Passer au contenu Passer au pied de page

Cercle de feu : l’Ontario crée une société de développement

Temps de lecture : 2 minutes

TORONTO – Le gouvernement libéral de Kathleen Wynne a annoncé, le jeudi 28 août, la création d’une société de développement de l’infrastructure du Cercle de feu, avec le mandat d’accélérer l’exploitation minière dans le nord-ouest de l’Ontario.

FRANÇOIS PIERRE DUFAULT
fpdufault@tfo.org | @fpdufault

Il s’agit d’une première étape concrète vers l’exploitation de ce que la province décrit comme le plus grand gisement de chromite jamais découvert en Amérique du Nord.

« La société de développement représente une démarche vitale pour bâtir l’infrastructure si essentielle à la réalisation du plein potentiel du Cercle de feu », a déclaré Michael Gravelle, ministre du Développement du Nord et des Mines, par le biais d’un communiqué, le 28 août. « Il s’agit d’une composante de base clé (…) pour ce qui est de stimuler la croissance économique à l’échelle régionale et de profiter de débouchés à valeur ajoutée comme la transformation des minéraux et la création d’emplois ».

Queen’s Park a promis d’investir 1 milliard $ dans le Cercle de feu, cette région située à environ 540 kilomètres au nord-est de Thunder Bay dont le potentiel minéral se chiffrerait à 60 milliards $.

Le clan Wynne s’était engagé à créer une société de développement dans un délai de 60 jours à la suite de la lecture du plus récent discours du Trône, le 3 juillet.

La nouvelle société sans but lucratif, basée à Thunder Bay, est dotée d’un conseil provisoire composé de quatre cadres supérieurs de la fonction publique de l’Ontario. La province s’attend à ce qu’à mesure que s’accroisse la participation au sein de la société, le conseil d’administration soit élargi pour y inclure des représentants de l’industrie et des Premiers Peuples.

Queen’s Park a dit, par ailleurs, poursuivre ses discussions avec les Premiers Peuples du conseil tribal de Matawa en vertu d’une entente-cadre régionale dont le but est de veiller à ce que ces collectivités autochtones participent à part entière aux projets miniers dans le Cercle de feu et qu’elles en profitent.

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !