Passer au contenu Passer au pied de page

Dernier feu vert pour l’Université de l’Ontario français

Temps de lecture : 4 minutes

OTTAWA – Plus rien ne s’oppose à l’ouverture de l’Université de l’Ontario français (UOF). Ce mercredi, le gouvernement fédéral et l’Ontario ont officialisé leur entente finale de financement et désormais, l’UOF peut se concentrer sur l’accueil de sa première cohorte d’étudiants à l’automne 2021.

Le 23 décembre, le gouvernement fédéral avait placé la balle dans le camp du gouvernement ontarien. La ministre du Développement économique et des Langues officielles, Mélanie Joly, avait transmis à ses homologues provinciaux, Caroline Mulroney, ministre des Affaires francophones, et Ross Romano, ministre des Collèges et Universités, une entente finale pour le financement de l’UOF.

Ce mercredi, les deux paliers de gouvernement sont parvenus à un accord. Le jour est jugé « historique pour les Franco-Ontariens et les francophones de partout au Canada », par la ministre Joly.

La ministre du Développement économique et des Langues officielles, Mélanie Joly ave le président de l’AFO, Carol Jolin (à gauche). Crédit image : Benjamin Vachet

Selon les termes de cette entente, le gouvernement fédéral financera les quatre premières années du démarrage de l’université, puis la province prendra le relais pour les quatre années suivantes. Chaque palier contribuera à hauteur de 63 millions de dollars, pour un coût total de 126 millions de dollars.

La ministre Joly précise que l’entente prévoit une obligation pour l’Ontario de rembourser le fédéral s’il ne verse pas sa part de financement.

Un appui de toujours, dit l’Ontario

La signature de cette Entente Canada-Ontario sur l’établissement de l’Université de l’Ontario français 2019-2020 à 2026-2027 conclut un dossier à rebondissements.

La décision du gouvernement progressiste-conservateur ontarien, à l’automne 2018, de mettre le projet de l’UOF sur la glace pour des raisons financières avait entraîné une crise nationale. Un financement fédéral, en janvier 2019, avait permis de maintenir l’équipe en place, avant que les négociations entre Ottawa et Toronto ne reprennent l’été dernier.

« Après plus d’un an de négociations mouvementées et difficiles, (…) je tiens à remercier mes collègues de l’Ontario d’avoir renversé leur décision initiale d’abolir le projet », a lancé la ministre Joly.

Ce mercredi, le ministre Romano n’a pourtant pas hésité à souligner l’appui indéfectible de son gouvernement au projet, par voie de communiqué.

« Notre gouvernement a toujours été déterminé à appuyer l’Université, ainsi qu’à favoriser l’accès à l’éducation et à la formation nécessaires pour que les étudiants francophones de l’Ontario puissent mener des carrières enrichissantes et répondre aux demandes du marché du travail. »

Caroline Mulroney, ministre des Affaires francophones, et Ross Romano, ministre des Collèges et Universités. Source : Twitter

Une remarque qui a fait sourire Mme Joly.

« Si ça n’avait pas été du travail de tous les francophones à travers le pays, il n’y aurait pas eu ce projet-là ! Ça a été difficile, il a fallu se battre et en faire un enjeu de la campagne électorale. C’est pour ça qu’aujourd’hui, on a le droit de se réjouir. (…) Présentement, l’Ontario a une attitude constructive, car ils sont devenus convaincus de l’importance de ce projet. »

En point presse, la ministre Mulroney a d’ailleurs souligné l’importance pour les Franco-Ontariens de « ce grand projet de société ». Elle n’a toutefois pas manqué l’occasion de décocher une flèche à l’encontre du précédent gouvernement libéral ontarien.

« Pendant 15 ans, les libéraux n’avaient jamais mis d’argent de côté [pour l’UOF]. Ils avaient créé un projet de loi, financé un conseil d’administration pour 300 000 $, mais ils n’avaient jamais mis de financement concret. Nous, en 18 mois, nous avons trouvé un moyen d’aller de l’avant et d’octroyer du financement concret. »

Le RÉFO voit plus loin

L’annonce de cette entente, qui confirme le financement de l’UOF, est très bien accueillie par la présidente du conseil de gouvernance de l’UOF, Dyane Adam.

« L’UOF a désormais les moyens de ses rêves et de ses ambitions pour la communauté francophone de l’Ontario. Nous sommes ainsi en mesure de livrer des programmes universitaires aux premières cohortes d’étudiants à l’automne 2021 sur le campus de Toronto, grâce à l’appui de nos deux paliers gouvernementaux », écrit-elle dans un échange de courriels avec ONFR+, remerciant le travail de tous les acteurs du projet. « J’ai une équipe passionnée, déterminée et tellement dévouée. Ils ont tous fait la différence comme d’ailleurs, la communauté franco-ontarienne qui a porté ce projet sans relâche depuis presque une décennie et en a rêvé pendant près de cinq décennies. »

Dyane Adam.Crédit image : Jackson Ho

L’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO) partage sa satisfaction, alors que le Regroupement franco-ontarien (RÉFO), qui avait ravivé le projet en 2012, voit déjà plus loin.

« La venue d’une institution universitaire francophone pourra bonifier l’offre existante, et nous permettra de nous rapprocher du désir largement exprimé par notre communauté d’avoir une gouvernance des programmes postsecondaires francophones par et pour nos communautés », estime la présidente, Marie-Pierre Héroux.

Prochaines étapes

L’UOF va désormais se concentrer sur les prochaines étapes, explique le directeur général Jean-Luc Bernard, en entrevue avec ONFR+.

« Le travail continuait, c’est sûr, mais là on va pouvoir accélérer. »

D’ici quelques jours, le site de l’UOF à Toronto, qui a déjà été sécurisé selon M. Bernard, devrait être officiellement annoncé. En mars, une rencontre est prévue avec le ministère des Collèges et Universités pour détailler les programmes, qui sont en cours de validation.

« Le mois de février est également crucial en matière de recrutement de nouveaux étudiants. Nous allons donc développer notre stratégie de promotion, d’abord dans le Centre-Sud-Ouest, puis partout en Ontario. »

D’ici 2026-2027, l’UOF espère accueillir quelque 1 500 étudiants.

Dans le même temps, la future institution postsecondaire s’occupera de recruter ses enseignants et son personnel administratif et une campagne de financement devrait être annoncée prochainement, confirme le directeur général de l’UOF.

Article écrit avec la collaboration d’Étienne Fortin-Gauthier

Ce texte a été mis à jour le 22 janvier, à 15h25.

4+

POUR EN SAVOIR PLUS:

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !
4+