#Francophonie, #Ontario

Trois magazines éducatifs francophones abolis par le gouvernement Ford

Après dix ans d'existence, les trois magazines du CFORP sont abolis Montage #ONfr

TORONTO – Les seuls magazines éducatifs à l’intention des élèves franco-ontariens sont abolis par le gouvernement de Doug Ford. Les fonds dédiés à l’organisme qui les éditait ne sont pas éliminés, car… ils provenaient du gouvernement fédéral.

ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER
efgauthier@tfo.org | @etiennefg

Alors que le gouvernement de Doug Ford était sur le point d’annoncer les détails de sa mise à jour économique, Claude Deschamps, directeur du Centre franco-ontarien de ressources pédagogiques (CFORP) a reçu l’appel qu’il redoutait.

«Le ministère de l’Éducation m’a appelé pour me dire de cesser la publication des magazines», confie-t-il, avec déception. «Ils existaient depuis dix ans. Le but était d’intéresser les jeunes francophones à la lecture. C’étaient les seuls magazines franco-ontariens éducatifs qui étaient adaptés aux besoins des jeunes en situation minoritaire. On était adapté à leur réalité, leurs besoins et nous avions un but éducatif», ajoute-t-il.

Trois fois par année, les élèves franco-ontariens et des milliers d’autres en situation minoritaire ailleurs au pays recevaient l’une des 80 000 copies des trois magazines produits pour eux.

«Il y en avait un pour les élèves de la 1ère à la 3e année pour toutes les écoles de langue française de l’Ontario et du Canada, un autre pour les élèves de la 4e à la 5e année, puis un dernier pour ceux de la 6e à la 12e année», explique M. Deschamps.

 

Ford ne pouvait pas couper les fonds

L’argent qui finançait les trois magazines provenait du gouvernement fédéral. Mais selon l’entente signée avec l’Ontario, la province a le droit de décider comment elle utilise ces fonds.

«L’entente Canada/Ontario est une collaboration avec le fédéral, par l’entremise de Patrimoine canadien qui finance des initiatives de langue française. Le gouvernement provincial peut décider dans quelles ressources il va investir l’argent. Mais le provincial ne peut pas abolir la subvention», précise M. Deschamps.

Il croit que le gouvernement Ford pourrait lui proposer de lancer un produit éducatif alternatif prochainement, mais rien ne lui a encore été demandé.

Le portrait n’est cependant pas tout noir, insiste-t-il. «J’ai eu une rencontre avec la ministre Thompson et elle a débloqué d’autres fonds essentiels pour qu’on continue. Mais on ne nous a pas donné d’explications pour la fin des magazines. On aurait voulu continuer», affirme-t-il.

La ministre de l’Éducation, Lisa Thompson, affirme «que son gouvernement est en train d’analyser l’ensemble des sommes envoyées par le fédéral pour vérifier où l’on peut faire des économies. Nous sommes dans un trou financier avec une dette de 15 milliards. C’est ça, le message qu’on veut envoyer. On va explorer toutes les avenues pour atteindre notre objectif», dit-elle. «Nous voulons faire grandir l’éducation en français, c’est dans mon mandat», dit-elle du même souffle.

 

Des réactions fortes de l’opposition et du milieu de l’éducation

«Encore des coupures, ça va arrêter quand? Ça va arrêter quand de s’acharner sur les Franco-Ontariens, on va se battre», affirme Guy Bourgouin, critique néo-démocrate en matière de francophonie.

Jean-François L’Heureux, président du Conseil scolaire Viamonde, est très déçu. «C’est malheureux, mes enfants les amenaient à la maison. C’est pas des très gros montants en jeu», affirme celui qui représente ce conseil scolaire public. «On dirait qu’à chaque journée, ça s’ajoute, c’est inquiétant.»

La députée libérale Marie-France Lalonde renchérit. «C’est ça qu’on ne voulait pas entendre, c’est une autre claque en plein visage. On ne pensait pas qu’on s’attaquerait aux droits linguistiques minoritaires», dit-elle. «Pour soutenir la langue française en situation minoritaire, il faut investir. Si on continue de ne pas investir à long terme, la proportion des francophones va diminuer. On ne peut pas juste regarder les choses de manière économique. En enlevant des programmes, des outils, des services, ça a des conséquences majeures», dit-elle.

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !
5+

Étienne Fortin-Gauthier
Étienne Fortin-Gauthier
efgauthier@tfo.org @etiennefg

Étienne Fortin-Gauthier est journaliste depuis une dizaine d’années. Il a collaboré à plusieurs grands médias canadiens et européens, dont La Presse Canadienne, le quotidien La Presse, l’Agence France-Presse et le groupe de presse L’Avenir (Belgique). Il s’est initié aux dossiers de la francophonie canadienne lors d’un séjour au Réseau francophone d’Amérique, qui travaille de près avec les stations radiophoniques francophones en milieu minoritaire. Étienne est diplômé de l’École des affaires publiques et internationales de Glendon, à Toronto, et du programme bidisciplinaire en communication et science politique de l’Université de Montréal.