#Canada, #Francophonie

Cinq enjeux francophones pour la campagne au Nouveau-Brunswick

Crédit image: Benjamin Vachet

FREDERICTON – Depuis ce jeudi, la campagne des élections provinciales est officiellement commencée au Nouveau-Brunswick. Si les libéraux du premier ministre sortant Brian Gallant sont donnés en avance dans les sondages, les quelque 250 000 Acadiens de la province attendent beaucoup du scrutin du 24 septembre. Tour d’horizon des enjeux – voulus ou bien qui s’invitent dans le débat – avec l’avocat spécialisé en droits linguistiques Michel Doucet, le président de la Société acadienne du Nouveau-Brunswick (SANB), Robert Melanson, et le directeur général sortant de l’Association francophone des municipalités du Nouveau-Brunswick (AFMNB) Frédérick Dion.

SÉBASTIEN PIERROZ
spierroz@tfo.org | @sebpierroz

Débat en français de Radio-Canada Acadie annulé

Les organismes et militants acadiens auraient sans doute aimé éviter cet aspect d’entrée de campagne. Radio-Canada Acadie a été contraint d’annuler son débat des chefs en français. La raison? L’incapacité de la société d’état de s’entendre avec les quatre principaux partis. «C’est inacceptable et scandaleux», lâche M. Melanson en colère, rappelant que le Québec, une province francophone, va organiser de son coté un débat des chefs en anglais.

Le premier ministre Brian Gallant (au centre) entouré de ses ministres. Archives #ONfr

«Encore une fois, c’est mal connaître la réalité des Acadiens», soutient Michel Doucet. Pour lui, cette absence d’un débat des chefs en français constitue «de mémoire, une première». L’avocat avoue «avoir beaucoup de difficultés avec la décision de Radio-Canada», qualifiant ce choix comme un «accommodement inacceptable».

Le malaise est aussi accentué dans cette histoire par le fait que le chef du Parti progressiste-conservateur du Nouveau-Brunswick, Blaine Higgs, maîtrise bien mal le français. Dans les années 80, il avait même proposé de revenir sur le statut bilingue du Nouveau-Brunswick.

 

Immigration francophone

Difficile de penser que les libéraux de Brian Gallant, les progressiste-conservateurs de M. Higgs, ainsi que le Parti vert et le Nouveau Parti démocratique (NPD) feront de l’immigration francophone un enjeu de campagne.

La cible d’immigration très ambitieuse de 33 % dont la province s’est dotée pour 2020 n’est toujours pas atteinte. On parle plutôt aujourd’hui de résultats compris entre 15 et 20 %. «Si on les interroge, les chefs de partis diront probablement qu’ils feront leur possible», analyse froidement M. Doucet. «Mais viser 33 % n’est pas suffisant, car il y aura toujours une inégalité.»

Le président de la SANB, Robert Melanson. Crédit image: Facebook SANB

Décidément remonté, M. Melanson aimerait une modification de la cible. «Elle devrait être plutôt de 38 %. C’est très problématique d’avoir une cible quand on n’est pas capable de garder notre propre monde. Beaucoup d’Acadiens partent travailler dans l’Ouest. La solution, selon moi, passerait par un investissement massif du gouvernement fédéral pour enrayer les chiffres démographiques en baisse.» Lors du recensement de 2016, la population revendiquant le français comme première langue officielle de la province avait reculé de 1,2 point.

 

Plus de poids aux municipalités

L’Association francophone des municipalités du Nouveau-Brunswick attend les chefs au tournant durant cette campagne. Il faudrait, selon elle, une oreille plus attentive du gouvernement provincial pour les municipalités. Une situation qui avantagerait directement les Acadiens.

«Pour beaucoup de francophones, les municipalités sont un lieu d’épanouissement de leur culture. Contrairement à l’Assemblée législative, nous pouvons être majoritaires dans les municipalités et donc nous gouverner, sans justifier nos propres demandes. Beaucoup de municipalités restent majoritairement anglophones.»

L’enjeu d’un renforcement du palier municipal est plus urgent que jamais, selon l’AFMNB, qui estime à 85 % le territoire du Nouveau-Brunswick non incorporé à une municipalité, l’équivalent de 30 % des résidents. «Les gouvernements ont peur de faire des changements. Cela se traduit par une iniquité pour le financement, et un manque à gagner pour les municipalités.»

 

Éviter un recul du bilinguisme officiel

Seule province officiellement bilingue au Canada, le Nouveau-Brunswick fait figure de modèle. Sauf que sur le terrain, la situation n’est pas si rose, affirment nos intervenants. «On voit même un certain recul», croit Michel Doucet. «C’est la première fois qu’on voit un chef de parti [le progressiste-conservateur Blaine Higgs] qui affirme qu’il faut favoriser les qualifications professionnelles avant les compétences linguistiques.» Une solution que M. Higgs avait notamment proposé pour pallier l’absence de personnel chez les ambulanciers paramédicaux.

Le chef progressiste-conservateur Blaine Higgs (au centre) en déplacement. Image Twitter

L’avocat enfonce même le clou: «Hormis M. Gallant, les chefs des trois autres partis ne parlent pas français. Après 50 ans de bilinguisme officiel, c’est inquiétant (…) Cette élection provinciale pourrait marquer un clivage linguistique plus important qu’auparavant.»

Pour M. Melanson, les partis doivent cesser les «faux-fuyants» sur la question de la Loi sur les langues officielles du Nouveau-Brunswick. «95 % des gens dans la fonction publique finissent par parler en anglais, et la langue de travail en français n’est pas toujours respectée. C’est inacceptable!»

 

Ambulance Nouveau-Brunswick et examen des infirmières

Mettre en avant les ordres professionnels quant aux droits linguistiques, nos trois intervenants sont unanimes sur l’idée. Il faut dire que deux cas précis ont fait couler beaucoup d’encre au Nouveau-Brunswick ces dernières semaines.

Le premier concerne l’examen d’accréditation des étudiants en sciences infirmières. Depuis 2015, la province impose un test américain à l’ensemble des finissants en sciences infirmières, peu importe leur langue. Une situation qui désavantagerait les francophones puisque les documents préparatifs à l’examen ne sont disponibles qu’en anglais et que la traduction du test vers le français poserait problème. Le ministère de la Santé a dernièrement nommé un conciliateur pour sortir de la crise.

Autre aspect surveillé par la SANB: la volonté de M. Gallant d’améliorer les services de santé en renforçant l’offre privée. Ambulance Nouveau-Brunswick a été ainsi privatisé, au grand dam de l’organisme porte-parole des Acadiens. «Maintenant, il apparaît clairement que toutes les réunions sont en anglais. Le gouvernement a contribué ainsi à l’assimilation des Acadiens.»

 


POUR EN SAVOIR PLUS:

ÉMISSION – Le Nouveau-Brunswick vise toujours 33 % d’immigration francophone

Immigration francophone: le Nouveau-Brunswick attend aussi du fédéral

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !

Sébastien Pierroz
Sébastien Pierroz
spierroz@tfo.org @sebpierroz

Natif d’Annecy dans les Alpes françaises, Sébastien Pierroz obtient une maîtrise d’histoire de l’Université Paris Panthéon-Sorbonne en 2007. Après avoir travaillé pour Le Reflet dans l’Est ontarien, puis L’Express d’Ottawa, Sébastien rejoint l’équipe d’#ONfr au Groupe Média TFO en janvier 2015.