Passer au contenu Passer au pied de page

Les aînés francophones attendent beaucoup du scrutin

OTTAWA – Peu importe la nouvelle couleur du gouvernement lundi 19 octobre, la Fédération des aînées et aînés francophones du Canada (FAACF) a déjà fixé ses objectifs.

SÉBASTIEN PIERROZ
spierroz@tfo.org | @SebPierroz

L’organisme représentant 60 000 aînés francophones dans tout le Canada a ciblé des revendications clés tout au long de la campagne. Parmi elles : la nécessité d’améliorer les services en français.

« Dans les territoires en situation minoritaire, les aînés francophones sont éparpillés et confrontés à l’isolement. Il est très difficile pour eux d’obtenir parfois des soins », explique à #ONfr Jean-Luc Racine, directeur général de la FAAFC.

« Dans le cas de ceux atteints de démence ou de la maladie d’Alzheimer, il y a une perte d’usage dans le langue seconde qui est bien souvent l’anglais. Il faut parfois faire plus d’une heure de route afin de bénéficier de services en français. »

La croissance des aînés est telle que les dernières estimations de Statistique Canada, le 1er juillet 2015, montraient une population canadienne de 16,1 % de personnes de plus de 65 ans contre 16 % pour les moins de 14 ans. Un tournant démographique.

Autre cheval de bataille pour la FAACF : un accès plus élargi aux médicaments. « Les programmes provinciaux sur le sujet varient beaucoup d’une province à l’autre », note M. Racine. « Le Canada reste avec les États-Unis l’un des pays où les médicaments sont les plus chers. »

L’organisme attend pour cela la mise en place d’un régime universel d’assurance médicaments au Canada, ou encore un nouveau transfert fédéral pour le soutien et les soins à domicile ainsi que l’appui aux proches aidants.

 

Plateformes

En partenariat avec ses douze organismes membres dans le Canada, la FAACF a passé une bonne partie de la campagne à compiler les engagements des partis politiques sur ces thèmes chers.

Si le groupe se définit avant tout comme « apolitique », refusant d’appuyer dès lors un parti, il n’en demeure pas moins intéressé par certaines positions.

« Sur le soutien et les soins à domicile, trois partis (ndlr, les libéraux, les verts et le NPD) ont proposé des mesures concrètes. »

Le Parti libéral a même donné une réponse chiffrée, s’engageant à investir 3 milliards$ au cours des quatre prochaines années pour améliorer cette offre de service.

Le Parti vert a par ailleurs été le seul à se prononcer favorablement à un régime universel de médicaments. « Le plan national d’assurance médicaments qui, grâce à l’avantage de l’achat en gros, fera effectivement économiser au Canadien 11 milliards $ par année », rapporte la FAACF en guise de citation du parti Elizabeth May.

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !