Passer au contenu Passer au pied de page

Le NPD veut garder son fort dans Algoma-Manitoulin-Kapuskasing

Temps de lecture : 4 minutes

La députée franco-ontarienne Carol Hughes tentera de conserver la circonscription d’Algoma-Manitoulin-Kapuskasing dans le giron du Nouveau Parti démocratique (NPD) le 21 octobre. Comme en 2015, sa principale adversaire sera la libérale Heather Wilson.

LE CONTEXTE

Défaite de justesse en 2015, la candidate libérale Heather Wilson assure avoir beaucoup appris de cette expérience et mis à profit les quatre dernières années pour s’implanter dans la circonscription et parfaire son français. Si elle peine encore à faire des entrevues dans la langue de Molière, elle dit pouvoir discuter avec les francophones dans leur langue.

Face à elle, Carol Hughes présente l’avantage du bilinguisme, mais aussi de l’expérience. Battue en 2004 et 2006, elle a ensuite été systématiquement réélue depuis 2008.

Carte de la circonscription d'Algoma-Manitoulin-Kapuskasing, qui regroupe notamment une partie de Cochrane, de Thunder Bay, d'Algoma et de l'Île Manitoulin. Source: Élections Canada

La circonscription d’Algoma-Manitoulin-Kapuskasing, qui regroupe notamment Algoma, Manitoulin, une partie de Sudbury, de Thunder Bay et de Cochrane, était un château fort libéral avant la victoire de Mme Hughes.

Si les derniers sondages placent les deux partis en tête de la course, le directeur général de la ville de Manitoulin and the Islands, Dave Williamson, espère créer la surprise pour le Parti conservateur du Canada (PCC). De son côté, le candidat du Parti vert du Canada (PVC), Max Chapman espère convaincre les électeurs de faire confiance à sa jeunesse pour être la voix de la circonscription à Ottawa. Dave DeLisle, sera quant à lui le candidat du Parti populaire du Canada (PPC).

ENJEUX 

Développement économique, création d’emplois et soutien aux aînés sont les principaux thèmes mis de l’avant par la candidate libérale Heather Wilson.

« J’étais en affaires pendant toute ma carrière, je sais ce que c’est », soutient celle qui avait terminé à la deuxième place, en 2015. « J’ai beaucoup rencontré et écouté les citoyens depuis. Je pense que je peux apporter un changement et que le Parti libéral propose une approche équilibrée entre les enjeux économiques et sociaux », dit-elle.

La candidate libérale, Heather Wilson. Source : Facebook

Pour la députée sortante, Carol Hughes, il y a un bilan à défendre, depuis 2008, même si elle n’a jamais été au pouvoir.

« Je crois que j’ai bien représenté les gens de ma circonscription. J’ai obtenu de l’argent du fédéral pour développer des projets ici », assure la néo-démocrate qui dit vouloir continuer le travail pour rendre la vie de ses citoyens plus abordable, créer des emplois, mais aussi combler les postes vacants du fait du manque de main-d’œuvre dont souffre cet immense territoire.

Carol Hughes au milieu de ses partisans. Source : Facebook

Ottawa doit aussi régler la question d’un accès fiable et moins coûteux à internet dans la région, insiste Mme Hughes, condition nécessaire au développement économique.

La francophonie vue par les candidats

La francophonie et le sort des autochtones font aussi partie de ses priorités.

« Je suis la seule candidate francophone dans une circonscription qui en compte de nombreux », souligne-t-elle, précisant vouloir se battre pour les médias francophones communautaires. « Je veux aussi continuer à travailler avec les communautés autochtones, alors que le gouvernement fédéral traîne encore les pieds pour leur offrir de l’eau potable, des logements abordables et des infrastructures. »

Même s’il n’est pas totalement bilingue, Max Chapman, du Parti vert, assure être capable de parler en français, sauf quand il s’agit de s’exprimer sur des enjeux très précis.

« Peut-être que les électeurs francophones vont y penser à deux fois avant de voter pour moi », reconnaît le candidat dont le père est Québécois, mais qui explique ne pas avoir pu aller en immersion à cause de la distance en transport scolaire. L’accès à l’éducation en français doit être amélioré, soutient-il.

« Si je suis élu, je promets de communiquer avec les citoyens dans la langue officielle de leur choix », ajoute le candidat vert.

Actuellement étudiant à Kingston, M. Chapman veut revenir vivre dans sa région une fois ses études terminées. Raison pour laquelle il a décidé de se présenter.

« J’ai un intérêt pour le futur de ma circonscription. Je veux rassembler les gens et leur voix, car nous sommes très éparpillés, afin d’avoir notre place dans une nouvelle économie plus verte et plus durable », explique-t-il, soulignant également vouloir aider l’industrie forestière à faire cette transition tout en se développant.

LES PRINCIPAUX CANDIDATS

Heather Wilson, Parti libéral du Canada

Dave Williamson*, Parti conservateur du Canada

Carol Hughes, Nouveau Parti démocratique

Max Chapman, Parti vert du Canada

Dave DeLisle*, Parti populaire du Canada


LA CIRCONSCRIPTION EN BREF

Nom : Algoma-Manitoulin-Kapuskasing

Population (2016) : 79 483

Électeurs inscrits : 63 253

Revenu médian des ménages : 56 626 $

Proportion de francophones (selon la première langue officielle parlée, déclarée dans le recensement de 2016) : 26,46 %

Députée sortante : Carol Hughes, Nouveau parti démocratique, depuis 2008

* M. Williamson et M. DeLisle n’avaient répondu à nos demandes d’entrevue au moment de publier cet article.

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !
1+