Passer au contenu Passer au pied de page

Danielle Pecore-Ugorji, la mise en valeur du patrimoine franco-ontarien

Temps de lecture : 5 minutes

[LA RENCONTRE D’ONFR+]

OTTAWA – Le rayonnement des traditions et de la culture franco-ontarienne sont au cœur du mandat du Réseau du patrimoine franco-ontarien (RPFO). À l’occasion du Mois du patrimoine en Ontario français, ONFR+ rencontre la directrice générale du RPFO, Danielle Pecore-Ugorji, pour discuter des enjeux de l’heure et du parcours qui l’a mené à ce poste.

« Lorsque l’on parle du patrimoine franco-ontarien, à quoi fait-on référence ?

Une de mes plus grandes frustrations, c’est que lorsque les gens pensent au patrimoine, souvent ils ne pensent qu’à de vieux bâtiments. Vraiment, le patrimoine, c’est tout ce que nos ancêtres nous ont légué, que ça soit matériel ou non : la culture, le théâtre, la chanson, les valeurs.

D’où vient l’importance de préserver ces choses ?

Ça sert à quoi de préserver la recette de tarte au sucre de votre grand-mère ? C’est un peu ça le patrimoine. C’est des souvenirs, des mémoires, des façons de faire les choses, des valeurs partagées. Ce n’est pas juste les bâtiments. C’est tout ce que l’on transmet d’une génération à l’autre. Et des fois, c’est plus facile de transmettre nos valeurs culturelles lorsque l’on a des objets concrets pour les illustrer. On a besoin de goûter la tarte au sucre, de toucher le mur de l’église, de voir ces artefacts du passé pour bien comprendre pourquoi nous sommes comme nous sommes aujourd’hui.

J’ai beaucoup voyagé lors de mon parcours et j’ai eu la chance de voir des sites historiques. Lorsque l’on met sa main sur un mur d’un château d’esclaves au Ghana, par exemple, on comprend quelque chose à l’esclavage en voyant les os brisés dans ces murs qui dépassent ce qu’un livre peut nous apprendre. Ça nous permet de nous imaginer ce que les gens ont vécu à cet endroit.

Cette année, le thème du mois du patrimoine est la contribution des personnes noires au patrimoine franco-ontarien. Qu’est-ce qui a motivé cette décision ?

Toute personne qui vit en français en Ontario est un Franco-Ontarien. Les définitions qui excluent les nouveaux arrivants frôlent souvent la xénophobie.

Le patrimoine franco-ontarien inclut de nombreuses contributions de personnes noires. Toutefois, elles demeurent méconnues.

Dans les livres d’histoire de nos écoles, ces personnes sont souvent effacées. Je suis la mère d’un enfant biculturel, biracial. Il n’y a rien appris à l’école au sujet de la contribution des personnes noires en Ontario. C’est problématique pour la construction identitaire d’un jeune, d’un Franco-Ontarien. C’est aussi problématique au niveau de l’inclusion des personnes racialisées dans nos sociétés.

L’ambassadeur du mois, Amadou Ba, articule très bien le besoin d’informer les Franco-Ontariens des contributions des personnes noires, afin d’avoir une image juste de notre histoire. Ça fait 400 ans qu’il y a des personnes noires en Ontario, ça ne date pas d’hier.

Quels sont les enjeux de l’heure en ce qui a trait au patrimoine franco-ontarien ?

Il y a un besoin pressant de préserver le patrimoine bâti, le patrimoine religieux, qui est en train de s’écrouler très littéralement dans nos communautés. Chaque année, nous perdons des perles rares qu’on ne pourra jamais retrouver.

Il n’y a pas de mécanisme en Ontario français pour apporter le soutien nécessaire aux communautés qui tentent de sauver ce patrimoine. C’est une urgence.

En tant que Réseau, on tente de soutenir toutes les communautés qui ont des monuments qu’elles souhaitent préserver. L’an dernier, nous avons remis le Prix Roger-Bernard à l’Amicale de l’église St-Bernard à Fournier, qui tente de préserver cet édifice patrimonial.

L'église Saint-Bernard de Fournier dans l'Est ontarien.
Construite en 1886, l’église St-Bernard de Fournier dans l’Est ontarien est toujours menacée de fermeture. Archives ONFR+

Mais ça prend une solution systématique, qui ne dépend pas d’initiatives communautaires et de souper spaghetti. Il faut un fond provincial, avec un financement annuel assuré, à l’appui des communautés qui identifie des besoins urgents.

Les organismes communautaires qui veillent au patrimoine ressentent le vieillissement des populations. Comment tentez-vous d’intéresser la relève à ces enjeux ?

Ce n’est pas toujours facile d’intéresser les jeunes. En tant que mère d’un adolescent, je ressens personnellement ce désir de partager mon héritage avec mon fils.

Il faut premièrement trouver des éléments du patrimoine qu’ils trouvent pertinents. Les jeunes aujourd’hui sont bombardés d’informations. Ils ont l’embarras du choix quant à où s’informer. Il faut aller les chercher.

Ensuite, il faut valoriser le « par et pour » et donner la chance à ceux qui développent cet intérêt de le partager avec leur entourage, soit en en parlant, en écrivant dans notre revue, en faisant des témoignages sur les médias sociaux.

Comment est-ce que vous vous êtes intéressée au patrimoine ?

C’est une question que je me pose souvent. Je pense qu’en grande partie, ça peut être retracé à mon père, qui a toujours eu un intérêt pour la généalogie familiale.

J’ai aussi eu des enseignants d’histoire absolument fantastiques, dont un au secondaire qui mettait vraiment beaucoup de vie dans ses cours. Un de mes enseignants avait passé l’été à se promener en Europe et nous a montré des photos qu’il avait prises dans des camps de concentration. Ça m’a marqué à un jeune âge.

Danielle Pecore-Ugorji et son père. Gracieuseté

Ensuite, j’ai eu la chance d’avoir des professeurs d’histoire passionnants à l’Université Laurentienne. Des gens comme Guy Gaudreau et Gaétan Gervais… des grands noms de l’histoire franco-ontarienne. Ce sont des gens qui ont fait vivre l’histoire pour moi.

Je me souviens d’un cours d’histoire avec M. Gaudreau lors duquel on s’est promené dans les rues de Sudbury pour examiner l’architecture de la région. Juste en regardant comment les maisons étaient bâties, on pouvait en dire long sur la manière dont les gens vivaient à une certaine époque.

Avant d’être impliquée dans le milieu associatif franco-ontarien, vous avez œuvré en développement international. Comment avez-vous fait le pont d’un domaine à l’autre ?

J’ai souvent raconté que j’ai décidé ce que j’allais faire de ma vie assise sous un arbre à Parakou, au Nord du Bénin. J’étais avec un groupe de femmes, une association de juristes féministes. On discutait du droit et de la condition des femmes, et j’ai su ce que je voulais faire de moi.

À l’époque, je croyais que c’était du développement international, mais c’était vraiment du travail communautaire en lien avec mes valeurs et mes passions.

Danielle Pecore-Ugorji, quatrième en partant de la gauche, lors d’un séminaire international au Bénin en 1999. Gracieuseté.

Une fois que l’on travaille dans le domaine communautaire, on commence à comprendre que le travail se ressemble beaucoup d’une communauté à l’autre. Le contexte et les ressources disponibles diffèrent certainement, mais c’est du pareil au même.

Lorsque j’étais plus jeune, je me disais que les communautés en Afrique avaient plus besoin de mon travail que les gens d’ici. Mais à un certain moment, j’ai pris conscience que ma communauté d’origine avait elle aussi besoin de ces mêmes services.

Comment vous êtes-vous retrouvée dans le milieu associatif franco-ontarien ?

Lorsque je suis revenue à Pembroke en raison de la santé de mon père, j’ai continué à travailler dans le domaine de la violence faite aux femmes. C’était le lien le plus évident avec le travail que j’ai fait dans d’autres pays.

J’ai travaillé en renforcement des capacités et en prévention de la violence faite aux femmes surtout en Afrique de l’Ouest mais aussi en Afrique du Sud et en Asie du Sud-Ouest.

Mais, lorsqu’une de mes amies a été tuée pour son ex-conjoint, j’ai dû prendre mes distances de ce domaine. J’ai pris un contrat temporaire au bureau du procureur général de l’Ontario. Le contrat approchait sa fin lorsque j’ai appris que le Réseau cherchait un directeur général. Tout tombait à point. »


LES DATES-CLÉS DE DANIELLE PECORE-UGORJI

1979 : Naissance à Ottawa

1999 : Premier séjour au Bénin pour un stage en développement international

2004 : Obtention de sa maîtrise en développement international

2010 : Retour au Canada

2017 : Devient directrice générale du Réseau du patrimoine franco-ontarien (RPFO)

Chaque fin de semaine, ONFR+ rencontre un acteur des enjeux francophones ou politiques en Ontario et au Canada.

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !
1+