Passer au contenu Passer au pied de page

Le français, la faiblesse du Parti vert du Canada ?

OTTAWA – Le Parti vert du Canada (PVC) devra se trouver un nouveau chef après le départ d’Elizabeth May, officialisé ce lundi. Et plusieurs au sein du parti souhaitent que la personne qui lui succèdera soit parfaitement bilingue. Car le français reste souvent en retrait au sein de cette formation politique.

Fautes de français, communications inégales dans les deux langues officielles, notamment sur les médias sociaux, performance de Mme May lors du débat en français… La langue de Molière peine encore à se faire une place égale au sein du Parti vert du Canada. Pour certains, c’est d’ailleurs ce qui a empêché le parti de faire une percée au Québec où même le candidat vedette et transfuge du Nouveau Parti démocratique (NPD), Pierre Nantel, n’a pas réussi à gagner son siège dans Longueuil-Saint-Hubert.

Interrogée sur l’impact de son manque de maîtrise du français, Mme May s’est pourtant montrée étonnée.

« C’est la première fois que j’entends ça », a-t-elle répondu, avant de passer le micro à son chef adjoint, le Québécois Daniel Green.

« C’est définitivement un critère très important », a-t-il expliqué en parlant du prochain chef qui sera nommé en 2020. « Je suis rentré au sein du Parti vert du Canada pour en faire un parti bilingue et je vais continuer cette action au sein du Québec et dans le Canada français. En 2020, être chef d’un parti fédéral et ne pas être bilingue, c’est un non-sens », a-t-il souligné, saluant les efforts de Mme May pour apprendre le français.

Le parti a toutefois désigné une unilingue anglophone, Jo-Ann Roberts, comme chef intérimaire, alors que les deux autres députés qui siègeront avec Mme May à la Chambre des communes, Paul Manly et Jenica Atwin, pourtant élue dans Fredericton, parlent très peu ou pas du tout français.

Manque de sensibilité

Porte-parole aux Affaires francophones pour le Parti vert de l’Ontario, Adam Sommerfeld est également impliqué depuis 2000 au sein du parti fédéral. Pour lui, le parti n’a pas réussi à bien communiquer ses idées pendant la campagne

« Nous avons beaucoup plus de votes, mais ça ne s’est pas vraiment traduit en sièges. J’aurais espéré au moins cinq ou sept élus, même si je suis fier de la façon dont nous avons influencé les autres partis. Je pense que nous avons encore beaucoup de progrès à faire pour communiquer nos messages et rejoindre les électeurs. »

Selon lui, les difficultés en français de Mme May ne peuvent être ignorées.

« Il y a eu des centaines de milliers de personnes qui ont défilé à Montréal sur la question des changements climatiques et ça ne s’est pas traduit dans les urnes. On ne peut pas nier que le français de Mme May a pu jouer, notamment pendant le débat en français où elle a eu plus de mal que les autres chefs à faire passer son message. J’espère que notre prochain chef sera apte à parler le français dès le départ. »

Candidate défaite dans Ottawa-Vanier, Oriana Ngabirano juge que son parti manque encore de sensibilité envers le français.

« Le parti doit être conscient qu’il y a deux langues officielles au Canada. J’ai trouvé insultant qu’on me remette des documents traduits qui ne faisaient aucun sens en français et que je doive répéter plusieurs fois que je voulais une documentation bilingue dans une circonscription aussi francophone qu’Ottawa-Vanier », dit-elle.

Oriana Ngabirano, poing levé sous le drapeau. Source : Facebook

M. Sommerfeld refuse d’utiliser le manque de ressources comme excuse.

« Pendant longtemps, nous avions beaucoup moins de moyens, mais dernièrement nos levers de fonds ont augmenté. On doit remédier à ça, sinon ce sera juste un manque de volonté. »  

Un symptôme

Le français est-il, dès lors, le talon d’Achille du Parti vert du Canada ? Ce n’est pas l’avis du politologue à l’Université Simon Fraser, à Vancouver, Rémi Léger, qui voit ça plutôt comme un symptôme des problèmes du parti.

« Tant que le parti ne sera pas capable de fonctionner de manière paritaire dans les deux langues officielles, il ne sera jamais pris au sérieux. Mais ce n’est pas sa faiblesse principale. Disons plutôt que c’est le signe de son manque de professionnalisme. Le Parti vert du Canada n’est pas une machine électorale comparable avec le Parti libéral, le Parti conservateur ou le NPD. Il lui manque une présence sur le terrain, des bénévoles, des comités de circonscription sur lesquels s’appuyer. »

Le politologue ne s’émeut pas outre mesure de la nomination d’une chef intérimaire unilingue anglophone, rappelant que pendant plusieurs mois, le Parti conservateur du Canada (PCC) avait à sa tête Rona Ambrose, au français plus que limité.

« Mais c’est une convention bien acceptée en politique aujourd’hui d’avoir un chef permanent bilingue. On a vu l’impact pour les libéraux qu’ont eu les difficultés de Stéphane Dion à s’exprimer en anglais quand il était le chef du parti. »

Des changements à faire

Adam Sommerfeld espère que le changement à la tête du parti permettra de lui donner un nouvel élan.

« C’est le moment de passer à l’étape supérieure et je salue Mme May pour son travail et sa volonté de passer le flambeau. »

Des changements, c’est également ce qu’espère Mme Ngabirano qui a été très marquée par son expérience de candidate.

« C’est l’expérience la plus raciste et discriminatoire de ma vie, autant à l’interne qu’à l’externe. Durant une réunion concernant ma nomination, un membre, en présence de la présidente de l’association de circonscription, m’a dit : « Tu n’as pas besoin de mettre tes bijoux africains, c’est déjà évident que tu viens d’Afrique » ! On s’adressait à moi comme à un enfant inculte. »

La candidate défaite reste toutefois fidèle au parti estimant avoir vu et entendu bien pire ailleurs. Elle assure toutefois que son expérience a servi le parti.

« J’ai rencontré Mme May la semaine dernière et il y a des actions concrètes et rapides qui vont être opérées suite à mon témoignage et à celui d’autres personnes. Je pense que le Parti vert peine encore à incarner la diversité canadienne, mais les changements qui seront prochainement annoncés sont très positifs. »

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !
3+