Passer au contenu Passer au pied de page

Retour en classe retardé dans le Sud, mais dès lundi pour le Nord

Temps de lecture : 3 minutes

Pour « contrer la propagation de la COVID-19 dans la communauté », le gouvernement prolonge l’apprentissage en ligne pour les écoles du Sud de l’Ontario pour 14 jours. La province annonce aussi prolonger les mesures de confinement dans le Nord, comme la fermeture des commerces non essentiels, jusqu’au 23 janvier.

Le retour en classe des élèves du Nord de la province, élémentaire et secondaire, se fera cependant le 11 janvier comme initialement prévu.

En revanche, les élèves des écoles élémentaires du Sud de l’Ontario, lesquels devaient être de retour sur les bancs de l’école le 11 janvier, devront donc patienter.

L’annonce survient alors que l’Ontario frappe un record de décès avec 89 et que près d’un élève sur cinq de moins de 13 obtient un test positif au coronavirus, affirme le médecin-hygiéniste en chef de la province David Williams.

« Nous devons baisser le taux de transmission communautaire, sinon ça va avoir un impact sur nos centres de soins de longue durée, sur nos soins intensifs et sur nos écoles, alors on doit faire baisser ce taux pour le garder sous contrôle. »

La province affirme que certains « comportements » durant la période des fêtes ont fait augmenter taux de positivité chez les enfants âgés de 12 à 13 ans de 5,44 % à la fin novembre et début décembre à près de 20 % en début janvier.

« Je reste fermement résolu à ramener les élèves en classe le plus tôt possible — il n’y a rien de plus important. Cependant, les meilleurs experts médicaux et scientifiques ont été clairs : si les écoles ont été des endroits sûrs pour les enfants, la forte augmentation de la transmission dans la communauté met ce progrès et les familles ontariennes à risque », a indiqué le ministre de l’Éducation Stephen Lecce.

La décision de prolonger le confinement dans le Nord est venue de la part des unités de santé du Nord de l’Ontario.

« Les sept bureaux de santé veulent garder les écoles ouvertes alors c’est pour ça qu’on a prolongé les mesures de confinement. Il y a aussi le fait que le Nord n’a pas les mêmes ressources pour l’apprentissage en ligne que les écoles du Sud », a précisé le Dr Williams.

Record du nombre de cas quotidiens

Les 3 519 cas de jeudi représentent un record pour la province alors que 65 772 tests ont été réalisés.

« Nous devons réduire les chiffres et les mesures d’aujourd’hui nous aideront à continuer à arrêter la propagation de ce virus mortel », a dit le premier ministre Doug Ford.

Le docteur Williams dit « craindre » que l’Ontario atteigne les 4 000 cas quotidiens au cours des prochains jours si rien ne change.

« On n’est pas dans une situation avec peu de tests et un haut taux de positivité, on a beaucoup de tests, mais un taux très élevé de tests positifs allant jusqu’à 9,8 %. On n’avait pas vu ça depuis la première vague. Plus les taux de cas sont élevés, plus les hôpitaux et les soins intensifs se remplissent », a affirmé David Williams.

Plus de mesures demandent l’AEFO

Pour Anne Vinet-Roy de l’Association des enseignantes et des enseignants franco-ontariens (AEFO), l’annonce du ministère représente « un avantage pour certains et un désavantage pour d’autres ».

« Nos membres sont partagés, certains sont très à l’aise en mode virtuel et d’autres préfèrent être en personne. C’est beaucoup plus facile quand ils sont face à nous. On en a qui ont des familles, alors ils doivent enseigner et ensuite gérer leur famille par la suite. Dans un monde idéal, c’est préférable que les élèves soient à l’école pour des questions de santé mentale, mais on comprend la décision. »

« Mais on se pose la question, qu’est qui va réellement changer quand on va ouvrir les écoles dans deux semaines ? Est-ce que des ajustements ou des améliorations vont être faits ? », se demande la présidente de l’AEFO.

Pour cette dernière, le gouvernement doit adresser certaines mesures dans les écoles pour que les enseignants soient plus à l’aise dans deux semaines.

« Il va falloir régler des questions techniques comme le nombre d’élèves par classe, la distanciation et la ventilation, qui n’a toujours pas été corrigée partout. Il y a encore des problèmes de ce côté-là. »

Le Nouveau Parti démocratique (NPD) rejoint la position de l’AEFO. L’opposition officielle demande une meilleure efficacité pour le recensement des cas dans les écoles et plus de soutien aux familles et aux enseignants.

« Ce n’est pas suffisant de fermer les écoles, M. Ford, si vous ne pouvez pas les rendre plus sécuritaires », a indiqué la critique en Éducation du NPD Marit Stiles. « J’espère que tout ce qui sera fait dans les deux prochaines semaines sera fait en fonction de ramener les enfants à l’école dans 14 jours. »

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !
0