Passer au contenu Passer au pied de page

Le Bloc Québécois pourrait être un allié pour les revendications des francophones

OTTAWA – Au lendemain de la soirée électorale fédérale, qui a débouché sur l’élection d’un gouvernement libéral minoritaire, la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada espère que d’ici six mois, un projet de modernisation de la Loi sur les langues officielles sera présenté à la chambre des communes. Pour y parvenir, elle devra s’appuyer sur le Bloc Québécois (BQ), estime le politologue Martin Normand.

« Je veux aussi rappeler à nos frères et nos sœurs qui portent et chantent notre belle langue française au Canada. À nos sœurs et nos frères franco-canadiens et ontariens que le Bloc Québécois est un allié. Je demande, en toute amitié, à la précieuse communauté anglaise du Québec, si riche de culture et si près en amitié, de soutenir notre vœu que les Franco-Canadiens et les Acadiens jouissent au Canada des mêmes droits et privilèges dont les Anglo-Québécois disposent au Québec », a lancé le chef du BQ, Yves-François Blanchet lors de son discours de fin d’élections, ce lundi soir.

Une sortie que n’a pas manqué de remarquer le président de la FCFA, Jean Johnson. Car avec 32 députés, le BQ, devenu la seconde opposition, pourrait être un allié de taille dans la démarche de l’organisme porte-parole des francophones vivant en situation minoritaire pour faire moderniser la Loi sur les langues officielles.

Le président de la Fédération des communautés francophones et acadienne, Jean Johnson. Archives ONFR+

« On va faire des demandes de rencontres auprès de tous les chefs, mais c’est sûr que le Bloc Québécois s’est positionné clairement comme un allié dans le discours de M. Blanchet. Il a ouvert la porte à la discussion et c’est très intéressant pour continuer le rapprochement opéré avec le Québec », juge M. Johnson.

Pour le politologue à l’Université d’Ottawa, Martin Normand, cela doit même être la priorité de la FCFA.

« Le Bloc Québécois ne peut pas être ignoré. Il est le troisième parti à la Chambre des communes et son chef s’est montré très affirmé sur les revendications des francophones en contexte minoritaire. »

Trouver de nouveaux soutiens

D’autant que plusieurs figures des langues officielles ne seront pas de retour à Ottawa. Le porte-parole aux langues officielles pour le Parti conservateur, Alupa Clarke, et sa prédécesseure, Sylvie Boucher, ont tous les deux été battus, tout comme leur homologue néo-démocrate, François Choquette.

« C’est sûr que nous avons perdu des alliés très forts. Mais ça va être notre travail d’identifier des champions des langues officielles. Il y a des nouveaux visages à la table. On doit faire une analyse. Mais je sais, par exemple, qu’en Alberta, James Cumming [nouveau député conservateur qui a défait le Franco-Albertain Randy Boissonnault dans Edmonton-Centre] et Heather McPherson [nouvelle députée néo-démocrate élue dans Edmonton Strathcona] ont participé à nos tables rondes », dit M. Johnson.

Parmi les nouvelles voix, M. Normand note aussi celle de l’ancien ministre provincial des Affaires acadiennes, Chris d’Entremont, élu pour les conservateurs dans Nova-Ouest, en Nouvelle-Écosse. Ce dernier s’était distingué au sein du gouvernement progressiste-conservateur pour son soutien à l’adoption de la Loi sur les services en français en Nouvelle-Écosse, en 2004.

Chris d’Entremont, à droite, avec le chef du Parti conservateur du Canada, Andrew Scheer. Source : Facebook

« Mais quand on regarde du côté du NPD, il n’y a pas de successeur naturel à Yvon Godin ou François Choquette », remarque M. Normand. « Dans un dossier comme celui du bilinguisme des juges à la Cour suprême du Canada, que le parti a porté pendant de nombreuses années, il va falloir voir si quelqu’un va réellement prendre le relais. »

Composer avec un gouvernement minoritaire

La FCFA va devoir composer avec un gouvernement minoritaire pour faire avancer ses dossiers. Selon les résultats non officiels, le parlement se divise entre 157 députés libéraux, 121 conservateurs, 32 bloquistes, 24 néo-démocrates, trois verts et un indépendant.

« Tous les chefs se sont engagés publiquement à moderniser la Loi sur les langues officielles pendant le débat. On s’attend à ce qu’ils suivent cet engagement », explique toutefois, optimiste, le président de l’organisme.

« Nous demandons à tous les partis de collaborer ensemble et de déposer dans les six prochains mois un projet de modernisation de la Loi sur les langues officielles, écrit en collaboration avec les communautés francophones et qui tiennent compte de leurs aspirations et de leurs besoins, car cette loi à une incidence directe sur nos communautés. »

Si la situation de gouvernement minoritaire peut présenter quelques avantages, elle comporte des faiblesses, estime M. Normand.

« À part le Parti libéral, les autres partis n’ont rien à gagner à s’engager formellement pour une modernisation ambitieuse de la Loi. Pour les conservateurs, principalement basés dans l’ouest du pays moins favorable aux langues officielles, ce n’est peut-être pas dans leur intérêt. Le NPD n’a quant à lui pas réussi à gagner les deux sièges francophones à l’extérieur du Québec qu’il espérait dans Acadie-Bathurst et Nickel Belt. Peut-être que l’intérêt des partis sera une modernisation en essayant de trouver le plus petit dénominateur commun. »

Pour les libéraux, l’équation est différente, souligne le politologue, puisqu’ils ont obtenu de bons résultats dans plusieurs circonscriptions où le vote francophone fait une différence à travers le pays. En Ontario, le PLC a fait réélire plusieurs de ses représentants francos-ontariens, comme Mona Fortier, dans Ottawa-Vanier, Francis Drouin, dans Glengarry-Prescott-Russell, Paul Lefebvre, dans Sudbury, et Marc Serré dans Nickel Belt. Le parti de Justin Trudeau ajoute également à son équipe l’ancienne ministre ontarienne des Affaires francophones, Marie-France Lalonde dans Orléans.

Les résultats du 21 octobre risquent de rendre la tâche ardue pour les communautés francophones en situation minoritaire, craint M. Normand.

« Il va falloir travailler encore plus fort, car le jeu des alliances peut nuire à l’objectif d’une modernisation ambitieuse de la Loi sur les langues officielles. »

POUR EN SAVOIR PLUS:

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !
1+