#Francophonie, #Ontario

École francophone dans l’Est de Toronto: nouvelle proposition des parents

La ministre de l’Éducation de l’Ontario, Mitzie Hunter. Crédit image: Maxime Delaquis

TORONTO – La ministre de l’Éducation, Mitzie Hunter, a une nouvelle lettre sur son bureau de la Coalition de parents qui exige l’ouverture d’une école francophone dans l’Est de Toronto. Alors que des démarches judiciaires ont été lancées dans ce dossier, les parents montrent une certaine ouverture à la transformation de l’école Greenwood en établissement francophone, mais seulement à certaines conditions.

ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER
efgauthier@tfo.org | @etiennefg

Au cours des dernières semaines, le Conseil scolaire Viamonde a montré son désir de créer une école francophone dans l’ancienne école Greenwood, qui lui serait cédée par un conseil scolaire anglophone. Une quinzaine de millions de dollars seraient nécessaires pour effectuer des rénovations, notamment pour la création d’une cour sur le toit et l’agrandissement du gymnase. L’expansion du bâtiment permettrait d’accueillir 512 élèves, soit une centaine de plus que l’ancienne école Greenwood.

La Coalition de Parents pour une École Secondaire de Quartier (Coalition PESQ) demande plus pour le bien des futurs élèves. «Le bâtiment Greenwood est le pire bâtiment d’école secondaire ou intermédiaire dans la collectivité Est. Il est situé sur un terrain de 0,9 acre, n’a aucun espace vert ou cour de récréation, possède des immobilisations sportives, artistiques, et communautaires inadéquates, et n’a que quelques très petites fenêtres», écrivent les parents à la ministre de l’Éducation, Mitzie Hunter.

Ces parents francophones ne croient pas que les changements proposés par le Conseil scolaire Viamonde puissent permettre aux étudiants francophones de profiter d’installations éducatives équivalentes aux anglophones. «Ces éléments amélioreraient certainement le bâtiment Greenwood, sans toutefois le rendre équivalent», tranche la Coalition PESQ.

Et c’est là le cœur de l’argumentaire du groupe de parents, qui a également intenté une poursuite contre le gouvernement provincial en s’appuyant sur les mêmes bases. «La province a l’obligation de fournir une école équivalente dans les plus brefs délais pour arrêter d’enfreindre nos droits sous l’article 23 de la Charte [canadienne des droits et libertés] et freiner l’assimilation continue de notre communauté», affirment les parents dans la lettre à la ministre. Les élèves francophones et les élèves anglophones devraient recevoir la même qualité d’enseignement et dans le même type d’installation, selon eux.

Les parents acceptent néanmoins de mettre de l’eau dans leur vin. Auparavant, ils refusaient catégoriquement de considérer l’école Greenwood comme une option valable. Auprès de la ministre, ils listent plusieurs modifications qui pourraient possiblement la rendre équivalente.

«Les nombreuses discussions que nous avons eues avec les parents francophones de la collectivité Est dans les derniers jours confirment que si ces éléments étaient ajoutés, les parents considéreraient cette école comme équivalente aux écoles anglophones du quartier», selon la lettre.

Voici leurs quatre demandes:

  • Un usage exclusif du parc Felstead pendant les heures de classe et quelques matins et soirs par semaine, ainsi que des rénovations au parc pour y ajouter une piste et de la pelouse, des gradins, et une clôture
  • Une promenade piétonne reliant le bâtiment Greenwood au parc Felstead, pour empêcher la circulation sur l’avenue Mountjoy et assurer la sécurité des élèves de 11 à 17 ans qui devront traverser la rue plusieurs fois par jour, à chaque cour d’éducation physique ou activité sportive
  • La construction d’un véritable auditorium, qui servirait de lieu de rencontre pour les activités et représentations scolaires, ainsi que pour la communauté francophone dans la collectivité Est de Toronto (qui n’a pas présentement de carrefour communautaire ou autre espace de rencontre communautaire)
  • L’ajout d’une cafétéria séparée et d’un centre de ressources équipé de fenêtres pour fournir des aires de détente et des espaces communs aux élèves, ainsi qu’une fenestration suffisante dans les salles de classe

Pour l’instant, les parents vont de l’avant avec leurs démarches juridiques. Ils rappellent que des terrains non utilisés pourraient aussi permettre de bâtir une toute nouvelle école.

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !
2+

Étienne Fortin-Gauthier
Étienne Fortin-Gauthier
efgauthier@tfo.org @etiennefg

Étienne Fortin-Gauthier est journaliste depuis une dizaine d’années. Il a collaboré à plusieurs grands médias canadiens et européens, dont La Presse Canadienne, le quotidien La Presse, l’Agence France-Presse et le groupe de presse L’Avenir (Belgique). Il s’est initié aux dossiers de la francophonie canadienne lors d’un séjour au Réseau francophone d’Amérique, qui travaille de près avec les stations radiophoniques francophones en milieu minoritaire. Étienne est diplômé de l’École des affaires publiques et internationales de Glendon, à Toronto, et du programme bidisciplinaire en communication et science politique de l’Université de Montréal.