Passer au contenu Passer au pied de page

Bientôt 115 000 élèves dans les écoles franco-ontariennes

Temps de lecture : 3 minutes

Après avoir passé la barre symbolique des 100 000 élèves à la rentrée 2013, le nombre d’inscriptions dans les écoles de langue française poursuit sa croissance. Selon les données compilées par ONFR+ en marge de la Journée des Franco-Ontariens, ils seraient entre 113 000 et 114 000 à avoir franchi les portes de ces écoles pour la rentrée 2019.

Ce chiffre fait figure de hausse nette, si on le compare aux 105 705 inscrits pour l’année scolaire 2016-2017, d’après les chiffres du ministère de l’Éducation de l’Ontario.

Les douze conseils scolaires de langue française ont tous répondu à notre demande, précisant tout de même que les chiffres ne seront officiels que le 31 octobre. Chose certaine : l’estimation donnée par chacun d’entre eux est assez solide pour constituer une donnée fiable.

Seul le Conseil scolaire de district catholique des Aurores boréales n’a pas été en mesure de nous fournir de chiffre pour la rentrée 2019. Précisons que l’institution éducative compte environ 800 élèves par année, ce qui demeure une statistique constante pour une estimation.

Nom du conseil scolaire TOTAL estimé des élèves
CS Viamonde 13 000
MonAvenir 17 600
CSP Grand Nord de l’Ontario 2 643
CSDC Franco-Nord 2 593
CSDCEO 10 100
Aurores boréales Non communiqué. 780 élèves étaient inscrits pour la rentrée 2016
CSPNE 2 164
CECCE 25 500
Nouvel-Ontario 6 700
Providence 10 133
CEPEO 17 000
CSC Grandes-Rivieres 5 642
TOTAL Près de 114 000

Quatre conseils se démarquent

Cette croissance des écoles est tirée en majeure partie par deux des trois conseils scolaires de l’Est de la province. Le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) et le Conseil des écoles publiques de l’Est de l’Ontario  (CEPEO) rassemblent respectivement environ 25 500 et 17 000 élèves, l’équivalent d’environ 40 % du système scolaire francophone. Une progression nette puisqu’il y a trois ans, les deux institutions éducatives comptaient chacune environ 3 000 élèves de moins.

Du coté de Toronto, ce sont essentiellement les conseils Viamonde et MonAvenir qui font figure de locomotive. Les 13 000 élèves estimés par Viamonde pour cette rentrée, contre les 17 600 de MonAvenir, constituent des hausses substantielles d’environ 1 500 inscrits en comparaison de 2016.

En revanche, les six conseils scolaire du Nord de la province apparaissent en stagnation, voire en décroissance pour certains.

Informé de nos données, le président de l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO), Carol Jolin, souligne notamment que les gens s’installent de plus en plus « près des grandes villes ».

Le président de l’organisme porte-parole des Franco-Ontariens ne croit pas en une limite du chiffre dans le court ou moyen terme. « On a mis beaucoup d’énergie sur l’immigration francophone ces derniers temps, notamment avec des initiatives comme un point d’accueil pour les immigrants francophones à l’Aéroport Pearson ou encore trois villes devenues des communautés accueillantes. »

Débat sur les élèves de parents anglophones

Pour la politologue du Collège militaire royal de Kingston, Stéphanie Chouinard, ces chiffres, somme toute positifs, posent la question de la provenance des élèves.

« Pour beaucoup de parents issus de la majorité, les programmes d’immersion en français ont des résultats mitigés, donc les écoles françaises deviennent dès lors une option. »

Sans remettre en cause la venue d’élèves anglophones, l’universitaire laisse entendre que les conseils scolaires doivent néanmoins « faire bon usage » de leur capacité à bien choisir les élèves.

« Le français ne doit pas se vivre de huit à quatre dans les écoles, avec un rapport utilitariste à la langue. »

Le débat sur l’inscription d’élèves de parents anglophones dans le système de langue française avait resurgi, au printemps dernier, sous l’impulsion de Basile Dorion. Le militant de Penetanguishene s’était tourné vers les tribunaux pour s’opposer à l’accueil qu’il juge trop large d’élèves anglophones dans les écoles de langue française.

M. Dorion vise principalement les trois conseils du Centre-Sud-Ouest, et s’est attaché les services du cabinets d’avocats CazaSaikaley pour remporter son combat. « Pas de commentaire sur Basile Dorion », a fait savoir M. Jolin.

POUR EN SAVOIR PLUS:

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !
1+