#Ontario

La campagne s’intensifie dans la région de Toronto

Kathleen Wynne en visite à l'usine Paramount Fine Foods de Mississauga, ce mercredi. Crédit image: Twitter

[ONVote2018]

Les trois chefs étaient dans la région de Toronto ce mercredi. Après une semaine de campagne, le ton est de plus en plus dur entre les trois formations politiques.

JEAN-FRANÇOIS MORISSETTE
jmorissette@tfo.org | @JFMorissette72

SÉBASTIEN PIERROZ
spierroz@tfo.org | @sebpierroz

DIDIER PILON
dpilon@tfo.org | @DidierPilonONFR

 

Appel au départ d’un candidat pour les libéraux

Le Parti libéral de l’Ontario (PLO) a tenté de plonger dans l’embarras le chef du Parti progressiste-conservateur (Parti PC) de l’Ontario, Doug Ford, avec des propos tenus par son candidat dans la circonscription de London-Ouest, Andrew Lawton.

Andrew Lawton, un ancien collaborateur au média de droite The Rebel, a notamment dit que la religion catholique était «la seule vraie religion» et appelé à «bannir l’islam».

M. Lawton a également tenu des propos désobligeants envers les femmes et les minorités ethniques. Ces propos remontent à 2015 et 2016. Ce n’est pas la première fois que le candidat progressiste-conservateur est dans l’embarras pour des propos passés qu’il a tenus sur les ondes. M. Lawton avait assuré le mois dernier qu’il était atteint d’une maladie mentale à l’époque et qu’il ne fallait pas le juger pour ses propos passés.

Deb Matthews, députée sortante de London-Nord et la co-présidente de la campagne des libéraux, a pressé M. Ford de renvoyer son candidat.

Mme Matthews a déploré que M. Lawton ait été choisi par M. Ford pour être candidat et selon elle, cela illustre le manque de jugement du chef du Parti PC.

Deb Matthews, députée sortante de London-Nord. Crédit image: Jean-François Morissette

En fin de journée, M. Ford a indiqué qu’il allait être solidaire de son candidat, mais a toutefois condamné ses propos.

Dans le même temps, Kathleen Wynne était en visite dans l’usine de Mitsubishi Heavy Industries Canada Aerospace à Mississauga. Une manière pour elle de promouvoir les subventions gouvernementales à l’industrie privée.

 

Ford veut s’attaquer au prix de l’essence

Le chef du Parti progressiste-conservateur (Parti PC) de l’Ontario, Doug Ford, était de passage à Oakville pour faire une annonce sur le prix du carburant. S’il est élu en juin, M. Ford s’est engagé à diminuer le prix de l’essence de 10 cents le litre. Il a d’ailleurs blâmé le système de plafonnement et d’échange de carbone du gouvernement Wynne pour les prix élevés à la pompe.

«Si vous avez besoin de conduire votre voiture pour aller au travail ou pour porter vos enfants à la garderie, les libéraux et le NPD ont les mains dans vos poches à chaque fois que vous allez à la pompe», a-t-il lancé.

Le chef du Parti progressiste-conservateur Doug Ford. Crédit image: Twitter

Le système de plafonnement et d’échange a été mis en place par la province pour remplacer la taxe du carbone fédéral. Annuellement ce système rapporte à l’État près d’un milliard de dollars. Presser par les médias sur ce manque à gagner, M. Ford a assuré qu’il serait en mesure de trouver des économies à grande échelle s’il était porté au pouvoir. Il a d’ailleurs cité le rapport de la vérificatrice générale de l’Ontario, Bonnie Lysyk, comme un exemple d’endroit où des «efficacités» peuvent être trouvées.

M. Ford sera à Mississauga en soirée afin de tenir un rassemblement partisan.

 

Horwath répond aux électeurs sur Twitter

De son côté, Andrea Horwath n’a tenu qu’un événement public, soit une conférence de presse au Centre de garderie Bradford, à Scarborough. La conférence mettait de l’avant sa position en matière de garderies. Selon leur plateforme, les néo-démocrates créeraient 202 000 nouveaux espaces de garderie, à 12 $ par jour, dans les centres autorisés et sans but lucratif. Ces espaces seront gratuits pour familles gagnant moins de 40 000 $ par an. «Et si Kathleen Wynne a permis que les services de garderie deviennent les plus chers et les moins accessibles au pays, Doug Ford pense que les familles ontariennes n’ont qu’à se débrouiller toutes seules», a insisté Mme Horwath.

En après-midi, Mme Horwath s’est tournée vers Twitter pour répondre aux questions des électeurs. Elle s’est prononcée sur des sujets aussi variés que la dette étudiante, le salaire minimum et ses émissions de télévision préférées.

Andrea Horwath répond à ses partisans sur Twitter. Capture écran Twitter

«Les prix des logements – que ça soit pour acheter ou pour louer – sont hors de la portée de bien des familles», a-t-elle répondu à Delia Bataran, qui l’interrogeait sur l’accessibilité de l’immobilier. «Mais nous avons un plan: bâtir plus de logements abordables, créer des partenariats avec les municipalités pour réparer le stock qui s’effondre, et apaiser le marché pour que les gens puissent se permettre d’avoir un domicile.»

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !

Sébastien Pierroz
Sébastien Pierroz
spierroz@tfo.org @sebpierroz

Natif d’Annecy dans les Alpes françaises, Sébastien Pierroz obtient une maîtrise d’histoire de l’Université Paris Panthéon-Sorbonne en 2007. Après avoir travaillé pour Le Reflet dans l’Est ontarien, puis L’Express d’Ottawa, Sébastien rejoint l’équipe d’#ONfr au Groupe Média TFO en janvier 2015.