Passer au contenu Passer au pied de page

Le premier cas de COVID-19 à Hearst déjà résolu

Temps de lecture : 2 minutes

HEARST – Le cas de COVID-19 qui avait été rapporté par le Bureau de santé Porcupine, ce samedi, est finalement résolu. Il pourrait s’agir d’un « faux positif », même si les autorités de santé locales refusent de le confirmer.

La petite municipalité du Nord de l’Ontario avait appris avec stupeur, cette fin de semaine, qu’un premier cas de COVID-19 était rapporté sur son territoire.

Un membre du personnel du Foyer des Pionniers, qui ne manifestait aucun symptôme, précisait le bureau de santé, avait reçu un diagnostic positif à la COVID-19, après avoir subi un test le 29 juillet.

La personne, âgée de moins de 19 ans, s’était placée en isolement, alors que dans le même temps, le Bureau de santé Porcupine annonçait qu’une enquête était en cours pour déterminer le niveau de l’éclosion dans le foyer de soins de longue durée.

Si ce travail se poursuit, indiquent toujours les autorités sanitaires dans leur rapport de mardi, le cas rapporté ce samedi apparaît, deux jours plus tard, dans la colonne des cas « résolus ».

Faux positif ?

Sans vouloir donner davantage de détails sur ce cas précis, le Bureau de santé Porcupine semble suggérer, dans une déclaration écrite transmise à ONFR+, qu’il pourrait s’agir d’un « faux positif ».

« Selon Santé publique Ontario, les faux positifs sont très rares. À l’heure actuelle, le Bureau de santé Porcupine n’a été informé d’aucun cas s’avérant faux positif pour les tests qui ont été effectués dans la région. Chaque résultat positif fait l’objet d’un suivi rapide de la part du Bureau de santé, en retraçant dès le début, la chaîne de contacts et en assurant des communications régulières avec la personne concernée et ses proches, afin de limiter la propagation de la maladie », expliquent les autorités sanitaires locales.

Le Bureau de santé insiste qu’un second test négatif ne veut toutefois pas dire que le premier dépistage était erroné.

« Nous continuons d’en apprendre beaucoup sur les cas asymptomatiques de COVID-19. Chacun est unique, et par conséquent, la procédure de suivi est différente à chaque fois. Cela peut donc vouloir dire tester de nouveau, par exemple. Mais il est important de spécifier qu’un second test qui s’avère négatif ne veut pas nécessairement dire que le premier test qui était positif était erroné. »

La région du Bureau de santé Porcupine a jusqu’ici été assez épargnée par la COVID-19, avec seulement 71 cas d’infection sur 11 881 tests réalisés. Un septuagénaire de Timmins a été admis à l’hôpital et demeure le seul cas actif sur le territoire. Le coronavirus a fait huit victimes, à ce jour, dans cette partie de la province.

Les autorités sanitaires continuent de mettre en garde les résidents, y compris dans les municipalités jusqu’ici épargnées.

« Peu importe la situation actuelle ou passée de la COVID-19 dans une communauté, nous savons que le coronavirus continue de circuler. Nous ne sommes pas surpris de voir de nouveaux cas s’ajouter, mais si les gens suivent les mesures sanitaires éprouvées, le risque de propagation peut être réduit, même s’il ne peut être éliminé. »

Le plus récent bilan pour l’Ontario*

▶️ 91 nouveaux cas en Ontario  
▶️ 39 628 cas au total
▶️ 2 782 décès, 35 601 guérisons
▶️ 78 hospitalisations et 28 personnes en soins intensifs
▶️ 2 277 887 tests réalisés, 9 285 en attente de résultats

*Aucun rapport n’avait été soumis par Santé publique Ontario, ce lundi 3 août 2020

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !