#Canada, #Francophonie

Francophonie: Michaëlle Jean défaite par Louise Mushikiwabo

Michaëlle Jean et Louise Mushikiwabo Crédit image: photomontage #ONfr

EREVAN – L’affrontement était attendu depuis des mois. Michaëlle Jean perd son poste de secrétaire générale de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF). Louise Mushikiwabo dirigera dorénavant les destinées de l’organisme phare des gouvernements francophones et francophiles de la planète.

ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER
efgauthier@tfo.org | @etiennefg

Michaëlle Jean tenait à se présenter une dernière fois devant les pays de l’Organisation internationale de la Francophonie dans une ultime tentative de les convaincre de lui accorder un deuxième mandat. Elle affirmait pouvoir compter sur un solide bilan s’appuyant sur la promotion de l’égalité entre les hommes et les femmes, une vision pour la jeunesse africaine et une stratégie en matière d’économie dans l’espace francophone.

Face aux tirs groupés des plus gros bailleurs de fonds de l’OIF, elle n’a pas fait le poids. Le président français Emmanuel Macron a tout fait pour convaincre les gouvernements membres de plutôt choisir sa protégée, Louise Mushikiwabo.

Au terme de discussions à huis clos, les membres de la Francophonie lui ont donné leur confiance. Celle qui est ministre des Affaires étrangères du Rwanda fait campagne depuis des mois pour convaincre les pays africains de la soutenir en bloc. Elle devient la quatrième secrétaire générale de l’OIF. La deuxième femme à la diriger.

Bon nombre de leaders africains ont salué l’entrée en scène de celle qui pilotait les Affaires étrangères du Rwanda depuis près d’une décennie. «C’est bien! L’Afrique parle maintenant d’une seule voix», a confié à des médias français le président de la Guinée, Alpha Condé.

Michaëlle Jean et Louise Mushikiwabo lors des travaux priliminaires du Sommet de la Francophonie à Erevan, le lundi 8 octobre. Gracieuseté OIF

Les craintes de nombreux organismes de la société civile concernant les failles démocratiques au Rwanda n’auront visiblement pas préoccupé les membres de l’OIF. Depuis quelques jours, de nombreux intervenants ont pris la parole pour dénoncer l’intérêt soudain du Rwanda pour le fait français. Plusieurs Canadiens d’origine rwandaise étaient du nombre.

Louise Mushikiwabo a déjà indiqué qu’elle comptait revoir le mandat de l’OIF. «La Francophonie a besoin d’un face lift», disait-elle dans une entrevue au magazine Jeune Afrique, récemment. Selon elle, il faut revenir aux sources et favoriser la promotion du français dans le monde, plutôt que de bâtir, par exemple, une vaste zone économique francophone comme le voulait Michaëlle Jean.

Originaire d’un pays où la langue anglaise est la langue d’enseignement, Mme Mushikiwabo répond que le français s’inscrit dans un environnement plus que jamais multilingue. «La francophonie n’est pas en guerre contre le Commonwealth, le français en guerre contre l’anglais. La francophonie s’inscrit dans un monde où il y a plusieurs langues, tout comme dans mon pays», affirmait-elle en entrevue à France24, ce printemps.

Louise Mushikiwabo a 57 ans et elle est la neuvième d’une famille de neuf enfants. Douée dans ses études, elle devient rapidement professeure d’anglais, puis part vers les États-Unis où elle rencontrera son mari et où elle vivra une vingtaine d’années. Au même moment, le Rwanda se déchire. Entre avril et juillet 1994, entre 800 000 et un million de citoyens de la minorité tutsi sont assassinés dans le pays par des milices hutus. Elle ne reviendra vivre dans le pays qu’en 2008. Elle se fait offrir le poste de ministre de l’Information, puis des Affaires étrangères, par le président Paul Kagame.

 

Une longue agonie pour Michaëlle Jean

Au Québec, Michaëlle Jean a obtenu une couverture largement négative depuis deux ans. Les rénovations faites à son appartement de fonction, certains voyages ou initiatives de l’OIF ont été dénoncées vivement par plusieurs observateurs, qui affirmaient qu’elle profitait de l’argent des payeurs de taxes.

Au cours des derniers mois, les membres les plus influents de l’Organisation internationale de la Francophonie ont tourné le dos à Michaëlle Jean, les un après les autres. À quelques heures du Sommet de la francophonie, le Canada et le Québec confirmaient ne plus appuyer la Canadienne, préférant son adversaire rwandaise. Un coup fatal.

À l’ouverture du Sommet de la Francophonie, Michaëlle Jean a joué le tout pour le tout devant les membres de l’organisation. Elle a affirmé qu’un choix se présentait à eux. «En toute conscience et en toute responsabilité, demandons-nous de quel côté de l’histoire voulons-nous être?», a-t-elle affirmé en parlant abondamment de droits humains et de l’importance de la démocratie.

«Sommes-nous prêts à accepter que des organisations internationales soient utilisées à des fins partisanes? […] Sommes-nous prêts à accepter que le mot démocratie soit vidé de son sens pour laisser place à la realpolitik ou à des petits arrangements entre États», a-t-elle laissé tomber.

Michaëlle Jean au Sommet de la Francophonie, en Arménie Crédit image: Gracieuseté OIF

Bon nombre d’observateurs estiment que la France a voulu jouer un rôle dans la course à la direction de l’OIF pour des raisons géopolitiques, afin de rebâtir les ponts avec le Rwanda et pour se positionner en Afrique. Dans une entrevue avec #ONfr, en juillet, Michaëlle Jean réagissait vivement à ces hypothèses.

«Pourquoi mettre dans la balance le secrétariat général de la Francophonie? Ça crée un malaise, un grand malaise […] Est-ce que cela doit supposer que nos propres intérêts viennent déstabiliser une organisation internationale positionnée sur l’échiquier du multilatéralisme?», confiait-elle.

Les Franco-Ontariens se souviendront peut-être davantage de ses efforts pour permettre à l’Ontario de joindre les rangs de la francophonie internationale. À plusieurs reprises, elle a appuyé les démarches de la province et multiplié les lettres et les visites auprès du gouvernement libéral de Kathleen Wynne. L’Ontario a joint l’OIF en 2016, à Madagascar.

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !

Étienne Fortin-Gauthier
Étienne Fortin-Gauthier
efgauthier@tfo.org @etiennefg

Étienne Fortin-Gauthier est journaliste depuis une dizaine d’années. Il a collaboré à plusieurs grands médias canadiens et européens, dont La Presse Canadienne, le quotidien La Presse, l’Agence France-Presse et le groupe de presse L’Avenir (Belgique). Il s’est initié aux dossiers de la francophonie canadienne lors d’un séjour au Réseau francophone d’Amérique, qui travaille de près avec les stations radiophoniques francophones en milieu minoritaire. Étienne est diplômé de l’École des affaires publiques et internationales de Glendon, à Toronto, et du programme bidisciplinaire en communication et science politique de l’Université de Montréal.