#Canada, #Francophonie, #Ontario

La Colombie-Britannique lorgne sur les enseignants franco-ontariens

OTTAWA – Alors que l’Ontario connaît une pénurie d’enseignants de langue française, le District scolaire de Vancouver était à Ottawa, lundi 12 février, pour une opération séduction auprès des actuels et futurs enseignants qui parlent le français.  

BENJAMIN VACHET
bvachet@tfo.org | @BVachet

Étudiant à la Faculté d’éducation de l’Université d’Ottawa, Nicolas Villeneuve, s’apprête d’ici quelques mois à faire son entrée sur le marché du travail. S’il ne sait pas encore où il travaillera une fois son diplôme en poche, une chose est sûre, il ne manquera pas d’opportunités.

«On sait qu’il y a une pénurie en ce moment, encore plus dans l’Ouest du pays, alors je garde toutes les portes ouvertes», explique l’étudiant de 23 ans, originaire de Kingston.

Une analyse que partage Fabien Zelefack, qui débute sa formation d’enseignant.

«C’est bien de savoir qu’il y a des besoins partout. Comme ce n’est pas toujours facile de trouver un emploi quand on termine ses études, surtout dans les grandes villes, c’est intéressant de voir ce qui se passe ailleurs.»

Car les besoins sont nombreux et pas seulement en Ontario. Le District scolaire de Vancouver, notamment, a plusieurs postes à combler, notamment du fait de la popularité des programmes d’immersion et des cours de français langue seconde.

Le directeur des programmes éducatifs au District scolaire de Vancouver, Adrien Keough (à droite). Crédit image: Benjamin Vachet

«Ça fait 25 ans qu’on vient à Ottawa pour recruter des enseignants qui parlent le français, mais cette année, la pénurie est encore plus importante, car Il y a 18 mois, la Cour suprême du Canada a redescendu la taille des classes. Nous avons sept postes disponibles immédiatement et pour septembre, on parle d’une centaine», explique le directeur des programmes éducatifs, Adrien Keough.

Son conseil scolaire lorgne autant sur les jeunes diplômés que sur les enseignants déjà expérimentés. Et Ottawa se trouve être une place de choix pour recruter, ajoute-t-il.

«L’Ontario forme bien ses enseignants et nous sommes très satisfaits de ceux que nous accueillons. Depuis le début de l’année, on a déjà embauché dix professeurs venus de l’Ontario. Ottawa est une ville particulièrement intéressante pour nous, car c’est bilingue.»

 

Des arguments pour convaincre

Pour convaincre, M. Keough, qui a lui-même quitté l’Ontario 25 ans auparavant pour poursuivre sa carrière à Vancouver, joue la carte de la qualité de vie, car les salaires moyens en début de carrière sont les mêmes qu’en Ontario, soit entre 46 000 et 55 000 dollars par an.

«On sait que c’est cher de vivre à Vancouver. La Colombie-Britannique n’est pas la province qui paie le mieux les enseignants, même si on est assez compétitifs. On insiste donc plutôt sur la qualité et sur l’expérience de vie.»

Crédit image: Benjamin Vachet

Son conseil scolaire offre une allocation de déménagement de 1 500 $ comme mesure incitative et envisage de proposer des séjours temporaires à domicile pour aider les candidats à déménager à Vancouver.

Les conditions de travail font partie des critères importants dans le choix de M. Villeneuve.

«C’est le premier critère, mais c’est sûr que l’endroit compte beaucoup aussi.»

Pour M. Zelefack, il s’agira surtout de trouver un emploi.

«Je suis prêt à aller n’importe où pour trouver un emploi, c’est le critère principal qui guidera mon choix.»

 

Inquiétude des  conseils scolaires franco-ontariens

Les conseils scolaires francophones de l’Ontario sont inquiets de l’attrait que peuvent avoir les futurs enseignants auprès des autres provinces. D’autant que la Colombie-Britannique n’était pas la seule province présente à la foire de l’emploi organisée par l’Université d’Ottawa.

«La pénurie d’enseignants francophones touche tout le Canada et les universités n’arrivent pas à combler les besoins», indique Jean Lemay, président de l’Association franco-ontarienne des conseils scolaires catholiques (AFOCSC).

Cette situation s’expliquerait par le départ à la retraite des enseignants du baby-boom, mais aussi par la décision du gouvernement provincial de contingenter les formations en enseignement pour contrer la pénurie de postes pour les enseignants anglophones. Mais dans les conseils scolaires francophones, le phénomène est bien différent.

«À Ottawa ou encore dans l’Est ontarien, il y a moins de demandes, mais dans le reste de la province, il y a beaucoup de besoins. Dans le Sud, il y a des écoles qui doivent faire appel à des parents pour remplacer nos enseignants quand ils sont en formation.»

L’Association des conseils scolaires des écoles publiques de l’Ontario (ACÉPO) se montre toutefois confiante.

«C’est une saine compétition et nous sommes prêts à y répondre. Nous offrons de bonnes conditions de travail, un milieu de travail francophone, une vie culturelle en français…», énumère le président de l’ACÉPO, Denis Chartrand.

Un argument qui compte pour M. Zelefack.

«C’est vrai que je suis un peu inquiet d’aller dans des endroits purement anglophones, car mon anglais est encore limité.»

Très volubile sur la question de la pénurie d’enseignants, le président de l’Association des enseignantes et des enseignants franco-ontariens (AEFO) Rémi Sabourin en appelle à la province.

«Le gouvernement doit faire davantage pour trouver des solutions qui répondent à la pénurie.»

D’autant que selon M. Lemay, malgré la pénurie d’enseignants francophones, les universités peinent toujours à remplir leurs salles de classe.

 

 


POUR EN SAVOIR PLUS:

La pénurie d’enseignants francophones continue d’inquiéter

Menace pour le recrutement des enseignants francophones

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !
1+

Benjamin Vachet
Benjamin Vachet
bvachet@tfo.org @BVachet

Originaire de France, Benjamin Vachet vit au Canada depuis plus de dix ans. Titulaire d'un baccalauréat en Administration économique et sociale et d'une maîtrise de journalisme, il a commencé sa carrière en France, avant de la poursuivre au Canada. Il a travaillé pour les hebdomadaires Le Reflet, puis L’Express Ottawa et pour la radio francophone d’Ottawa, Unique FM. Il a rejoint le Groupe Média TFO en 2014. Passionné de politique ontarienne, fédérale et internationale, Benjamin cumule plus de treize années d’expérience en presse écrite, radio et télévision.