Passer au contenu Passer au pied de page

Deux Franco-Ontariens lauréats du Prix littéraire Champlain

Temps de lecture : 2 minutes

OTTAWA – Deux auteurs franco-ontariens se distinguent dans la littérature franco-canadienne. Les œuvres Des mines littéraires d’Isabelle Kirouac Massicotte (Prise de parole) et L’Odyssée des neiges de Pierre-Luc Bélanger (Éditions David) ont remporté les Prix Champlain respectivement dans les catégories « adulte » et « jeunesse ».

C’est la première fois que deux Franco-Ontariens obtiennent ce prix la même année. La raison est simple : ces récompenses qui honorent depuis 1957 la littérature franco-canadienne avaient toujours couronné jusqu’alors en alternance le volet « adulte » et celui de la « jeunesse ».

L’essai Des mines littéraires propose à partir d’une analyse d’œuvres marquantes de Daniel Saint-Germain, Jeanne-Mance Delisle, Jocelyne Saucier, Jean Marc Dalpé, Doric Germain, Hélène Brodeur, Michel Ouellette et d’autres, « une lecture comparative » de l’imaginaire littéraire minier de l’Abitibi et du Nord de l’Ontario, deux régions fondées sur l’industrie extractive.

Au total, ce sont quatre œuvres de l’Abitibi et sept ouvrages franco-ontariens qui sont analysés.

« Je voulais rendre visible des communautés invisibilisées dans le discours dominant », résume Isabelle Kirouac Massicotte. « Le Nord c’est pourtant là où la littérature et le théâtre franco-ontarien sont nés. »

Professeure adjointe au Département de français de l’Université de Toronto, et originaire de Val-d’Or, l’auteure s’est inspirée de ses travaux de doctorat.

« C’est une version remaniée de ma thèse de doctorat Des mines littéraires : étude chronotopique de l’imaginaire minier dans les littératures abitibienne et franco-ontarienne avec la question du Nord, de l’espace, l’idée de dépasser les frontières, en réunissant la littérature québécoise et franco-ontarienne. »

Intéresser les jeunes à la lecture

Dans la catégorie « jeunesse », L’Odysée des neiges représentait le quatrième roman de Pierre-Luc Bélanger. L’histoire d’un jeune adolescent rêvant d’une grande carrière dans la Ligue nationale de hockey, et dont un accident soudain vient mettre fin à ses rêves.

« Mon personnage principal Théo va rencontrer de nouvelles personnes, voir de nouvelles régions, et sortir un peu du marasme », indique Pierre-Luc Bélanger, lui-même enseignant en 9e année à l’École élémentaire publique Michel-Dupuis à Ottawa.

« Pour intéresser les jeunes élèves, il faut des dialogues percutants, ça prend aussi des chapitres pas trop longs, il faut savoir comment pousser le jeune à passer au prochain chapitre. J’aime faire voyager les lecteurs, les amener dans différentes régions du monde. »

À l’ère des médias sociaux, Pierre-Luc Bélanger croit qu’il est encore possible d’intéresser les jeunes générations à la littérature.

« Il faut être mordu de lecture, et lorsqu’on leur parle d’une histoire, ne pas hésiter à faire des liens, à simplifier, à demander aux élèves comment ils réagiraient à la place des personnages, à contextualiser… »

En 2017, Pierre-Luc Bélanger avait remporté le Prix du livre d’enfant Trillium en langue française pour son roman Ski, blanche et avalanche (Éditions David).

Autres finalistes

Parmi les autres finalistes en lice : L’Isle aux abeilles noires d’Andrée Christensen (Éditions David), Poupée de rouille de David Ménard (L’Interligne) et Roadkill de Lex Vienneau (Perce-Neige) pour la catégorie « adulte ».

Pour le volet « jeunesse » : Les Acmaq : Le secret de la vieille Madouesse de Diane Carmel Léger (La Grande Marée) et Promesse à un jaguar de Karen Olsen (La Nouvelle Plume).

Le Prix Champlain sera remis aux deux lauréats par la ministre québécoise responsable des Relations canadiennes et de la Francophonie canadienne, Sonia LeBel, lors d’une cérémonie 22 mars à Toronto.

1+

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !
1+