#Francophonie, #Ontario

La francophonie débattue à Toronto

Gilles Bisson, candidat dans la circonscription de Timmins pour le Nouveau Parti démocratique (NPD) de l’Ontario, Gila Martow, candidate dans la circonscription de Thornhill pour le Parti progressiste-conservateur (Parti PC) de l’Ontario, et Marie-France Lalonde, candidate dans Orléans pour le Parti libéral de l’Ontario (PLO). Crédit image: TFO/Radio-Canada

[ONVote2018]

TORONTO – Le débat francophone, organisé par Groupe Média TFO et Radio-Canada Ontario, a donné droit à plusieurs échanges corsés entre les candidats. Principale cible de la soirée: la ministre sortante des Affaires francophones, Marie-France Lalonde, qui a dû défendre son bilan en la matière.

JEAN-FRANÇOIS MORISSETTE
jmorissette@tfo.org | @JFMorissette72

«Vous avez eu 15 ans pour agir et vous avez attendu avant l’élection pour poser des gestes», a lancé Gilles Bisson, candidat dans la circonscription de Timmins pour le Nouveau Parti démocratique (NPD) de l’Ontario, à Mme Lalonde.

«Ça fait 15 ans que l’on a un gouvernement libéral, ça n’est pas mieux au Nord», a martelé Gila Martow, candidate dans la circonscription de Thornhill pour le Parti progressiste-conservateur (Parti PC) de l’Ontario, à de nombreuses reprises au cours de la soirée.

Marie-France Lalonde, candidate dans Orléans pour le Parti libéral de l’Ontario (PLO), s’est portée à la défense du gouvernement de Kathleen Wynne. En point de presse après le débat, Mme Lalonde a rappelé les avancées faites pour les francophones au cours des quatre dernières années. Elle a aussi mis en garde les francophones contre les progressistes-conservateurs de Doug Ford.


«Ne prenez pas pour acquis ce que nous avons bâti.» – Marie-France Lalonde


Mme Lalonde s’est aussi engagée à bâtir sur ce que son gouvernement avait déjà mis de l’avant.

Marie-France Lalonde, candidate dans Orléans pour le Parti libéral de l’Ontario (PLO). Crédit image: TFO/Radio-Canada

 

La question de l’université enflamme le débat

Rapidement, la question de l’Université de l’Ontario français est venue enflammer le débat. Mme Lalonde a rappelé que c’était son gouvernement qui a posé les premières pierres du projet dirigé par Dyane Adam.

Marie-France Lalonde a aussi souligné que l’offre faite par le PLO était d’augmenter les services dans le Centre Sud-Ouest.

À titre de ministre des Affaires francophones, Mme Lalonde a certifié avoir rencontré plusieurs parents qui exprimaient les lacunes dans le domaine. Elle s’est engagée, si elle est réélue, à poursuivre le projet lancé il y a moins d’un an.

M. Bisson a déploré que le mandat de l’établissement créé ne soit pas provincial et a rappelé que si le NPD formait le gouvernement le 8 juin, le financement serait présent.

«Il faut arrêter de geler le budget des collèges et des universités», a-t-il jugé.

Gila Martow a pour sa part plaidé pour que l’université de la langue française soit partenaire avec d’autres universités francophones partout sur la planète.


«C’était juste avant l’élection que les libéraux se sont réveillés. Pourquoi des promesses juste avant une élection?» – Gila Martow


Tirant sur son principal adversaire dans cette élection, Gilles Bisson a finalement souligné que le Parti PC, sous l’ancien premier ministre Mike Harris, avait fermé le Collège des Grands Lacs.

Dans les 100 premiers jours, le NPD s’est engagé à revoir la Loi sur les services en français et à accélérer le projet d’université franco-ontarienne.

Pour leur part, les libéraux se sont aussi engagés à revoir la Loi sur les services en français.

Le Parti PC, lui, entend consulter les organismes francophones pour «aider la communauté».

Gila Martow, candidate dans la circonscription de Thornhill pour le Parti progressiste-conservateur (Parti PC) de l’Ontario. Crédit image: TFO/Radio-Canada

 

Les dossiers de la santé au coeur du débat

Sur la santé en français, Mme Lalonde a rappelé que son gouvernement avait créé un poste de sous-ministre adjoint pour les francophones au sein du Ministère de la Santé et des Soins de longue durée. Elle a aussi souligné que c’était son gouvernement qui avait accordé le financement du Centre de santé communautaire de Timmins.


«Pourquoi avez-vous attendu avant l’élection pour agir?» – Gilles Bisson


Gilles Bisson, candidat dans la circonscription de Timmins pour le Nouveau Parti démocratique (NPD) de l’Ontario. Crédit image: TFO/Radio-Canada

D’autre part, le fantôme de la fermeture de l’Hôpital Montfort est venu hanter la candidate du Parti PC.

«Quelle coupure va-t-il faire dans le système de santé?», s’est questionnée Mme Lalonde.

Mme Martow a rappelé que le gouvernement Harris est revenu sur sa décision dans le dossier de Montfort. Dans une apparition vidéo, le chef du Parti PC a plaidé pour aller recruter des médecins francophones au Québec.

 

Électricité et garderie

À de nombreuses reprises au cours de la soirée, Marie-France Lalonde a dû défendre le bilan de son gouvernement, notamment sur la question de l’électricité. Elle a assuré que le gouvernement de Mme Wynne avait dû faire des choix «difficiles».

«C’est à cause des libéraux si nous ne sommes pas capables de payer les factures d’électricité», a rétorqué Mme Martow.

Gilles Bisson a aussi déploré les coûts d’électricité, indiquant que c’était «de la faute» des libéraux si l’Ontario avait perdu le contrôle de la compagnie Hydro One.


«Comment reprendre le contrôle d’Hydro One va changer la situation? (…) Ça n’a aucune incidence sur les prix.» – Marie-France Lalonde


Sur le dossier des frais de garderies, Gilles Bisson a plaidé pour un système public qui offre des services gratuits pour les parents dont le salaire est de 40 000 dollars et moins par année. Pour les autres, le système sera à 12 $ de l’heure, a noté le candidat néo-démocrate.

Mme Martow a présenté un crédit d’impôt pour les parents afin qu’ils choisissent leur système de garde d’enfants.

Mme Lalonde a noté qu’en offrant la gratuité pour les enfants de 2 ans et demi jusqu’à la maternelle, les parents auraient une vraie alternative.

 

La francophonie gagnante

Le président de l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO), Carol Jolin, s’est réjoui d’avoir entendu ce débat francophone. Bien qu’il n’ait pas voulu désigner un gagnant, M. Jolin a constaté que la francophonie prenait de plus en plus de place dans cette campagne et qu’il ne fallait pas négliger cela.

 

Quelques citations

«Ça fait 15 ans d’un gouvernement libéral, ça n’est pas mieux au Nord» – Gila Martow

«Les libéraux nous ont amenés au bord d’un précipice fiscal et le NPD va nous pousser par-dessus bord» – Gila Martow

«J’entends souvent le mot francophone dans votre bouche, M. Bisson, mais ça vous a pris 10 jours pour traduire votre plateforme» – Marie-France Lalonde

«Les conservateurs de Doug Ford sont les mêmes que ceux de Mike Harris» – Marie-France Lalonde

«C’est clair que les libéraux sont finis et est-ce que l’on veut que les conservateurs de Doug Ford? Il faut se doter d’un vrai changement» – Gilles Bisson.

«Ça fait 15 ans que vous êtes là et la situation est pire qu’il y a 15 ans» – Gilles Bisson.

«Je n’ai jamais fumé le cannabis, avant ou après avoir travaillé» – Gilles Bisson

«Quand j’entends M. Ford, je n’entends toujours pas de plan (…) Quand on parle de francophonie, nous ne pouvons pas être égaux» – Marie-France Lalonde

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !
1+

Jean-François Morissette
Jean-François Morissette
jmorissette@tfo.org @jfmorissette72

Jean-François Morissette est un diplômé des programmes de sciences politiques et de journalisme de l’Université Laval, à Québec. Il a évolué au sein de plusieurs médias, dont le journal provincial L’Étoile, qui couvre les dossiers de la communauté francophone du Nouveau-Brunswick. Il a aussi collaboré avec Le Journal de Québec et la Quête. Il couvre le parlement ontarien pour #ONfr.