Passer au contenu Passer au pied de page

Le Québec et la francophonie canadienne doivent bâtir un avenir commun

Temps de lecture : 4 minutes

OTTAWA – Le gouvernement du Québec mène actuellement des consultations pour revoir sa politique en matière de francophonie canadienne. Ce vendredi, universitaires, politiciens et membres d’organismes francophones se penchaient sur des pistes d’amélioration à l’Université d’Ottawa.

La date n’était pas anodine. Un an, jour pour jour, après le « jeudi noir » de l’Ontario français qui a provoqué un regain d’intérêt du Québec pour les communautés francophones en situation minoritaire, plusieurs acteurs politiques et universitaires se penchaient sur la révision de la politique du Québec en matière de francophonie canadienne.

« Le Québec veut jouer un rôle de leader pour s’assurer d’appuyer les différentes communautés francophones. On veut continuer de bâtir et renforcer nos liens et ces journées de réflexion doivent nous permettre de savoir quels sont les besoins des différentes communautés francophones hors Québec. Il y a eu certains enjeux dans la francophonie canadienne ces derniers temps et on veut être un allié », explique Mathieu Lévesque, adjoint parlementaire de la ministre de la Justice et ministre responsable des Relations canadiennes et de la Francophonie canadienne, Sonia LeBel.

La ministre québécoise responsable des Relations canadiennes et de la Francophonie canadienne, Sonia LeBel. Archives ONFR+

La politique du Québec en matière de francophonie canadienne a été créée en 1995, puis renouvelée en 2006. Et comme le souligne l’ancien ministre libéral québécois, Benoît Pelletier, le sujet a transcendé la partisanerie, en survivant aux changements de gouvernement. Mais aujourd’hui, l’heure est à une modernisation.

« Je pense qu’on est à un tournant à ce moment-ci. (…) Il y a la nécessité de se retrouver pour bâtir un avenir commun et trouver un chemin qui ne judiciarise plus les relations entre les minorités francophones et le Québec, qui s’est retrouvé parfois opposé à elles en défendant ses compétences », juge Louise Harel, ancienne ministre et députée du Parti Québécois.

Des histoires à succès

La politique québécoise a permis la création du Centre de la francophonie des Amériques, en 2008. Elle comprend aussi deux programmes de soutien financier à des projets de collaboration avec les communautés francophones en milieu minoritaire. Le Québec y consacre deux millions de dollars annuellement.

Depuis la mise en place de sa politique, plus de 3140 projets en ont bénéficié. Parmi eux, plusieurs initiatives de la Fédération de la jeunesse canadienne-française (FJCF), comme le Parlement jeunesse pancanadien et les Jeux de la francophonie canadienne.

« Ça permet d’avoir une délégation jeunesse québécoise et donne l’occasion aux jeunes francophones de tout le pays de se rencontrer », explique la présidente de l’organisme, Sue Duguay. « Souvent, le financement de projets est consacré aux francophones en milieu minoritaire et donc n’inclut pas le Québec, alors que c’est important d’avoir une aide qui permet des échanges tous ensemble. Ça aide à mieux se connaître et se comprendre. »

Plusieurs domaines bénéficient du financement du Québec, en éducation, dans le secteur économique, culturel ou encore de la santé. La Société Santé en français a ainsi pu accueillir en prêt de service des experts québécois pour développer des services sociaux et de santé.

Depuis 16 ans, c’est également ce qui aide, en partie, Québec Cinéma à organiser une tournée pancanadienne annuelle présentant des films francophones et autochtones à travers le pays. L’an dernier, 33 villes canadiennes ont accueilli l’événement.

Mais comme le souligne le directeur de l’organisme, François Lemieux, le financement reste toujours un défi pour permettre ce genre d’événement. Un constat que résume le directeur général de la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada, Alain Dupuis.

« Il va aussi falloir parler des montants pour cette prochaine politique, car deux millions répartis dans toutes les communautés, ça va vite ! »

Le Québec doit en faire plus

Si les intervenants s’entendent pour souligner plusieurs qualités à la politique actuelle, certaines choses peuvent être améliorées, pensent-ils, notamment en matière de promotion de la francophonie.  

« Les liens peuvent être beaucoup plus solides qu’ils le sont présentement », pense l’ancien ministre libéral québécois, Jean-Marc Fournier, qui milite pour que Québec joue un rôle de rassembleur, sans condescendance, afin de créer une union des francophones à travers le pays qui leur donnerait plus de poids, notamment sur la scène fédérale.

Jean-Marc Fournier. Archives ONFR+

Le politologue à l’Université Simon Fraser, Rémi Léger, enfonce le clou.

« Le Québec doit en faire plus pour la francophonie canadienne. En plus d’une politique nécessaire, pertinente et utile, son gouvernement doit se réinvestir dans la question des langues officielles au pays. Cela donnerait plus de poids, par exemple, aux revendications pour une modernisation de la Loi sur les langues officielles. »


« On est 11 millions, faut qu’on se parle ! » – Graham Fraser, ancien commissaire aux langues officielles du Canada


Une vision commune, un échange d’expertise, un engagement et des échanges dans tous les dossiers et tous les secteurs, c’est le consensus qui semble se dégager pour bâtir la nouvelle politique, comme le résume le président et chef de la direction à l’Institut de recherche en politiques publiques, Graham Fox.

« Il y a encore du travail à faire pour répondre aux attentes de tout un chacun par rapport à cette politique », estime-t-il, soulignant l’importance de la doter d’un plan d’action et d’un mécanisme de reddition de comptes et d’évaluation pour en déterminer les résultats et l’ajuster aux besoins.

Cette journée de réflexion s’inscrit dans la tournée menée au Québec et à l’extérieur de la province par la ministre LeBel et dont le point d’orgue sera le Sommet sur le rapprochement de la francophonie canadienne, les 16 et 17 juin prochains, à Québec. Un sommet qui servira d’ultime échange avant la révision de la politique du Québec en matière de francophonie canadienne, dont la date de dévoilement n’est pas encore connue.

POUR EN SAVOIR PLUS:

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !
3+