#Francophonie, #Ontario

Le plus grand syndicat hospitalier se joint à la lutte francophone

Crédit image: Gracieuseté

TORONTO – Le plus grand syndicat hospitalier en Ontario participera au mouvement qui se met en place pour dénoncer les coupes chez les francophones. Le Conseil des syndicats d’hôpitaux de l’Ontario représente 40 000 travailleurs dans 60 hôpitaux de la province.

ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER
efgauthier@tfo.org | @etiennefg

L’hôpital Montfort a été sauvé grâce à la solidarité des acteurs francophones. Les acteurs de la santé doivent à nouveau se mobiliser en solidarité avec la communauté franco-ontarienne, affirme un influent syndicat.

La conseil d’administration de la division hospitalière du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP) a voté en faveur d’une motion pour joindre le mouvement de protestation de l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO).

Le syndicat affirme compter 10 000 membres francophones ou bilingues. Le syndicat pourrait, par exemple, participer à une future manifestation, fait savoir le syndicat. Les membres recevront aussi de l’information sur le mouvement en cours grâce au syndicat.

Dans une déclaration, le syndicat appelle le gouvernement à «respecter les droits de dizaines de milliers d’Ontariennes et d’Ontariens francophones et à revenir sur la décision d’éliminer le Commissariat aux services en français».

 

L’Ombudsman ne peut faire le travail, dit le syndicat

Selon le syndicat, l’Ombudsman ne peut pas faire le travail du Commissaire aux services en français.

«Le Bureau de l’Ombudsman de l’Ontario, qui n’a guère l’habitude de protéger les droits des francophones, est déjà submergé de plaintes du public au sujet des services gouvernementaux en général. Ce qui arrive est un peu comme s’il était question de rendre le ministère des Transports responsable du traitement des plaintes concernant les soins aux patients», remarque Michael Hurley, président du Conseil des syndicats d’hôpitaux de l’Ontario.

Plusieurs plaintes au Commissaire aux services en français concernaient le milieu de la santé, rappelle-t-on. Le syndicat espère que le gouvernement Ford va annuler ses coupes francophones, plutôt que de laisser les choses s’empirer.

«Nous ne devrions pas avoir à nous tourner vers les tribunaux (à l’instar de l’opposition à la fermeture de l’Hôpital Montfort par un ancien gouvernement progressiste-conservateur) pour voir à ce que la province respecte ses obligations constitutionnelles envers les francophones de l’Ontario en matière de services en français. Il fut un temps où les droits de cette communauté étaient gravement bafoués. Le personnel hospitalier, représenté par le SCFP, en appelle au gouvernement de l’Ontario de revenir sur cette décision», dit Laurin Levesque, vice-président francophone du syndicat.

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !
5+

Étienne Fortin-Gauthier
Étienne Fortin-Gauthier
efgauthier@tfo.org @etiennefg

Étienne Fortin-Gauthier est journaliste depuis une dizaine d’années. Il a collaboré à plusieurs grands médias canadiens et européens, dont La Presse Canadienne, le quotidien La Presse, l’Agence France-Presse et le groupe de presse L’Avenir (Belgique). Il s’est initié aux dossiers de la francophonie canadienne lors d’un séjour au Réseau francophone d’Amérique, qui travaille de près avec les stations radiophoniques francophones en milieu minoritaire. Étienne est diplômé de l’École des affaires publiques et internationales de Glendon, à Toronto, et du programme bidisciplinaire en communication et science politique de l’Université de Montréal.