack est professeure et titulaire de la Chaire de recherche du Canada en linguistique de l’Université d’Ottawa. Nous avons aussi choisi d’interroger deux linguistes provenant d’universités québécoises : Julie Auger, qui enseigne au Département de linguistique et de traduction de l’Université de Montréal, et Philip Comeau, professeur au Département de linguistique de l’Université du Québec à Montréal (UQAM).

Premier constat unanime : le français est simplement différent. « La linguistique, c’est de la science, on peut étudier la langue des gens, par une analyse des milliers de mots dans les discours, sans valoriser une variété par rapport à l’autre », laisse entendre Philip Comeau.

« Savoir s’il y a un bon ou mauvais français, c’est un terme que les linguistes n’utilisent pas », résume Mme Auger. Cette dernière est la seule parmi ces  trois collègues à accepter de parler explicitement des propos de Mme Bombardier.

« Si on tape sur les francophones en disant qu’ils parlent mal le français, on ne va pas les encourager à essayer de conserver leur langue et à se battre. Les propos de Mme Bombardier, c’est juste son cri du cœur à elle. »

Et de poursuivre : « On parle généralement de deux types de français au Canada, le français laurentien, issu du Québec, et qui a voyagé dans l’Ontario français et dans l’Ouest, et le français acadien. Ce sont des différences grammaticales, dans les mots ou la prononciation. Denise Bombardier ne prend pas en compte qu’à Radio-Canada Acadie ou dans L’Acadie Nouvelle, les termes sont différents. »

Dimanche soir, sur le plateau de TLMEP, Mme Bombardier avait livré sa vision sur l’état du français en contexte minoritaire. « Le gossage, c’est de parler une langue qui est à peu près inintelligible pour nous, et de dire : le français qu’on parle, c’est ça pour nous autres, et l’Académie française, les dictionnaires, on s’en… Voyez-vous ? (…) Je pense que les francophones parlent une langue internationale et peuvent parler à tous ceux dans le monde qui parlent français. »

Différences « superficielles »

Mais quelles sont au juste ces différences entre le français des francophones en contexte minoritaire et des Québécois ?

« Il faut comprendre qu’il y a une variabilité à l’intérieur même d’une communauté, que ce soit au Québec ou hors Québec », prévient M. Comeau. « Par exemple, il y a des catégories sociales, de statut ou d’âge, qui vont déterminer la façon dont on va utiliser le français. »

Pour Mme Poplack, les différences seraient somme toute « superficielles » et concerneraient surtout la phonologie, les accents et les différences de mots.

La sociolinguiste de l’Université d’Ottawa, Shana Poplack. Crédit image : capture image Youtube

La question des anglicismes

Reste le point saillant, les anglicismes, qui semblent chicoter le plus Mme Bombardier. Dans le documentaire Denise au pays des Francos dont les extraits ont été diffusés à TLMEP, on voit la romancière reprendre un jeune franco-ontarien et lui suggérer l’expression « donner un appui » plutôt que « supporter ».

« Les mots qu’on incorpore, d’une langue à l’autre, c’est universel », poursuit la titulaire de la de la Chaire de recherche du Canada en linguistique de l’Université d’Ottawa, qui reconnaît, études à l’appui, que les anglicismes sont plus importants que dans le passé, surtout en contexte minoritaire.

« Mais n’est pas cette incorporation des mots d’une langue à l’autre qui va détruire une langue. Nous avons fait des études en contexte minoritaire sur l’utilisation des mots anglais. Ceux-ci représentent moins de 1 % des mots dans les discours. »

La linguiste insiste : ces mots n’auraient aucune incidence sur la structure grammaticale des phrases. « Il n’y a pas de différence dans les structures grammaticales entre les francophones qui vivent en milieu majoritaire et ceux qui vivent en milieu minoritaire. »

Les « alternances de codes » d’une langue

Autre fait sur lequel les trois linguistes interrogés accordent leur violon : la langue utilisée diffère selon le contexte où on l’emploie. « On adopte une forme de langage socialement appropriée. Dans la vie de tous les jours, si on parlait comme un livre avec son ami devant une bière, ça serait inapproprié. »

Mme Poplack explique, par exemple, que le non-emploi des négations « ne pas » dans une « conversation parlée » représente 99,7 % des structures des phrases.

« Mon équipe s’est même amusée à compter le nombre de fois où Denise Bombardier oubliait les négations lorsqu’elle s’adressait aux jeunes dans le documentaire. Elle ne prononce le « ne » que dans 40 % des situations, ce qui est déjà très élevé, il faut le reconnaître. »

Denise Bombardier à la rencontre de la communauté franco-manitobaine. Capture écran du documentaire Denise au pays des Francos de Radio-Canada

L’utilisation abondante de l’anglais parmi les jeunes en contexte minoritaire ? « Cela ne veut pas dire que le français est en danger. Ce sont en fait des alternances de codes », explique Mme Poplack. « Switcher à une autre langue, comme on dit, dans ce cas-ci l’anglais, ce sont des réflexes communautaires, que toutes les communautés bilingues du monde utilisent. »

Mme Auger nous livre même un petit regret, en fin d’entrevue.

« Nous ne sommes pas toujours pris au sérieux, nous les linguistes, alors que nos études reposent sur des données scientifiques. C’est dommage. »

POUR EN SAVOIR PLUS:

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !
61+