Passer au contenu Passer au pied de page

Julie Lutete, une voix nouvelle pour les Noirs francophones

Temps de lecture : 8 minutes

[LA RENCONTRE D’ONFR+] 

OTTAWA – Julie Mbengi Lutete est la première présidente de la Coalition des Noirs Francophones de l’Ontario (CNFO). En ce Mois de l’histoire des Noirs, la fondatrice et directrice générale de l’Auberge francophone explique les objectifs de ce nouvel organisme et revient sur son parcours de la République démocratique du Congo jusqu’au Canada.

« Vous êtes la présidente de la Coalition des Noirs Francophones de l’Ontario, un organisme attendu depuis longtemps et qui a finalement vu le jour à l’automne 2019. Expliquez-nous sa mission ?

La Coalition se veut le porte-parole des Noirs francophones de l’Ontario. Elle veut agir comme voix politique de cette communauté, revendiquer ses droits et la représenter aussi bien au niveau municipal, que provincial et fédéral. La communauté noire avait besoin depuis longtemps d’un tel organisme, car les Noirs font face à des défis et des barrières particuliers.

Sa création s’est faite dans la discrétion. Pourquoi ?

Notre organisme ne reçoit aucun financement gouvernemental. Nous comptons uniquement sur les bénévoles et un minimum de ressources. Il est donc plus difficile de mettre en place des moyens de rejoindre les gens, d’organiser des activités… Mais nous travaillons pour avoir des subventions afin de pouvoir développer la Coalition.

Pour quelle raison avez-vous jugé nécessaire la création d’un tel organisme ?

Depuis que je suis arrivée au Canada, j’ai participé à plusieurs consultations, siégé sur plusieurs conseils d’administration d’organismes… J’ai notamment assisté aux consultations sur la nouvelle structure de l’ACFO provinciale, qui deviendra l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario. À l’époque, on avait déjà identifié le besoin d’une structure propre pour faire avancer la cause des minorités raciales et ethnoculturelles. C’est ce qui a entraîné la création de l’Union Provinciale des Minorités Raciales et Ethnoculturelles Francophones de l’Ontario (UP-MREF), mais on se posait déjà la question de la pertinence d’avoir un organisme propre pour la communauté noire francophone.

Julie Mbengi Lutete. Montage ONFR+

Aujourd’hui, c’est le temps. Avec tout ce que nous avons vécu, avec le racisme et les barrières que connait notre communauté, l’absence de représentation au niveau politique et dans les postes à responsabilités, notamment dans la fonction publique, nous jugeons que c’est bon de prendre un leadership.

À titre personnel, qu’est-ce qui vous a motivé à vous présenter comme présidente ?

C’est une cause qui me tient à cœur et je veux faire profiter la Coalition de mon expérience.

En quoi cet organisme est-il différent de la défunte Union Provinciale des Minorités Raciales et Ethnoculturelles Francophones de l’Ontario (UP-MREF) sur laquelle vous avez siégé comme vice-présidente ?

Je veux que les choses soient claires : la Coalition ne remplace pas l’UP-MREF. Je ne veux pas qu’on réfère toujours la Coalition à l’UP-MREF. C’est un nouveau dynamisme qui est mis en place, très important pour notre communauté. J’ajouterais également qu’avant de parler de l’UP-MREF, il est important de ne pas oublier que ce n’est pas le seul organisme qui a connu des difficultés dans son histoire. D’autres organismes francophones ont eu des hauts et des bas.

La Coalition met l’accent sur l’unité. Elle réunit des personnes originaires de différents pays africains et des Caraïbes, avec une culture différente, mais avec ce souci de travailler ensemble pour faire avancer les choses. Depuis sa création, c’est cet esprit de collaboration qui domine. Tout le monde veut aller de l’avant.

Julie Mbengi Lutete avec les ministres fédérales,  Kirsty Duncan et Maryam Monsef. Gracieuseté

En ce moment, l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO) travaille avec un comité pour favoriser l’inclusion des personnes de minorités raciales et ethnoculturelles. Que pensez-vous de cette initiative ?

Je siège sur ce comité et j’estime que c’est un travail très louable qu’est en train de faire l’AFO pour mettre en œuvre les recommandations du rapport de Léonie Tchatat sur l’inclusion. On travaille là-dessus et c’est très prometteur. Je suis sûr que ça va aboutir à de bonnes solutions.

Vous avez occupé le poste de vice-présidente de l’AFO. Partagez-vous l’avis que l’organisme n’est pas aussi inclusif qu’il devrait l’être ?

En partie, oui. Et c’est la raison pour laquelle il est important d’avoir un organisme comme la Coalition pour appuyer les besoins et les priorités des Noirs. Cela n’empêchera pas l’AFO de continuer à représenter toute la communauté franco-ontarienne. L’AFO est très forte politiquement et pour la communauté, ses tables de concertation ont permis de renforcer les ACFO régionales et c’est très positif. Nous allons travailler avec eux. La Coalition est d’ailleurs déjà membre de l’AFO.

Julie Mbengi Lutete. Source : Twitter

Et à l’échelle de l’Ontario, trouvez-vous que la place des minorités raciales et ethnoculturelles est assez valorisée ?

Il y a encore beaucoup à faire. Les gouvernements doivent davantage valoriser la diversité. Il y a encore beaucoup de barrières, notamment au niveau de l’emploi.

Que faudrait-il faire pour améliorer la situation ?

C’est une vaste question, mais je pense qu’il faut continuer à sensibiliser aux problèmes de racisme à travers la province et tout le pays. Il faudrait aussi développer des programmes pour permettre à nos jeunes un meilleur accès aux universités, à certaines professions qui leur sont moins accessibles, comme médecin par exemple. Nous sommes prêts à travailler avec le gouvernement et à l’aider pour développer des solutions.

Février marque le Mois de l’histoire des Noirs. En quoi est-ce un événement important pour vous ?

C’est quelque chose de très important pour moi. Ça a toujours été un enjeu et un défi pour le Canada, comme pour les États-Unis, dont l’histoire a été marquée par des inégalités entre les Noirs et les Blancs, des injustices dans le temps… C’est donc important de reconsidérer cette partie de l’histoire et le besoin fondamental d’intégrer les communautés noires. Il n’est jamais trop tard pour le faire ! Et cela doit s’adresser à tout le monde, pas seulement aux Noirs. On doit célébrer la richesse, les valeurs, l’histoire et les succès des Noirs et leur contribution à ce pays. L’histoire des Noirs doit aussi faire partie du curriculum à l’école.

Julie Mbengi Lutete (à gauche) avec la ministre des Affaires francophones, Caroline Mulroney. Source : Twitter

En 1999, vous avez créé l’Auberge francophone, pour offrir de l’accueil et des services aux réfugiés francophones. Comment est né ce projet ?

Quand je suis arrivée comme réfugiée à Toronto, en 1997, seule avec ma fille, j’ai vite remarqué qu’il n’y avait aucun service en français. Je pensais pourtant que le pays était bilingue, mais je ne savais pas que seul le fédéral offrait des services dans les deux langues officielles.

Quand je vivais dans le centre d’accueil, je devais faire appel à un service d’interprétation. Mais quand j’en avais besoin pendant la fin de semaine, il n’était pas disponible et je devais attendre le lundi… J’ai connu ces difficultés d’accès aux services en français !

Alors, avec un groupe de nouveaux arrivants comme moi, on s’est dit qu’il était important d’avoir un organisme pour aider les nouveaux arrivants, les accompagner dans leurs démarches. Ça a d’abord commencé depuis chez moi, puis le projet a grandi, avec différents projets, comme lorsque nous avons aidé à l’installation de familles demandeuses d’asile francophones dans la région d’Etobicoke, puis avec le projet « Hommes immigrants » pour aider les hommes nouveaux arrivants à comprendre la culture canadienne. Là, nous travaillons sur un projet d’aiguillage en matière d’aide juridique.

Pourquoi avoir choisi le Canada en 1997 ?

J’ai choisi le Canada et ne voulais pas aller ailleurs, car je connaissais déjà le pays. J’avais une sœur qui y vivait depuis 1986. En 1993, je suis venue l’aider, car elle était gravement malade et hospitalisée, et je m’occupais de ses deux enfants. Elle est finalement décédée. J’aurais pu rester ici à l’époque, mais j’avais un travail de secrétaire exécutive à l’Hôtel de la Monnaie au Congo [un des services de la Banque centrale du Congo].

Julie Mbengi Lutete à la Banque centrale de la République démocratique du Congo, en 1990. Gracieuseté

Finalement, avec la guerre qui a entraîné le remplacement de Mobutu par Laurent-Désiré Kabila, je suis venue me réfugier ici et j’y ai retrouvé ma nièce et mon neveu.

Comment se sont passés vos premiers pas ?

Ça a été un grand changement qui a profondément affecté ma vie. Je suis arrivée seule, avec ma fille d’un an. J’ai laissé derrière moi un train de vie, un travail permanent, ma famille qui m’a toujours entouré… Mon mari n’a pu me rejoindre que cinq ans plus tard… Ça n’a pas été facile. Il a fallu tout reprendre à zéro, apprendre une nouvelle langue et trouver un emploi. Même si j’avais de l’expérience en administration, comme je n’étais pas bilingue, ce n’était pas évident. Et c’est difficile de vivre loin de sa famille.

Avez-vous pu retourner la voir depuis ?

Une fois, en 2013. Mais je n’ai pas pu être là pour les obsèques de mon père et de ma mère. Ce n’est pas facile, mais c’est la réalité des personnes qui immigrent, d’où l’importance d’avoir des structures pour s’occuper de leurs priorités, car ce ne sont pas les mêmes que celles des francophones d’ici.

Quand on parle d’isolement, par exemple, ce n’est pas la même chose pour une personne qui est née ici que pour une personne qui arrive et n’a pas d’autre choix. Il y a aussi l’importance pour les immigrants de pouvoir faire venir leur famille. Une fois, ma sœur qui vit à Londres voulait venir me voir avec ses enfants pour Noël, son visa lui a été refusé ! Ça fait mal ! Dans ces temps-là, on se demande à quoi ça sert d’être Canadien…

Avec le temps, quel regard portez-vous sur votre parcours ?

C’est un sentiment partagé. Il y a du pour et du contre. Le Canada est une terre d’accueil et d’opportunités, mais c’est aussi un pays où il y a encore des barrières.

Quand je vois ma fille, je suis contente des structures dont elle a bénéficié pour étudier dans de bonnes conditions, sécuritaires, alors que dans mon pays d’origine, les choses ont beaucoup régressé de ce point de vue là. Mais l’absence de la famille est toujours là et les conditions d’immigration rendent très difficiles de les faire venir.

Avez-vous souffert de ces barrières ?

Oui, beaucoup, tant dans mon travail que dans mon quotidien, comme toute personne de couleur noire. Mon statut de réfugié m’a aussi bloqué pour avoir accès à des emplois permanents. On ne regardait même pas mon travail ni mes compétences, seulement le fait que je n’étais pas résidente permanente à l’époque.

Voyez-vous tout de même des améliorations ?

Il y a quelques avancées, mais encore tellement à faire… Je ne comprends pas, par exemple, pourquoi, alors qu’on veut plus d’immigration francophone, on facilite les choses pour certains pays francophones, mais pas pour d’autres, notamment en Afrique centrale. On doit aussi recruter là-bas ! »


LES DATES-CLÉS DE JULIE LUTETE :

1964 : Naissance à Kinshasa (République démocratique du Congo)

1993 : Diplôme de gestion administrative à l’Institut supérieur du commerce de Kinshasa

1997 : Arrivée au Canada

1999 : Fondatrice et directrice générale de l’Auberge francophone à Toronto

2006 : Vice-présidente de l’UP-MREF

2009 : Vice-présidente de l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario

Chaque fin de semaine, ONFR+ rencontre un acteur des enjeux francophones ou politiques en Ontario et au Canada.

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !
11+