Passer au contenu Passer au pied de page

Les écoles torontoises ferment leurs portes dès mercredi

Temps de lecture : 4 minutes

TORONTO – Le bureau de santé publique de Toronto emboîte le pas de ses voisins Peel et Guelph, ordonnant la fermeture de toutes les écoles de son territoire. Les élèves basculeront à l’apprentissage à distance dès demain, mercredi, et ce jusqu’au 18 avril, au retour de la semaine de relâche.

Les élèves de Toronto passeront les derniers jours qui les séparent de la semaine de relâche (prévue du 12 au 18 avril) à la maison. La décision est tombée aujourd’hui et prend effet dès demain.

« La propagation de la COVID-19 n’a jamais été aussi grande à Toronto, avec des variants préoccupants augmentant à la fois le risque de transmission et le risque de maladie grave ou de décès », fait valoir, par voie de communiqué, la médecin hygiéniste torontoise, Dre Eileen de Villa. Elle prône « des mesures de santé publique plus strictes pour inverser la flambée d’infection à laquelle la province est actuellement confrontée ».

« Les circonstances actuelles exigent que des décisions difficiles soient prises au niveau local pour protéger tous ceux de nos communautés scolaires, y compris les élèves, les enseignants et le personnel », juge la médecin hygiéniste.

Dre Eileen de Villa, médecin hygiéniste de Toronto. Source : YouTube Ville de Toronto

Cette décision locale prend ainsi le contre-pied du gouvernement et de son ministère de l’Éducation, décidés à ne pas fermer les écoles. En conférence de presse, un peu plus tôt en début d’après-midi, le premier ministre Doug Ford a affirmé que les écoles étaient sécuritaires, indiquant que les contaminations se produisaient dans la communauté, prenant en exemple la flambée qui a suivi les fêtes de Noël.

Les syndicats d’enseignants ne l’entendent pas de cette oreille et continuent de réclamer un environnement plus sécuritaire pour les élèves et le personnel. L’Association des enseignantes et enseignants franco-ontariens (AEFO) estime qu’un retour temporaire à l’apprentissage à distance, bien que loin d’être idéal, s’impose dans les points chauds de la province « pour affronter efficacement cette troisième vague de contamination ».

« Malgré ce qu’ils prétendent depuis un bon nombre de semaines, le gouvernement Ford et le ministre Lecce n’ont pas mis en place des mesures de sécurité adéquates », dénonce la présidente du syndicat, Anne-Vinet Roy. « Ils doivent maintenant faire ce qui s’impose, c’est-à-dire étendre les mesures sanitaires dans les zones d’exposition les plus à risque pour y inclure la fermeture temporaire des écoles dans ces zones.  »

Dans le sillage des régions de Peel et Guelph

Toronto chemine ainsi dans le sillage des autorités de santé publique de la région de Peel qui, elles aussi, ont pris une ordonnance identique en vertu de l’article 22 de la Loi sur la protection et la promotion de la santé de l’Ontario. L’ensemble des élèves de Mississauga, Brampton et Caledon ont connu leur premier jour de retour à l’apprentissage virtuel, ce mardi.

« Cette fermeture permettra aux élèves et au personnel au moins deux semaines hors des écoles de briser les chaînes de transmission et de les protéger de l’exposition », a justifié le Dr Lawrence Loh, médecin hygiéniste de Peel, annulant du même souffle tous les camps de printemps de la relâche scolaire pour les enfants d’âge scolaire.

Dr Lauwrence Loh, médecin hygiéniste de Peel. Source YouTube Ville de Brampton

Pour la région de Wellington-Dufferin-Guelph, l’apprentissage sera effectif demain, en même temps que Toronto. Dans les trois cas de figure, la situation sera réévaluée au retour de semaine de relâche pour déterminer s’il convient de prolonger ou non l’ordonnance.

Les garderies demeurent ouvertes et continueront d’opérer à temps plein pour les enfants d’âge non-scolaire. En revanche, les programmes de garde d’enfants agréés ne seront pas autorisés à offrir des soins aux enfants dont les écoles doivent être fermées en vertu de l’ordonnance, à l’exception des services de garde d’urgence pour ceux qui sont admissibles.

Plusieurs écoles déjà fermées en réalité

Plusieurs écoles, y compris francophones, n’ont pas attendu une telle ordonnance pour fermer et poursuivre l’apprentissage à distance. Pour la seule région de Toronto, près d’une vingtaine d’établissements au total sont actuellement fermés, à l’image de l’École élémentaire catholique Georges-Étienne-Cartier qui a fermé ses portes aujourd’hui.

Une douzaine d’écoles du Conseil scolaire MonAvenir sont actuellement fermées sur l’ensemble de son territoire. On en dénombre quatre du côté du Conseil scolaire Viamonde.

Ces fermetures ne sont pas forcément consécutives à une recommandation de la santé publique mais interviennent alors que le nombre d’enseignants placés en auto-isolement est tel qu’il ne permet plus le déroulement correct des cours, un phénomène qui dépasse les frontières torontoises.

À Hamilton, l’École élémentaire catholique Monseigneur-de-Laval (Hamilton) est ainsi fermée depuis le 31 mars « pour des défis opérationnels en raison du nombre élevé de membres du personnel également en isolement préventif », explique le Conseil scolaire Monavenir qui a pris lui-même la décision de fermer son établissement.

Quelques jours, plus tôt, l’École élémentaire catholique René-Lamoureux avait suivi le même processus pour les mêmes raisons.

De nouvelles restrictions sanitaires demain, selon Doug Ford. Source : Twitter Fordnation

Le premier ministre a laissé entendre, lors de la conférence de presse du jour, que des mesures additionnelles seraient annoncées ce mercredi, à la suite d’une réunion avec le médecin hygiéniste en chef de l’Ontario.

Les médecins hygiénistes de Toronto, Ottawa et Peel ont enjoint le docteur Williams, dans une lettre commune, de décréter un nouvel ordre de rester à domicile pour freiner la troisième vague de COVID-19, responsable aujourd’hui de plus de 3000 nouveaux cas.

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !
0