Passer au contenu Passer au pied de page

Le défi de la faible utilisation du français hors des classes

Temps de lecture : 4 minutes

TORONTO – Les résultats des tests 2018-2019 de l’Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE) demeurent stables et satisfaisants pour les élèves franco-ontariens. Mais parmi les données diffusées mercredi, une retient l’attention : la faible utilisation du français à l’extérieur des classes sur internet. Un défi pour les intervenants en éducation.

« C’est une réelle problématique, mais c’est aussi la réalité des Franco-Ontariens. Pour les élèves, le côté académique, c’est en français. Mais c’est plus difficile pour eux de vivre et de s’amuser en français en dehors, notamment sur internet. Il y a un manque de ressources et quand elles existent, elles viennent souvent du Québec ou d’Europe et ne sont pas toujours adaptées », explique le président de l’Association des enseignantes et des enseignants franco-ontariens (AEFO), Rémi Sabourin.

Selon l’OQRE, chez les élèves de 10e année, 33 % lisent le plus fréquemment en français en dehors des heures de classe des sites internet, des messages électroniques, des textes par clavardage et des blogues et seulement 16 % l’écrivent le plus fréquemment sur les médias sociaux et par messages instantanés.

« C’est sûr qu’on aimerait voir ces chiffres augmenter », poursuit M. Sabourin qui estime que les enseignants jouent un rôle de « modèles accessibles » dans cette situation.

Alors que leurs élèves sont nés avec ces nouvelles technologies, le défi est grand pour les écoles de les encourager à utiliser le français hors des classes.

« C’est un défi de plus ! Nos élèves évoluent dans une société de plus en plus anglophone, sur les médias sociaux, sur internet… On y réfléchit, mais il n’y a pas de réponse immédiate. Nous avons un rôle à jouer, tout comme les familles », dit le président de l’Association des conseils scolaires des écoles publiques de l’Ontario (ACÉPO), Denis Chartrand.

Chez la représentante régionale de Parents partenaires en éducation (PPE) pour le secteur public dans le Nord-Est, Nathalie Rainville-Fournier, le clavier de l’ordinateur, le iPad, Netflix… Tout fonctionne en français. Mère d’une élève de 4e année, elle sait toutefois que c’est plus difficile à appliquer avec un élève du secondaire ou dans une famille exogame.

« Il y a aussi la difficulté à trouver des ressources. Quand j’en trouve, j’essaie de les partager, mais beaucoup de vidéos YouTube que regarde ma fille sont en anglais ! »

Léger recul en écriture à l’élémentaire

Parmi les résultats 2018-2019, on remarque une baisse des résultats des élèves de 3e et 6e année en écriture. Faut-il y voir l’impact d’une utilisation moindre du français hors des classes ?

« C’est sûr que plus on écrit en français et plus on est confortable. On doit donc encourager nos élèves à clavarder en français », juge M. Chartrand.

Mais là encore, la solution est difficile à trouver quand une minorité d’élèves de l’élémentaire dit aimer lire et écrire.

« Ce n’est pas une surprise : connaissez-vous beaucoup d’enfants de huit ans qui aiment lire ou écrire au lieu de jouer ? », relativise Mme Rainville-Fournier.

Des tests critiqués

La représentante de PPE invite à prendre les résultats de l’OQRE avec un grain de sel.

« Ce sont des tests normalisés, qui ne tiennent pas compte des différentes réalités, selon les écoles et les conseils scolaires. On peut aussi questionner l’idée d’évaluer des enfants de cet âge-là. Pour beaucoup, ça fait peur. »

Sans les remettre en cause, le président de l’ACÉPO en nuance l’importance.

« Ce n’est qu’une façon de mesurer, un outil dont on se sert, mais certainement pas le seul. »

Le président de l’AEFO regrette quant à lui l’utilisation politique qui peut être faite des tests de l’OQRE.

« C’est important d’évaluer, mais il ne faut pas que ça soit utilisé pour faire de grands changements au curriculum. Nous, on préfère les évaluations faites par les enseignants tout au long de l’année, car elles reflètent mieux le niveau des élèves. »

Résultats satisfaisants

Le président du conseil d’administration de l’OQRE, Cameron Montgomery, comprend les réserves, mais insiste sur la pertinence de ces tests.

« Il y aurait un risque à se baser uniquement sur les évaluations des enseignants. L’OQRE fournit une mesure d’évaluation juste et objective qui doit permettre ensuite de faire de comparaison, de dégager des tendances et de trouver des solutions. »

Le président du conseil d’administration de l’OQRE Cameron Montgomery. Crédit image : Étienne Ranger

M. Montgomery cite notamment la différence entre les bons résultats des élèves francophones en mathématiques par rapport aux élèves anglophones. Pour 2018-2019, 74 % des élèves de langue française atteignent les normes en 3e année, 82 % en 6e année et 90 % pour les élèves de 9e année inscrits au cours appliqué. Ce taux n’est toutefois que de 51 % pour les élèves de 9e année inscrits en cours appliqué.

« On veut comprendre et transférer ces meilleures pratiques », dit-il, alors que mercredi, le ministre de l’Éducation, Stephen Lecce a annoncé un investissement de 200 millions de dollars sur quatre ans pour remettre les élèves à niveau en mathématiques.

En matière de littératie, les résultats francophones restent satisfaisants, avec un taux de réussite de 85 % en lecture et de 75 % en écriture pour les élèves de 3e année. En 6e année, le taux est de 93 % en lecture et de 78 % en écriture. Du côté des 10èmes années, le taux de réussite est de 96 %.

« Nous sommes heureux de ces résultats et voulons continuer à les améliorer », commente M. Chartrand.

Jointe par ONFR+, l’Association franco-ontarienne des conseils scolaires catholiques (AFOCSC) n’avait pas répondu à notre demande d’entrevue au moment de publier cet article.

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !
3+