Passer au contenu Passer au pied de page

Coupes de Ford: l’équation «impossible» pour les conseils scolaires francophones

TORONTO – Doug Ford met la pression aux municipalités et aux conseils scolaires. En début de semaine, le premier ministre ontarien leur a promis une enveloppe de 7,35 millions de dollars en échange de vérifications comptables de leurs dépenses pour faire des économies. Du côté des institutions éducatives francophones, on risquerait de gratter les fonds de tiroir sans succès. 

Difficile d’obtenir des commentaires de la part des 12 conseils scolaires de langue française. Interrogés par ONFR+, plusieurs d’entre eux refusent de parler ou renvoient la balle aux deux associations provinciales les représentant. Mais l’Association des conseils scolaires des écoles publiques de l’Ontario (ACÉPO) et l’Association franco-ontarienne des conseils scolaires catholiques (AFOCSC) n’en diront, elles-aussi, pas plus…

Jean-François L’Heureux est l’ancien président du Conseil scolaire Viamonde. Son nouveau statut de «simple citoyen francophone» depuis l’automne entraîne manifestement une parole de nouveau libérée.

«Quand on regarde les chiffres, ligne par ligne, des dépenses, les salaires et avantages sociaux, c’est pas loin de 80 % du tout. Les conseils scolaires n’ont aucun pouvoir à déterminer ces deux aspects, car tout cela émane des conventions collectives.»

Le transport scolaire en question

L’autre part du gâteau importante, c’est le transport en commun, précise M. L’Heureux au regard du dernier budget adopté par Viamonde. Un chiffre que l’ancien président estime à 9 % de l’enveloppe totale.

«Les transports scolaires sont toujours des montants énormes, mais la réalité, c’est que dans les 12 conseils scolaires de langue française, les élèves font beaucoup plus de kilomètres pour se déplacer. On ne peut pas couper comme cela.»

Une donnée qui rend l’équation des économies souhaitée par Ford un peu plus difficile. Mais ça ne serait pas tout, estime la politologue de l’Université d’Ottawa, Caroline Andrew.

«Il y a toujours certaines économies d’échelle avec un grand nombre d’élèves, mais les écoles francophones possèdent en général moins d’élèves. Par exemple, posséder assez de livres et une variété d’ouvrages demeure un coût financier plus élevé pour une classe de six élèves que de 50. Le gouvernement doit partir pourtant de l’idée que c’est une éducation de qualité égale.»

L’ancien président du Conseil Viamonde, Jean-François L’Heureux. Gracieuseté

Prétextant comme à son habitude «les 15 années de mauvaise gestion libérale», le gouvernement progressiste-conservateur avait demandé «à ses partenaires», dans un communiqué diffusé mardi, de «repérer des économies de 4 %».

Mais pour les deux observateurs, Doug Ford risquerait de rencontrer un mur.

«C’est un travail immensément long, avec peu de résultats», avance Mme Andrew.

«Si l’on additionne les salaires, les avantages sociaux et le transport, comme dans le cas du dernier budget de Viamonde, il ne reste que 14 % au budget», illustre M. L’Heureux. «Or, il sera bien difficile de trouver un 4 % dans ce 14 % restant, lequel comprend le chauffage, l’électricité, les fournitures, les livres, les formations, etc.»

«Jeu de rhétorique politique»

À moins d’un mois de la fin de l’année scolaire, l’Association des enseignantes et des enseignants franco-ontariens (AEFO) ne décolère pas contre le gouvernement de Doug Ford. D’autant que la grande réforme de l’éducation, annoncée mi-mars par l’équipe progressiste-conservatrice, passe toujours plutôt mal. L’enjeu de voir les salles de classes se remplir jusqu’à 28 élèves fait craindre des coupures.

«En ce moment, nous sommes toujours à passer à travers les coupures», déplore son président Rémi Sabourin. «On est en train de gérer l’anxiété des enseignants sur le terrain. Certains reçoivent des lettres pour dire qu’ils sont en surplus. Alors oui, disons que les 7,35 millions promis par Doug Ford pourraient être investis directement dans les salles de classe.»

Le président de l’AEFO, Rémi Sabourin. Gracieuseté: AEFO

Le président de l’AEFO enfonce le clou sur la méthode du premier ministre. «Doug Ford a tout de même le pouvoir de dire aux conseils scolaires où ils doivent couper. Cette enveloppe reste un jeu de rhétorique politique.»

Dans son communiqué, le gouvernement progressiste-conservateur avait justifié son choix: «En Ontario, plus de 90 % des dépenses provinciales servent à financer les conseils scolaires, les hôpitaux, les municipalités et d’autres organismes externes. En fournissant des ressources par l’entremise du fonds pour la vérification et la responsabilisation, le gouvernement habilite les conseils scolaires et les municipalités à travailler pour atteindre l’objectif commun de rétablir l’équilibre fiscal de la province, tout en s’assurant que les programmes et services essentiels sont maintenus.»

Concernant le silence des conseils scolaires, la politologue Caroline Andrew dit le comprendre… mais partiellement. «C’est difficile pour eux de parler, car ils reçoivent l’argent du gouvernement. Mais collectivement, peut-être que leur voix porterait plus.»

POUR EN SAVOIR PLUS:

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !
4+