#Francophonie, #Ontario

Le Voyageur à 50 ans: le défi de l’avenir

Ancienne une du Voyageur

SUDBURY – Le Voyageur célèbre son 50e anniversaire en ce mois de juin. Le journal a joué un rôle névralgique dans le dynamisme de la vie des francophones de Sudbury. L’occasion est belle de revenir sur les grands pans de l’histoire de l’hebdomadaire et ce qui se profile pour l’avenir dans un contexte de crise des médias.

ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER
efgauthier@tfo.org | @etiennefg

Bien souvent, d’une crise naît une opportunité. La mort du journal l’Information de Sudbury en 1968 mettra en place le contexte nécessaire pour la naissance du Voyageur.

Mais les tractations de l’Ordre secret de Jacques-Cartier en est aussi pour beaucoup. L’organe fantôme mythique de l’Ontario français tire les ficelles et ses leaders ne peuvent imaginer que les Franco-Ontariens du Nord ne pourront compter sur un média pour leur donner une voix.

Émile Guy fonde avec plusieurs autres acteurs francophones Le Voyageur en 1968. Les journalistes et autres acteurs qui donnent vie au journal travaillent de manière acharnée, bien souvent bénévolement.

Plus récemment, Le Voyageur lance aussi Tapage, un journal fait par les jeunes pour les jeunes. Son succès dans les écoles du nord est indéniable. Une manière d’accrocher les futurs lecteurs et de partager la passion de la langue française, disent les dirigeants du journal.

Le journal a traversé les époques et survécu aux multiples difficultés qui se sont présentées sur son chemin. Le 24 octobre 1981, un incendie détruit une partie importante de son immeuble. Mais l’équipe en place tient à publier malgré tout un journal. La rentabilité de l’hebdomadaire est difficile à atteindre, tout comme ce sera le cas à plusieurs reprises au fil de son histoire.

Aujourd’hui, Le Voyageur fait face à d’autres défis.

 

Des défis pour Le Voyageur

«En 2000, le nombre de copies tournait autour de 4 000. Aujourd’hui, on est à 13 000, en plus de milliers de copies électroniques consultées», se réjouit Julien Cayouette, directeur de l’information du journal Le Voyageur. Cette popularité s’explique grandement par les partenariats qui ont été conclus avec les conseils scolaires du Nord de la province.

Mais le problème majeur demeure les revenus publicitaires en baisse, comme c’est le cas actuellement dans l’ensemble des médias écrits. «Les hebdos en situation minoritaire n’ont jamais été très prisés par plusieurs gros annonceurs. Sans les partenariats, je ne sais pas où on en serait», renchérit-il.

En fait, la formule actuelle qui permettait aux journaux d’atteindre la rentabilité grâce à la vente de la publicité ne fonctionne plus, dit-il.

«Même si chaque Franco-Ontarien du Nord venait sur notre site internet chaque semaine, ça ne serait pas assez en matière de revenus publicitaires avec les revenus actuels du numérique», affirme Julien Cayouette.

D’autres défis s’ajoutent pour le journal du Nord de la province. Alors que les ressources sont limitées pour embaucher des journalistes, le territoire à couvrir est immense.

«Nous couvrons un territoire qui va de Mattawa jusqu’à Longlac et de Rivière-des-Français jusqu’à Hearst. Ce n’est pas simple de couvrir un si grand territoire et refléter les réalités des dizaines de communautés», affirme M. Cayouette.

L’Internet pourrait constituer une solution pour atteindre le public, mais dans plusieurs villes ce n’est pas une option. «Plusieurs communautés du Nord n’ont toujours pas accès l’internet haute-vitesse. C’est difficile pour le journal d’abandonner sa version papier dans ce contexte, même si le virage internet se poursuit», renchérit-il.

Julien Cayouette n’en démord cependant pas: travailler pour un journal francophone est une chance et il embrasse pleinement le mandat bien unique de son journal dans sa région. «Je suis fier de travailler pour un journal en milieu minoritaire! C’est valorisant», confie-t-il.

 


POUR EN SAVOIR PLUS:

Réjean Grenier et l’art de dire ce que l’on pense 

 

 

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !
2+

Étienne Fortin-Gauthier
Étienne Fortin-Gauthier
efgauthier@tfo.org @etiennefg

Étienne Fortin-Gauthier est journaliste depuis une dizaine d’années. Il a collaboré à plusieurs grands médias canadiens et européens, dont La Presse Canadienne, le quotidien La Presse, l’Agence France-Presse et le groupe de presse L’Avenir (Belgique). Il s’est initié aux dossiers de la francophonie canadienne lors d’un séjour au Réseau francophone d’Amérique, qui travaille de près avec les stations radiophoniques francophones en milieu minoritaire. Étienne est diplômé de l’École des affaires publiques et internationales de Glendon, à Toronto, et du programme bidisciplinaire en communication et science politique de l’Université de Montréal.