Passer au contenu Passer au pied de page

Le R Premier, du rap franco-ontarien aux sonorités béninoises

Temps de lecture : 4 minutes

[DÉCOUVRIR LES ARTISTES DE L’ONTARIO FRANÇAIS]

Le R Premier, Christian Hermès Seglobo Djohossou de son vrai nom, est rappeur, poète, musicien et entrepreneur. C’est avec fierté qu’il brandit l’étendard de son héritage culturel béninois qui berce les mélodies de ses raps engagés à la sauce franco-ontarienne. Son thème de prédilection est l’empowerment. Il nous raconte comment il en est arrivé à définir les sonorités qui le distinguent.  


QUI EST LE R PREMIER ?

« Je suis originaire de Cotonou au Bénin. C’est là où j’ai grandi. Mon nom de scène, Le R Premier, ça remonte à l’époque où je faisais des graffitis. Je signais mes œuvres R-Mes, inspiré de mon deuxième prénom, Hermès.

Très tôt, on a commencé à me surnommer « Le R » et puis après c’est devenu Le R Premier. C’est ainsi qu’on me connait à Ottawa, la ville qui m’a choisi j’ai envie de dire. En tous cas, la ville où j’ai dessiné les contours de ma carrière musicale.

S’il fallait mettre des mots pour définir ma personne, je dirais que je suis humble, créatif et déterminé.

Crédit image : Stéphane Ippersiel. www.stephaneippersiel.com

VOS DÉBUTS DANS LA MUSIQUE ?

C’est sur les bancs de l’école avec mes copains de l’époque que j’ai fait mes débuts dans le rap et écrit mes premiers textes. En ce temps-là, je vivais à Cotonou. J’avais 14 ans. Au début, je m’entraînais surtout à faire rimer les mots sans trop me soucier du message. Ça m’a pris une dizaine d’années pour aiguiser ma plume et ajouter une touche plus personnelle à mes textes et en dégager une certaine poésie.

L’artiste Le R Premier. Source : Yao Musique.

QUELLES SONT VOS SOURCES D’INSPIRATION ?

Quand j’étais plus jeune, l’un de mes amis avait reçu un CD de rap de la part de son frère qui habitait en France, et je l’avais écouté. C’était l’album L’école du micro d’argent de I AM, le groupe de rap français le plus iconique des années 90. Tous ces sons et ces lyrics, ça a eu un impact important sur moi et ma sensibilité en tant qu’artiste. Et puis, il y a eu aussi le groupe Bisso Na Bisso, j’aimais beaucoup leur manière de rapper en français sur une riche musicalité africaine.

Par ailleurs, j’ai pas mal été influencé par le style de production des Américains, comme Dr Dre, par exemple. Même si, par contre, j’ai toujours chanté en français. Depuis, j’ai créé mon propre style et ma musique se démarque par les sonorités inspirées de mes origines. 

Crédit image : Jamie Kronick. www.jamiekronick.com

UN MOMENT DE VOTRE CARRIÈRE QUI VOUS A MARQUÉ ?

En 2011, lorsque mon père m’a rendu visite ici au Canada, sur le moment je n’avais pas réalisé à quel point ça allait être un moment décisif dans ma carrière d’artiste.

Mon père n’avait jamais trop montré d’intérêt pour ce que je faisais au niveau de la musique. Je venais d’écrire un nouveau texte et je voulais avoir son avis, donc je l’avais partagé avec lui. À ma surprise, il avait trouvé que c’était bien et m’avait conseillé d’en faire quelque chose.

C’est ce moment qui a précédé le lancement de mon premier E.P. en 2012, intitulé Maktub

Crédit image : Joël Ducharme.

VOS PROCHAINS PROJETS ?

En plus d’être musicien, je suis entrepreneur. J’aime beaucoup la mode, et cet automne, j’ai lancé ma nouvelle collection de athleisure wear, Coeur de Pion, des vêtements décontractés qu’on peut porter en tout temps. 

Crédit image : Coeur de pion.

VOTRE PLUS GRAND SUCCÈS DE L’ANNÉE 2020 ?

J’ai eu le grand honneur de collaborer avec Ariane Moffatt dans le cadre du Festival franco-ontarien à Ottawa cet automne. À l’heure actuelle, et surtout au temps de la COVID, il est important de créer avec d’autres artistes. C’est une manière pour moi de nourrir mon art. »

Les artistes Ariane Moffatt et Le R Premier au Festival franco-ontarien TekSavvy.
Crédit image : Sylvain Marier.

Suivez les dernières actualités du rappeur Le R Premier sur sa page Facebook.

Chaque dimanche, ONFR+ vous propose sa série culturelle, MOSAÏQUE. Une invitation à découvrir le visage pluriel de l’Ontario français et à célébrer la richesse de la diversité artistique francophone de la province, à travers sept portraits d’artistes éclectiques.

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !
+2