Passer au contenu Passer au pied de page

Le port du masque « fortement recommandé » en Ontario

Temps de lecture : 3 minutes

TORONTO – Tant au niveau fédéral que de la province, il est désormais recommandé de porter un masque non médical ou un couvre-visage quand il n’est pas possible de respecter la distanciation physique.

Dans son point presse quotidien, le premier ministre Justin Trudeau avait annoncé la couleur, ce mercredi.

« La meilleure façon de se protéger, c’est de garder deux mètres de distance et de rester à la maison le plus possible », avait souligné M. Trudeau, avant de préciser : « Quand je me déplace dans les bâtisses du parlement, je porterai un masque. (…) C’est le choix que je fais et j’encourage les Canadiens à réfléchir à comment se protéger et protéger les autres en suivant les recommandations. »

Le premier ministre Justin Trudeau. Capture d’écran

Santé Canada appuie cette pratique, sans la rendre obligatoire, justifiant cette décision par le fait que les situations sont différentes d’une province et d’une région à l’autre. L’administratrice en chef de la santé publique du Canada précise toutefois que chaque province pourra décider ou non de rendre le masque non médical obligatoire en public.

« Avec l’évolution de la science, on dit que c’est une mesure supplémentaire pour protéger les autres. Si je porte un masque, je vous protège et si vous le portez, vous me protégez », a expliqué Mme Tam.

Santé Canada avait déjà appuyé cette mesure, mais pas de manière aussi évidente, a-t-elle souligné, puisqu’auparavant le masque était « suggéré » seulement.

Le sous-administrateur en chef de la santé publique, Dr Howard Njoo, met toutefois en garde : « Si on recommande maintenant l’utilisation du masque, on ne veut pas que la population pense qu’elle peut lâcher les autres mesures de santé publique qui sont déjà bien établies, comme la distanciation physique et se laver les mains. »

L’Ontario emboîte le pas

En Ontario, le gouvernement progressiste-conservateur n’a pas tardé à emboîter le pas à Santé Canada. Il est désormais également « fortement recommandé » d’utiliser un masque non médical quand la distanciation physique n’est pas possible.

« Chaque fois que je vais à l’extérieur, je porte un masque. C’est la chose à faire. Je le recommande fortement quand c’est possible », a souligné le premier ministre Doug Ford.

Cette recommandation vaut surtout dans les commerces où l’espace est restreint et dans les transports en commun où la distanciation physique n’est pas possible, a précisé la ministre des Transports, Caroline Mulroney.

« Nous recommandons à tous ceux qui prennent les transports en commun d’utiliser un masque non médical, sauf pour les enfants de moins de deux ans, ceux qui ont des problèmes respiratoires ou pour ceux qui ne seraient pas en mesure de l’utiliser sans se faire aider. »

La ministre des Transports, Caroline Mulroney. Capture d’écran

Si le gouvernement ontarien recommande fortement cet usage, il ne l’obligera pas, a précisé Mme Mulroney, indiquant suivre les conseils des autorités sanitaires de la province.

« On se penche sur les données scientifiques, et si on doit modifier la recommandation, on le fera », a toutefois précisé la Dre Barbara Yaffe, médecin hygiéniste en chef adjointe de l’Ontario.

De l’aide pour les PME et les grandes entreprises

Alors que l’économie rouvre très lentement en Ontario et ailleurs au pays, à Ottawa, le ministre des Finances Bill Morneau a annoncé que le Crédit d’urgence pour les grands employeurs (CUGE) est disponible à compter d’aujourd’hui.

Les grandes entreprises pourront se faire prêter au moins 60 millions de dollars par le fédéral, à l’exception du secteur financier. L’argent sera distribué aussi tôt que possible, a expliqué le ministre Morneau, sans toutefois donner une date précise.

Le premier ministre Justin Trudeau a toutefois mis en garde : « On s’est fixé un objectif de protéger les emplois et d’aider à la relance de l’économie. Mais je veux être très clair, ce n’est pas un chèque en blanc aux entreprises. »

Pour les petites et moyennes entreprises, le gouvernement fédéral rendra disponible, à partir du 25 mai, l’Aide d’urgence du Canada pour le loyer commercial (AUCLC). L’objectif : permettre à ces entreprises touchées par la COVID-19 de réduire de 75 % leur loyer commercial, sous forme de prêts‑subventions accordés aux propriétaires d’immeubles commerciaux admissibles.

Le bilan de la COVID-19 au 20 mai 2020

▶️ 390 nouveaux cas positifs en Ontario
▶️ 23 774 cas de COVID-19 au total (79 101 au Canada)
▶️ 1962 décès (5 912 au Canada), 18 190 guérisons
▶️ 991 hospitalisations, 160 personnes en soins intensifs
▶️ 567 176 tests réalisés (1 339 971 personnes testées au Canada), 4 444 en attente de résultats

Cet article a été mis à jour à 15h45

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !