Passer au contenu Passer au pied de page

Le fédéral rate sa cible en immigration francophone

OTTAWA – Le gouvernement fédéral souhaitait atteindre 4 % d’immigrants économiques d’expression française à l’extérieur du Québec en 2018. Il n’en a finalement accueilli que 1,68 %, selon les  chiffres obtenus par ONFR+.

En 2018, ce sont 2 646 immigrants économiques d’expression française qui ont posé leurs valises dans l’une des communautés francophones en contexte minoritaire. Si ce nombre a connu une progression régulière au cours des cinq dernières années, ayant plus que doublé depuis 2014, il reste largement loin des objectifs énoncés.

Le gouvernement fédéral s’était doté, en 2013, d’une cible de 4 % d’immigrants économiques d’expression française hors Québec en 2018. Finalement, ils ne sont que 1,68 %. Là encore, des progrès ont été faits, puisque ce pourcentage n’était que de 0,99 % en 2014, mais il reste très loin de la cible initiale.

Pourtant, au bureau du ministre de l’Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté du Canada (IRCC), Ahmed Hussen, on insiste sur les progrès.

«Nous sommes très fiers des résultats que nous avons atteints en immigration francophone. On a toujours des améliorations à faire et à ce but, tout dernièrement, M. Hussen a annoncé que Calgary et la région de la rivière Seine étaient désignés comme communautés accueillantes francophones pour attirer des immigrants francophones pour s’établir dans des milieux minoritaires francophones. Encore plus récemment, l’aéroport Pearson a une personne désignée pour accueillir les nouveaux arrivants francophones au Canada en français», souligne-t-on.

Le ministre de l’Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada, Ahmed Hussen (au centre). Archives ONFR+

La Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada est nettement moins optimiste.

«On dirait que soit le gouvernement n’est pas sérieux dans l’atteinte de ses objectifs, soit il n’a pas compris comment s’y prendre. Nos communautés commencent à s’impatienter. On se sent l’enfant pauvre à la table par rapport à tous les gros dossiers en immigration», lance le président de l’organisme Jean Johnson.

Quelques mesures

Le gouvernement fédéral insiste pourtant qu’il n’a pas été inactif dans le dossier. En 2017, à Moncton, il s’était réuni avec les gouvernements provinciaux et territoriaux autour d’un premier Forum national sur l’immigration francophone à l’extérieur du Québec.

À l’issue de ce premier exercice, M. Hussen avait annoncé l’attribution de points supplémentaires pour la bonne connaissance du français dans le cadre du processus Entrée express. Le programme avait également fait l’objet d’améliorations pour permettre aux travailleurs étrangers temporaires francophones et aux étudiants étrangers de devenir plus facilement des résidents permanents. Des mesures qui ont permis de meilleurs résultats pour ce programme, explique le ministère.

«En 2018, 4,5 % des invitations à présenter une demande dans le cadre d’Entrée express ont été envoyées à des candidats d’expression française, comparativement à 2,9 % en 2017.»

En 2018, à Toronto, pour la deuxième édition du forum, les ministres avaient travaillé sur un Plan d’action fédéral-provincial-territorial, présenté ensuite lors d’un Symposium sur l’immigration francophone, à Calgary.

À l’époque, la FCFA avait toutefois noté l’absence d’échéancier, de cibles, de reddition de compte et de fonds pour mettre en œuvre ce plan d’action. L’organisme regrettait également un plan «développé sans les communautés».

«Ça demeure un plan et on n’a aucune certitude qu’il sera mis en action», estime M. Johnson qui milite plutôt pour que soit développée la capacité des communautés francophones en contexte minoritaire de coordonner le dossier de l’immigration. «Nous avons des experts, des chercheurs, des leaders… On a les compétences nécessaires!»


«On fait des recommandations sur la façon d’opérer, mais on ne nous prend pas au sérieux» – Jean Johnson, président de la FCFA


L’automne dernier, le ministre Hussen a également annoncé des mesures pour rendre les tests d’évaluation des compétences en langue française plus accessibles et abordables pour les candidats à l’immigration et un nouveau modèle de prestation de services pour aider les immigrants d’expression française à préparer leur arrivée au Canada.

Stratégie nationale

Ces mesures s’inscrivent dans la stratégie dévoilée par le ministre Hussen en mars, Atteindre nos objectifs: Stratégie en matière d’immigration francophone dont l’objectif est d’accroître les nombres, mais aussi d’assurer la rétention des nouveaux arrivants.

«La Stratégie en matière d’immigration francophone du Canada élargira les initiatives existantes et comblera les lacunes actuelles. Des mesures comme le Parcours d’intégration francophone renforceront également notre engagement à offrir des services d’établissement de grande qualité aux nouveaux arrivants partout au pays», assurait le ministre.

Le président de la FCFA, Jean Johnson. Archives ONFR+

Si la FCFA applaudit certaines initiatives, l’organisme demande d’aller plus loin.

«Des initiatives comme les communautés accueillantes, c’est bien, mais ça porte juste sur l’intégration, pas sur le recrutement. Je ne suis toujours pas convaincu par le sérieux du gouvernement envers la notion de «par et pour» les communautés francophones. Nous devrions avoir un plus grand mot à dire.»

Loin de sa prochaine cible aussi

Si Ottawa a raté sa première cible, sa seconde risque aussi d’être difficile à atteindre. Le gouvernement fédéral vise 4,4 % d’immigration francophone à l’extérieur du Québec, toutes catégories confondues, en 2023. À l’heure actuelle, ce pourcentage n’est que de 1,8 %, comme en 2017.

«Si on opère avec la même approche et qu’on maintient le statu quo, ce n’est pas réalisable d’atteindre cette cible», pense le président de la FCFA.

Comme le révélait ONFR+ en mars, l’Ontario, qui s’est aussi donné une cible de 5 % d’immigration francophone par an, sans toutefois préciser un échéancier, est également encore loin du compte. Même si la province est au-dessus de la moyenne nationale, elle n’a attiré que 2,1 % d’immigrants francophones en 2018.

POUR EN SAVOIR PLUS:

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !
1+