#Francophonie, #Ontario

Douglas Leroux, un Franco-Ontarien à la tête de Penetanguishene

Le nouveau maire de Penettanguishene, Douglas Leroux. Source: Facebook

PENETANGUISHENE – La municipalité de Penetanguishene a élu, mardi, un maire franco-ontarien. Douglas Leroux a défait le maire sortant, Gerry Marshall, qui bien qu’encore présent sur la liste des candidats avait finalement décidé de ne pas briguer sa propre succession, après sa nomination comme directeur général de la Ville de Wasaga Beach.

BENJAMIN VACHET
bvachet@tfo.org | @BVachet

La victoire de M. Leroux, avec 74 % des suffrages, n’avait donc rien d’une surprise, mardi soir. Mais elle vient récompenser ses 24 années d’engagement au sein du conseil municipal.

«Ça fait plusieurs années qui je pense à me présenter, mais tant que je travaillais encore, c’était impossible, car pour faire un bon maire, il faut avoir du temps», lance l’ancien conseiller municipal à #ONfr.

Propriétaire d’une entreprise de construction, il tourne cette page de sa carrière cet automne, pour en ouvrir une autre.

«Je suis natif de Penetanguishene, c’est donc une réelle fierté d’en devenir le maire. J’ai vu la ville évoluer, passer de 4 300 à près de 10 000 résidents aujourd’hui.»

 

Satisfaction des francophones

Chiffrée plus exactement à 8 962 résidents, selon le dernier recensement de Statistique Canada, la population de Penetanguishene compte également 740 personnes dont le français est la première langue parlée et 1635 personnes qui se disent bilingues.

Autant dire que l’élection d’un maire francophone est bien vue par la communauté franco-ontarienne.

«M. Leroux est présent comme conseiller à la Ville depuis plusieurs années et participe activement à nos activités. Nous croyons qu’il saura bien défendre les droits et les besoins des francophones. Nos attentes pour M. Leroux seront donc assez élevées et nous espérons son appui dans nos futurs projets culturels, patrimoniaux et touristiques, dont celui du Musée de l’école de la résistance», commente la directrice générale de l’organisme La Clé d’la Baie, Sylvia Bernard, dans un échange de courriels.

Douglas Leroux lors de l’inauguration du parc commémoratif Champlain, à Penetanguishene, en 2016. Source: Facebook

Le nouveau maire se dit très fier d’être le premier maire bilingue de Penetanguishene depuis une trentaine d’années et assure qu’il «aidera autant que possible la communauté franco-ontarienne».

 

Attentes mesurées

Si elle salue l’élection de son «ami» et souligne le rôle que ce dernier a longtemps joué comme porte-parole de la municipalité auprès de la communauté, l’ancienne présidente de la Clé d’la Baie, Anne Gagné, se montre mesurée quant aux attentes envers le nouveau maire.

«Il a toujours été présent dans nos activités et a pris son rôle au conseil municipal très à cœur. Il s’identifie comme bilingue, est connu, mais il ne faut pas oublier que ça prend cinq votes au conseil municipal pour prendre une décision. Il est donc prématuré de dire qu’il pourrait y avoir des changements pour les Franco-Ontariens.»

M. Leroux pourra toutefois compter sur deux autres conseillers bilingues à la table du conseil, Jessica Klug et Michel Mayotte. Mme Gagné reconnaît que l’élection de M. Leroux en remplacement du maire sortant Gerry Marshall constitue une bonne nouvelle pour les francophones.

«Le maire Marshall ne nous a pas donné beaucoup d’appui pour le projet d’aménagement du parc commémoratif Champlain, à Penetanguishene [inauguré dans le cadre du 400e anniversaire de présence française en Ontario en 2016]. Il a fallu se battre!», se souvient-elle.

C’est toutefois sous le mandat de M. Marshall que Penetanguishene a été la première municipalité à embarquer dans la campagne Hello/Bonjour, pour encourager l’offre active de services en français.

Son successeur se dit quant à lui ouvert à voir Penetanguishene rejoindre l’Association française des municipalités de l’Ontario (AFMO) et tentera de convaincre les élus autour de la table.

 

Infrastructures et santé

Outre les dossiers francophones, M. Leroux insiste sur les besoins en infrastructures de sa municipalité, dont les routes et les trottoirs, mais aussi sur la possibilité d’accueillir un nouvel aréna. Il assure cependant vouloir maintenir un niveau de taxes raisonnable.


«Nous sommes en train de finir la reconstruction de notre rue principale. Ça a été un gros projet et je prévois un gros party pour fêter ça!» – Douglas Leroux


Après le transfert de plusieurs programmes de santé de l’Hôpital général de Penetanguishene vers le site de Midland de l’Hôpital général de la baie Géorgienne, il espère maintenir les services de dialyse, de soins palliatifs et de soins continus complexes dans sa ville.

«Nous avons donné un terrain pour la construction d’un nouvel édifice pour les soins continus complexes et Hospice Huronie, mais le service de dialyse doit lui aussi rester là!»

Un avis que partage Mme Gagné qui souligne que même si ces programmes ne sont pas désignés en vertu de la Loi sur les services en français, comme pouvaient l’être plusieurs programmes de l’Hôpital général de Penetanguishene, les services bilingues y sont souvent disponibles.

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !
1+

Benjamin Vachet
Benjamin Vachet
bvachet@tfo.org @BVachet

Originaire de France, Benjamin Vachet vit au Canada depuis plus de douze ans. Titulaire d'un baccalauréat en Administration économique et sociale et d'une maîtrise de journalisme, il a commencé sa carrière en France, avant de la poursuivre au Canada. Il a travaillé pour les hebdomadaires Le Reflet, puis L’Express Ottawa et pour la radio francophone d’Ottawa, Unique FM. Il a rejoint le Groupe Média TFO en 2014. Passionné de politique ontarienne, fédérale et internationale, Benjamin cumule plus de treize années d’expérience en presse écrite, radio et télévision.