#Francophonie, #Ontario

Doug Ford rêve d’un mandat fort des Ontariens

Le chef du Parti PC, Doug Ford, a lancé sa campagne électorale à Etobicoke. Crédit image: Étienne Fortin-Gauthier

[ONVote2018]

ETOBICOKE – Contrairement à son entourage qui invite les partisans progressistes-conservateurs à faire preuve de retenue dans leurs prédictions, Doug Ford a affirmé haut et fort qu’il allait gagner un gouvernement majoritaire fort le 7 juin. Et malgré les promesses de son équipe, le lancement de campagne du parti ne s’est pas fait dans les deux langues officielles.

ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER
efgauthier@tfo.org | @etiennefg

«Nous allons gagner un gouvernement majoritaire fort», a lancé d’entrée de jeu Doug Ford devant des centaines de partisans réunis à Etobicoke. Confiant de remporter la victoire, il a affirmé que Kathleen Wynne devait compter les jours avant de vider son bureau de Queen’s Park.

Une confiance qui contrastait avec les propos du directeur de campagne, Dean French, qui avait affirmé quelques instants plus tôt qu’il fallait toujours être prudent, malgré les sondages qui donnent une large avance au Parti progressiste-conservateur (Parti PC) de l’Ontario. «Ne regardez pas les sondages, faites comme si on n’était pas en avance», a-t-il affirmé avant de poursuivre en affirmant qu’«il faut être humble, focus, travailler».

Le chef du Parti PC, Doug Ford, a lancé sa campagne électorale à Etobicoke. Crédit image: Étienne Fortin-Gauthier

Dans son discours, Doug Ford a tendu la main à ceux qui ont déjà voté pour les autres formations politiques. «Si vous avez déjà voté pour les libéraux ou le Nouveau Parti démocratique [NPD], ce n’est pas grave, vous êtes les bienvenus», a-t-il déclaré.

Dans un discours relativement court, qu’il a lu d’un télésouffleur, Doug Ford a répété ses principales promesses de campagne déjà annoncées au cours des dernières semaines. «La vie coûte plus cher. Des gens doivent choisir entre chauffer leur maison et mettre de la nourriture sur leur table», a-t-il lancé pour expliquer ses positions. «Avec mon gouvernement, l’Ontario connaîtra une prospérité qu’elle n’a jamais connue», a-t-il ajouté.

Au cours des derniers jours, un porte-parole de Doug Ford affirmait que la campagne du chef conservateur serait menée de manière bilingue. «Le Parti PC va communiquer avec les Ontariens dans les deux langues officielles», disait-il. L’événement ne s’est déroulé que dans la langue de Shakespeare.


Quelques citations marquantes de Doug Ford lors de son lancement de campagne

«Nous avons les meilleurs médecins et les meilleures infirmières de la planète, ici en Ontario. De l’aide est en route pour eux.»

«Les gens veulent du changement, on va leur donner du changement. On va être un gouvernement qui va apporter de la prospérité et qui va vous écouter.»

«Nous allons remettre de l’argent dans vos poches. On va commencer par éliminer la taxe carbone. On va couper les taxes pour ceux qui gagnent le salaire minimum.»

«Nous allons éliminer le programme d’éducation sexuelle des libéraux et on va s’assurer de consulter les parents.»


Fait à noter: quelques rares candidats vedettes étaient présents lors de l’événement, comme Caroline Mulroney, mais plusieurs autres brillaient par leur absence.

Doug Ford a terminé son discours en lançant «God bless you» à la foule électrique. Plusieurs ont accouru autour de lui pour capturer un égoportrait en sa compagnie.

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !

Étienne Fortin-Gauthier
Étienne Fortin-Gauthier
efgauthier@tfo.org @etiennefg

Étienne Fortin-Gauthier est journaliste depuis une dizaine d’années. Il a collaboré à plusieurs grands médias canadiens et européens, dont La Presse Canadienne, le quotidien La Presse, l’Agence France-Presse et le groupe de presse L’Avenir (Belgique). Il s’est initié aux dossiers de la francophonie canadienne lors d’un séjour au Réseau francophone d’Amérique, qui travaille de près avec les stations radiophoniques francophones en milieu minoritaire. Étienne est diplômé de l’École des affaires publiques et internationales de Glendon, à Toronto, et du programme bidisciplinaire en communication et science politique de l’Université de Montréal.