Passer au contenu Passer au pied de page

La Société Saint-Jean Baptiste dénonce l’entente avec les Anglo-Québécois

MONTRÉAL – La Société Saint-Jean Baptiste (SSJB) de Montréal, qui avait invité une délégation franco-ontarienne en ouverture du dernier défilé de la Saint-Jean Baptiste, sort du silence. Elle appelle l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO) et la Société de l’Acadie du Nouveau-Brunswick (SANB) à revoir l’entente conclue avec le Quebec Community Groups Network (QCGN) et à « embrasser ensemble le combat pour le français ».

« La vraie solidarité francophone exige un dépassement de la doctrine linguistique fédérale », lance d’emblée le président général de la SSJB de Montréal, Maxime Laporte, dans une déclaration diffusée ce mercredi.

Se disant très fier d’avoir accueilli la délégation franco-ontarienne dans les rues de Montréal le 24 juin, signe d’un « beau moment de fraternité et de solidarité en réponse aux assauts dirigés contre le fait français en Ontario et ailleurs au Canada », M. Laporte dénonce le rapprochement opéré avec le QCGN.

« L’AFO et la SANB annoncent qu’elles agiront politiquement en faveur de l’essor de l’anglais au Québec. Cela, jusqu’à venir manifester chez nous, songent-elles, aux côtés des pourfendeurs, voire des fossoyeurs les plus notoires de la loi 101. (…) Force est d’admettre qu’on ne saurait mieux s’y prendre pour ébranler dangereusement nos plus précieux dénominateurs communs », juge le président de la SSJB, qui appelle à faire cause commune pour « l’avancement ou, minimalement, le maintien du statut et du poids démographique à long terme du français dans l’ensemble de l’espace francophone ».


« La solidarité Québec-Acadie-Ontarie serait-elle donc à sens unique ? » – Maxime Laporte, président de la SSJB


Alors que le Québec a montré de nombreux signes de solidarité envers la communauté franco-ontarienne ces derniers mois, après les compressions du gouvernement de Doug Ford, M. Laporte juge la décision de l’AFO décevante.

« Le bel aura positif ayant émané des récentes mobilisations franco-ontariennes, applaudies et appuyées sincèrement par l’ensemble des Québécois, se trouve soudain mis au service de la « cause » de ceux qui cherchent à bilinguiser et à angliciser notre société. C’est surréel. »

La gestion anglo-québécoise pas menacée

Il rejette l’argument avancé notamment par l’AFO pour justifier ce rapprochement que la gestion scolaire « par et pour » les Anglo-Québécois serait menacée par la décision du gouvernement québécois de transférer deux écoles de la Commission scolaire English-Montreal (CSEM) à la Commission scolaire de la Pointe-de-l’Ile (CSPI) qui manque de place pour ses élèves francophones.

« L’intervention du ministre [de l’Éducation] porte uniquement sur des aspects particuliers liés à l’exploitation du parc immobilier public, sans nullement mettre en cause l’exercice général par le réseau anglophone de son droit de s’administrer lui-même afin de garantir à tous ses bénéficiaires leur droit à une éducation de qualité. »

Une entente, jusqu’où ?

Pour M. Laporte, cette entente n’a pas lieu d’être, refusant tout parallèle entre les communautés francophones et anglo-québécoises, « sachant la puissance structurelle et anglicisante de cette communauté qui possède pas moins de trois universités, et combien de cégeps, d’écoles, d’hôpitaux, de centres culturels, de municipalités bilingues, etc. ».

« Tout cela nous place à des années-lumière des miettes dont doivent toujours se contenter, hélas, les minorités franco-canadiennes », juge-t-il.

Inquiet d’une entente qui stipule entre autres que les signataires devront « être d’accord de façon unanime sur les enjeux qui seront soulevés en vue de l’élection fédérale », il s’interroge sur les limites de ce rapprochement. 

« Nos amis Franco-Canadiens appuient-ils les positions du QCGN en faveur des écoles-passerelles au Québec ? Sont-ils, comme le QCGN, contre la nécessaire extension de la loi 101 aux entreprises de moins de 50 employés ? (…) Et que dire de la proposition de la CSEM visant à faire cohabiter les élèves francophones et anglophones au sein de mêmes établissements ? Nos frères et sœurs franco-ontariens, entre autres, ne se sont-ils pas battus férocement pour des écoles séparées ? »

Ce rapprochement fragilise la province de Québec, « cœur de la francophonie nord-américaine », estime M. Laporte.

« On aurait pu se passer d’une telle mésalliance… (…) En outre, j’ai pris note des nombreux commentaires émanant de spécialistes et personnalités franco-canadiens qui y voient une grave erreur stratégique. J’ose croire qu’on les entendra… »

Des points de vue différents

Pour autant, le président de la SSJB le reconnaît, le point de vue de son organisme diffère sur certaines questions avec la francophonie en milieu minoritaire, malgré une « volonté mutuelle de rapprochement ».

Mais ces divergences ne devraient « en aucun cas constituer un obstacle au dialogue ni à la poursuite de nos intérêts communs », ajoute-t-il, jugeant qu’elles sont surtout le fait du carcan canadien.


« Ces divisions qui nous rongent, c’est l’État canadien qui, de tout temps, les a fomentées et entretenues » – Maxime Laporte, président SSJB


Tout en militant pour qu’en territoire québécois, la loi 101 s’applique à toutes les dimensions de la vie publique et institutionnelle, y compris dans les champs actuellement occupés par Ottawa, M. Laporte plaide pour « qu’ailleurs sur le continent canadien, les francophones puissent jouir de droits maximalistes, susceptibles de garantir non seulement leur survie démographique, mais leur épanouissement culturel et économique ».

Revoir l’entente

Le président de la SSJB invite donc les dirigeants de l’AFO et de la SANB à revoir leur position.

« Plus fondamentalement, j’en appelle au dépassement de la stricte conception canadienne du droit linguistique, qui dans l’état actuel des choses, mène à notre ruine à moyen-long terme. »

M. Laporte ne ferme toutefois pas la porte à une collaboration de la francophonie canadienne, voyant le Sommet sur la francophonie, annoncé récemment par le gouvernement québécois pour 2020, comme un « bon premier pas » dans une perspective éventuelle de nouveaux États généraux.

POUR EN SAVOIR PLUS:

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !
4+