#Francophonie, #Ontario

Le sort de Simard et la crise linguistique enflamment Queen’s Park

La députée franco-ontarienne, Amanda Simard, en Chambre. Archives #ONfr

TORONTO – Amanda Simard est devenue le sujet de toutes les conversations à Queen’s Park. Visiblement isolée, son sort semble intimement lié à la capacité du gouvernement Ford de régler la crise linguistique dans la province. En parallèle, une motion du Nouveau Parti démocratique (NPD) pour dénoncer les coupes francophones a aussi mis en lumière les manœuvres anti-démocratiques du gouvernement, selon l’opposition.

ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER
efgauthier@tfo.org | @etiennefg

Avant même la fin de la période de questions au parlement ontarien, Amanda Simard s’est glissée hors de la chambre. Rattrapée par la presse, elle a lâché une petite bombe au sein de la maison du peuple: le parti lui a indiqué qu’elle ne pourrait pas prendre la parole lors des débats sur une motion néo-démocrate dénonçant les coupes francophones.

«Je suis vraiment curieuse de savoir qui est plus intéressé que moi à prendre la parole sur cette motion. Je n’ai pas entendu parler de grand monde cette semaine», a expliqué la députée progressiste-conservatrice de Glengarry-Prescott-Russell.

Est-ce une tentative de la censurer de la part de sa famille politique? «Je veux leur laisser le bénéfice du doute. Je suis la seule dans le caucus qui est vraiment intéressée à parler de cette motion», a-t-elle confié, étonnée de la décision. Amanda Simard est la seule députée franco-ontarienne du Parti progressiste-conservateur. Elle estime qu’il aurait été normal de lui permettre de se prononcer en chambre sur les changements à venir.

Rapidement, le leader parlementaire du gouvernement, Todd Smith, a été envoyé devant la presse pour répliquer. «Premier arrivé, premier servi», a-t-il lancé. «On planifie ces choses plusieurs jours à l’avance et on a appris juste hier soir son désir de parler», a-t-il indiqué. «On connaît l’opinion d’Amanda Simard», a-t-il ajouté.

La chef du NPD, Andrea Horwath, a rejeté du revers de la main cette explication, affirmant que le parti pouvait modifier cette liste sans problème. Nathalie Des Rosiers, du Parti libéral, est du même avis.

 

Amanda Simard réussit à faire entendre sa voix

Malgré l’opposition évidente de sa propre formation politique, Amanda Simard a pu prendre la parole en chambre. Cela s’est fait après de multiples tentatives de sa part d’obtenir l’approbation du président de la chambre, le progressiste-conservateur Rick Nicholls. Une fois debout, elle a raconté avec émotion avoir lutté pour la survie de l’Hôpital Montfort et ne pas comprendre comment les acquis francophones étaient à nouveau mis à mal.

«Assurer le maintient et la vitalité de la francophonie ontarienne ne devrait pas être vu comme une demande démesurée», a-t-elle lancé en chambre.

 

Au terme de l’exercice, Amanda Simard a voté en faveur de la motion du NPD dénonçant les coupes et contre le projet de loi 57 qui les met en pratique. Son vote contre la motion n’a cependant pas été enregistré, car elle ne s’est pas levée au bon moment, selon la procédure parlementaire. Les députés progressistes-conservateurs présents ont ensuite bloqué sa tentative de faire reconnaître son vote en votant contre elle, ont rapporté plusieurs médias.

 

Débat sur la motion néo-démocrate

Dans un effort concerté de dénoncer les coupes francophones, le NPD a présenté une motion pour s’opposer aux coupes francophones du gouvernement progressiste-conservateur.

«Pouvez-vous imaginer la déception d’une jeune francophone qui a travaillé fort et qui aurait voulu faire partie de la première cohorte de l’Université de l’Ontario français», a soutenu la chef du NPD, lors de la présentation de la motion.

Le débat a pris une tournure imprévue lors de l’intervention de Gila Martow.

«J’aimerais qu’on aille à Toronto dans un café où on pourrait parler français», a-t-elle soutenu. La réaction du député néo-démocrate, Gilles Bisson, ne s’est pas faite attendre: «C’est pas un restaurant qu’on veut, c’est une université!».

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !
40+

Étienne Fortin-Gauthier
Étienne Fortin-Gauthier
efgauthier@tfo.org @etiennefg

Étienne Fortin-Gauthier est journaliste depuis une dizaine d’années. Il a collaboré à plusieurs grands médias canadiens et européens, dont La Presse Canadienne, le quotidien La Presse, l’Agence France-Presse et le groupe de presse L’Avenir (Belgique). Il s’est initié aux dossiers de la francophonie canadienne lors d’un séjour au Réseau francophone d’Amérique, qui travaille de près avec les stations radiophoniques francophones en milieu minoritaire. Étienne est diplômé de l’École des affaires publiques et internationales de Glendon, à Toronto, et du programme bidisciplinaire en communication et science politique de l’Université de Montréal.