Passer au contenu Passer au pied de page
TIFF

Des salles obscures du TIFF au labyrinthe des filles du Roy

Temps de lecture : 3 minutes

[LE FIL CULTUREL DE L’ONTARIO FRANÇAIS]

Si les vacances sont finies, les événements culturels franco-ontariens eux continuent de résonner aux quatre coins de la province avec une programmation aussi bigarrée que variée. Toutefois, aussi riche soit le programme, il est éclipsé par le Festival international du film de Toronto (TIFF) qui ne manque pas d’œuvres francophones cette année.   

SEPTIÈME ART

Une présence francophone remarquée au TIFF

Bien que cette année le TIFF a quelque peu réduit sa sélection de films par rapport à la dernière édition en présentiel qui remonte à 2019, sur les 240 métrages choisis, 51 sont des productions, des coproductions et des réalisations françaises, auxquelles s’ajoutent 12 productions québécoises.

Parmi ces dernières figure le premier long-métrage, Falcon Lake, réalisé par la comédienne québécoise, Charlotte Le Bon et qui sera présenté pour la première fois en Amérique du Nord après avoir été projeté en première mondiale au Festival de Cannes il y a quatre mois de cela.

Conférence au TIFF Bell Lightbox le10 août dernier. Crédit image : Jeremy Chan/Getty Images

Le TIFF se tient en présentiel du 8 au 18 septembre et que le film de Charlotte Le Bon sera projeté le 8 et le 13 septembre au Scotiabank Theatre Toronto et le 14 septembre au TIFF Bell Lightbox.

HISTOIRE ET DIVERTISSEMENT

Un labyrinthe pour découvrir les filles du Roy

D’un maïs à un autre, la Société d’histoire des filles du Roy organise le dimanche 11 septembre à la ferme Ouimet farms adventure, à Vankleek Hill dans le canton de Champlain, un parcours découverte sous forme de labyrinthe de maïs ! Le but étant de découvrir l’histoire « des ancêtres, filles du Roy », tout en s’amusant.

Par ailleurs, les invités sont priés d’apporter tous les documents généalogiques en leur possession. Mais, attention, nulle sortie du labyrinthe n’est possible sans avoir identifié tous les indices qui s’y cachent. Vous voilà prévenus.

Source : Canva

LITTÉRATURE

Un calendrier pour le livre franco-ontarien

Si vous êtes à ce carrefour décisionnel bien connu chez les dévoreuses et dévoreurs de romans et que vous ne savez pas quelle sera votre prochaine lecture, cessez de vous torturer l’esprit.

En effet, en attendant le 25 septembre, jour des Franco-Ontariens et jour où les francophones de la province sont invités à acheter un livre d’une autrice et/ou d’un auteur de leur communauté, vous pouvez, du 1er au 24 septembre, découvrir chaque jour la suggestion d’un livre dans le « calendrier de l’avant », dans les médias sociaux et sur le site Web de la campagne « J’achète un livre franco-ontarien ».

C’est la première fois qu’un tel « calendrier » voit le jour en Ontario depuis le lancement de la campagne « J’achète un livre franco-ontarien » dont c’est la septième édition cette année.

Crédit illustration : Josée Lavoie

MUSIQUE

L’AfroFest de retour à Ottawa

Sur un autre registre, multiculturel celui-là, l’événement Afrofestival d’Ottawa se tient du 10 au 11 septembre au parc Mooney’s Bay. Pour celles et ceux que la pandémie a fait oublier les bonnes habitudes, il convient de rappeler que ce festival de musique et d’art est offert à titre gracieux et propose une panoplie de disciplines artistiques issues du continent africain et qui sont exécutées par des talents locaux et internationaux. 

De plus, pour les petits et grands creux, l’AfroFest propose également des stands de nourriture installés par des vendeurs locaux.

Affiche du festival. Source : www.afrofestivalottawa.ca

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !