#Francophonie, #Ontario

Glengarry-Prescott-Russell: Crack renonce, Leroux s’engage

Le député libéral sortant de Glengarry-Prescott-Russell, Grant Crack. Archives #ONfr

EMBRUN – Les cartes sont redistribuées dans la circonscription de Glengarry-Prescott-Russell. Le député libéral sortant Grant Crack ne se représentera pas pour les élections provinciales du 7 juin prochain.

SÉBASTIEN PIERROZ
spierroz@tfo.org | @sebpierroz

«Après un examen approfondi et des discussions sincères avec ma famille, j’en suis venu à la conclusion qu’il est temps pour moi d’avancer vers d’autres opportunités de carrière. Cela a été une décision extrêmement difficile à prendre», a fait part M. Crack, jeudi 5 avril, par voie de communiqué.

L’élu quitte ainsi la vie politique à 55 ans. Ancien maire de Glengarry-Nord, M. Crack avait succédé en 2011 au député Jean-Marc Lalonde à la tête de la circonscription. Il avait été réélu facilement en 2014 face à la candidate progressiste-conservatrice, Roxane Villeneuve.

C’est le maire de Russell, Pierre Leroux, qui briguera l’investiture libérale dans la circonscription majoritairement francophone.

«Depuis 17 ans, mon chez moi, c’est la municipalité de Russell», a déclaré M. Leroux. Et il n’y a pas de meilleur endroit pour fonder une famille ou gérer une entreprise que dans Glengarry-Prescott-Russell. Les gens de GPR méritent un représentant provincial qui comprenne les défis auxquels nous sommes tous confrontés, et plus important encore, quelqu’un qui comprenne les possibilités que notre région a tant à offrir. Je suis quelqu’un qui s’engage à rendre nos vies plus faciles et plus abordables économiquement.»

 

«Financièrement conservateur, et socialement libéral», insiste Leroux

Lors d’une entrevue avec #ONfr au cours de la journée, M. Leroux précise sa pensée. «Je reconnais que ce n’était pas planifié. J’avais d’abord été approché par des membres locaux du Parti progressiste-conservateur. Je suis financièrement conservateur, et socialement libéral. Peu importe la couleur, rouge, bleue, orange, vert, je peux travailler avec tout le monde.»

S’il passe le test de l’investiture libérale, puis de l’élection du 7 juin prochain, M. Leroux a déjà quelques projets en tête. «Le dossier du remboursement des frais liés au transport ambulancier (lorsque les déplacements vont en dehors de Glengarry-Prescott-Russell) est important. De même, l’agrandissement de l’autoroute 417 et la route 174, la gestion des matières recyclables à Glengarry-Nord, ou encore l’avenir du Collège d’Alfred.»

Le maire de Russell, Pierre Leroux. Crédit image: Gracieuseté.

 

L’association locale pas prévenue?

Le communiqué envoyé jeudi matin à la presse par M. Leroux est limpide. Reste que tous n’auraient pas été prévenus. À commencer par l’Association libérale de Glengarry-Prescott-Russell.

«Les membres de l’exécutif de l’association n’étaient pas au courant», laisse entendre l’ancien député Jean-Marc Lalonde, joint par #ONfr. «Je suis très surpris. Qu’une association n’ait pas été mise en courant d’une candidature ainsi, par le gouvernement, je n’ai jamais vu cela.»

L’ancien député provincial, Jean Marc-Lalonde. Crédit image: Gracieuseté municipalité de Clarence-Rockland

Le candidat se veut clair sur ce point. «Je n’ai pas d’expérience vraiment pour communiquer avec l’association locale. En fait, j’ai été approché par le député sortant Grant Crack. Il m’a demandé si j’étais intéressé à prendre sa place.»

M. Leroux pourrait être opposé à la candidate progressiste-conservatrice, Amanda Simard, le 7 juin prochain. Cette dernière est elle-même conseillère municipale à Russell.

De là à imaginer un duel fratricide au sein de la municipalité? «Il faut vraiment distinguer l’aspect provincial et l’aspect municipal, ce dont nous allons parler aux réunions municipales», explique M. Leroux. «Nous n’avons pas de partis politiques à l’échelle municipale, donc je ne suis pas inquiet quant à notre relation.»

Dans un échange de courriels avec #ONfr en fin d’après-midi, Mme Simard a également réagi au départ de M. Crack: «Je remercie Grant Crack pour ses nombreuses années de service public et je lui souhaite la meilleure des chances pour ses nouveaux projets. Cela étant dit, je peux comprendre son choix de ne pas vouloir défendre le bilan des libéraux de Kathleen Wynne, teinté par les scandales, le gaspillage, la mauvaise gestion, les hausses de taxes et d’impôts et des tarifs d’hydroélectricité exorbitants.»

Le candidat néo-démocrate n’a lui pas encore été désigné.

 

Cet article a été mis à jour pour la dernière fois, le 5 avril à 18h44.

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !

Sébastien Pierroz
Sébastien Pierroz
spierroz@tfo.org @sebpierroz

Natif d’Annecy dans les Alpes françaises, Sébastien Pierroz obtient une maîtrise d’histoire de l’Université Paris Panthéon-Sorbonne en 2007. Après avoir travaillé pour Le Reflet dans l’Est ontarien, puis L’Express d’Ottawa, Sébastien rejoint l’équipe d’#ONfr au Groupe Média TFO en janvier 2015.