Passer au contenu Passer au pied de page

La recherche en santé en français toujours sous-financée

OTTAWA – Sur 410 demandes pour des subventions de recherche acceptées par les Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC), seulement quatre projets en français ont été approuvés cette année. Une situation pas nouvelle, mais qui menace l’existence même de la recherche en santé en français au Canada, selon des intervenants.

« Si on regarde sur les dernières années, on voit que la recherche en santé en français au Canada s’effrite. Il y a une baisse alarmante. C’est pourtant un enjeu important pour le Canada de ne pas se couper de la recherche francophone mondiale », estime Éric Chevaucherie, gestionnaire de la recherche à l’Association des collèges et universités de la francophonie canadienne (ACUFC).

Sur 382 projets financés par les IRSC pour un total de 275 millions de dollars dans le cadre de leur concours de subventions Projet du printemps 2019, seulement quatre demandes en français ont été acceptées sur 34 déposées. Pour le concours de subventions Fondation 2018-2019, aucune demande en français n’a été formulée sur les 216 enregistrées.

« Il y a un problème systémique », estime le politologue et chercheur de l’Université d’Ottawa, Martin Normand, qui a déjà préparé des demandes auprès des IRSC. « Les évaluations des demandes en français sont faites par des gens qui ne maîtrisent pas assez bien la langue, ça apparaît clairement quand on lit ensuite les rapports d’évaluation. »


« On a de plus en plus l’impression de se tirer une balle dans le pied quand on dépose une demande en français » – Martin Normand, chercheur


Résultat, les demandes en français ne cessent de diminuer. En cumulant les programmes Fondation et Projet, on en comptait 70 en 2016, puis 61 en 2017, 38 en 2018 et donc 34 sur un total de 2661 cette année.

Impact sur la recherche en francophonie minoritaire

Sur ces 34 demandes en français, toutes venaient du Québec à l’exception de deux issues de l’Ontario. Et même dans la Belle province, plusieurs chercheurs préfèrent déposer leur demande en anglais, notamment à l’Université Laval, à l’Université Sherbrooke ou encore à l’Université du Québec à Montréal, a pu constater ONFR+.

« Un bassin d’évaluateurs plus grand, le fait de publier dans cette langue ou encore la langue préférée des collègues de travail, sont autant de raisons pour les chercheurs de choisir de soumettre leur demande en anglais », expliquent les IRSC, dans un échange de courriels.

Jusqu’en 2012, un programme spécialement conçu pour les communautés de langue officielle en situation minoritaire existait. L’annonce de sa suppression a entraîné une plainte du Consortium national de formation en santé (CNFS) auprès du Commissariat aux langues officielles (CLO) du Canada, en 2011.

« En 2016, le commissariat avait fait trois recommandations, mais aucune à ce jour n’a été complètement mise en œuvre », juge le gestionnaire de l’ACUFC, qui rappelle que les IRSC ont pourtant des obligations en vertu de la Loi sur les langues officielles.

Le commissariat précise à ONFR+ qu’un premier suivi, en 2017, a permis de voir que la recommandation de consulter les représentants des communautés a été suivie, mais reconnaît que les deux autres n’ont été que partiellement mises en œuvre. Un deuxième suivi est en cours dont les conclusions devraient être connues cet hiver.

Car l’enjeu est de taille, rappelle M. Chevaucherie.

« Il y a peu de recherche qui se fait sur les communautés francophones en situation minoritaire, c’est pourtant important de comprendre leur santé pour l’améliorer. »

Des solutions insuffisantes

Les IRSC semblent conscients du problème. Le 18 juillet dernier, ils indiquaient que pour assurer un accès équitable, les demandes soumises en français auront désormais droit à deux pages supplémentaires de proposition de recherche.

« Pour l’instant, cette disposition s’applique au Programme de subventions Projet, le plus important programme de financement des IRSC, après quoi elle sera appliquée à d’autres concours », précise-t-on à ONFR+.

La démarche est saluée par l’ACUFC.

« Ça ne réglera pas le problème, mais c’est une bonne nouvelle, car les études montrent qu’en français, on a besoin de plus de mots pour expliquer des concepts. »

Mais pour M. Normand, cela reste insuffisant.

« C’est comme si on rejetait le faible taux de succès des demandes en français sur les chercheurs, en évacuant le problème systémique. »

La ministre de la santé, Ginette Petitpas Taylor, au centre. Archives ONFR+ 

Contacté par ONFR+, le bureau de la ministre de la Santé, Ginette Petitpas Taylor fournit une réponse laconique.

« Notre gouvernement va toujours encourager les chercheurs à soumettre leurs travaux dans la langue officielle de leur choix. »

Discussions en cours

En plus de la mesure annoncée, les IRSC disent s’engager « à ce que toutes les demandes soient évaluées par des évaluateurs qui ont la capacité d’évaluer une demande dans la langue dans laquelle elle a été soumise » et aussi à « continuellement examiner les meilleures approches face à l’évaluation des demandes présentées en français ».

Des consultations ont également lieu en ce moment afin de développer le prochain plan stratégique des IRSC, auxquelles ont été conviés l’ACUFC et le CNFS. Ce dernier organisme poursuit son travail de sensibilisation.

« Nous avons rencontré le président des IRSC [Michael Strong]. Il s’est montré ouvert et a posé beaucoup de questions pour comprendre les défis que rencontrent les communautés de langue officielle en situation minoritaire », rapporte Manon Tremblay, Directrice, Santé, au CNFS.

Des solutions

Les intervenants contactés par ONFR+ ne manquent pas d’idées pour régler la situation.

« Déjà, il faudrait veiller à ce que les compétences linguistiques des membres du jury soient vérifiées, et non que ce soit de l’auto-évaluation. On pourrait aussi ajouter une  question dans les formulaires pour savoir comment la recherche prend en compte les langues officielles. Il faut aussi que les IRSC comprennent que le mode de diffusion de la recherche en français ne vise pas forcément les grandes publications scientifiques majoritairement anglophones », lance M. Normand.

Du côté de l’ACUFC, M. Chevaucherie plaide pour l’ajout, dans chaque grande enquête de santé publique, d’une variable linguistique qui permettrait ensuite à d’autres chercheurs d’en utiliser les résultats. Il faudrait également assurer la présence de francophones dans ces grandes études.

« Dans la recherche aujourd’hui, on parle de plus en plus de l’importance d’être proche de la communauté, de faire du par et pour. C’est donc une obligation », tranche Mme Tremblay.

POUR EN SAVOIR PLUS:

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !
2+