#Francophonie, #Ontario

Les élections provinciales dans le viseur de l’AFO

Le président de l'Assemblée de la francophonie de l'Ontario (AFO), Carol Jolin. Crédit image: Archives #ONfr

OTTAWA – L’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO) a conclu son rassemblement annuel, le dimanche 29 octobre, en dressant une liste de priorités pour la prochaine année. À moins d’un an des élections provinciales, l’organisme porte-parole des Franco-Ontariens espère que certains dossiers seront déjà réglés d’ici juin prochain.  

BENJAMIN VACHET
bvachet@tfo.org | @BVachet

Projet de loi sur le bilinguisme d’Ottawa, sur l’université de langue française ou encore, révision de la Loi sur les services en français (LSF)… Autant de questions que l’AFO espère que le gouvernement libéral de Kathleen Wynne aura réglées avant même de se lancer dans la prochaine campagne électorale.

«On a passé des messages très clairs aux politiciens. On a demandé que la modernisation de la Loi sur les services en français soit faite avant les prochaines élections, tout comme le projet de loi sur Ottawa, ville bilingue et sur l’université franco-ontarienne», souligne le président de l’AFO, Carol Jolin.

L’institution n’a toujours pas vu le jour, mais les participants à l’assemblée générale annuelle de l’AFO sont déjà prêts à passer à l’étape suivante du projet de création d’une université franco-ontarienne.

L’AFO et ses partenaires, le Regroupement étudiant franco-ontarien (RÉFO) et la Fédération de la jeunesse franco-ontarienne (FESFO), ont été chargés de demander que la communauté récupère la gouvernance des programmes universitaires en français, présentement offerts dans des institutions bilingues, et d’œuvrer à la provincialisation de l’université de l’Ontario français.

«Il n’y a rien de nouveau là-dedans et les universités bilingues sont au courant. On va y aller par étape, mais on n’oublie pas que c’était l’objectif final des États généraux sur le postsecondaire en Ontario français. Ce n’est pas un projet à court terme et il va falloir voir comment on doit procéder et si ça peut se faire. Peut-être aurons-nous besoin d’aller un avis légal pour voir si c’est faisable.»

Le président de l’AFO juge également tout à fait réaliste de voir la LSF modernisée d’ici juin prochain.

«La ministre a annoncé il y a déjà un an qu’il y aurait une modernisation de la LSF. On imagine qu’ils ont déjà avancé sur cette question. Pour notre part, nous allons leur présenter un document qui est la vision de la communauté. On a fait le travail. Pour eux, il s’agit désormais de s’asseoir et de travailler sur les éléments à modifier et je pense que huit mois, c’est suffisant.»

 

Nouveaux livres blancs?

Mais même si ces dossiers sont réglés avant les élections, M. Jolin assure qu’il restera encore bien du travail à faire.

«On veut s’assurer que dans les plateformes de chaque parti, il y ait une vision pour la francophonie ontarienne. On a aussi tous les suivis à faire sur les livres blancs que nous avons déjà publiés sur les médias, les arts et la culture et l’immigration.»

L’AFO prépare une mise à jour de son livre blanc sur la santé, publié en 2014, et a fait des demandes de financement pour en réaliser un sur le vieillissement et un autre sur l’alphabétisation et la formation de base et l’employabilité des Franco-Ontariens. Un autre livre blanc pourrait également voir le jour sur le patrimoine franco-ontarien.

 

Bilan positif

Le président de l’AFO, élu il y a un an, dresse un bilan positif de sa première année passée à la tête de l’organisme.

«J’ai hérité d’une machine très bien rodée, ce qui a facilité mon travail. Je reste fasciné par le nombre de dossiers qu’on a réussi à faire avancer cette année, comme le projet de création d’une université de langue française, par exemple. On se souviendra que, il y a un peu plus de deux ans, la première ministre questionnait le fait qu’on ait vraiment besoin d’un édifice. On a fait une avancée phénoménale, tout comme dans le dossier de la santé avec la création d’un poste de sous-ministre adjoint au ministère de la Santé et des Soins de longue durée chargé de la francophonie. Ce sont des gains extrêmement importants.»


«La barre est haute pour l’année prochaine. Est-ce qu’on va réussir à avoir autant d’avancées pour la francophonie? Je le souhaite. Une chose est certaine, on va y travailler.» – Carol Jolin, président de l’AFO


Le nouveau conseil d’administration de l’AFO. Crédit image: Mathieu Fortin

Lors de son assemblée générale annuelle, l’AFO a renouvelé une partie de son conseil d’administration. Gérard Malo représentera la région Sud-Ouest, Nicole Sauvé les aînés et les retraités, Nathalie Vilgrain les femmes et Julie Mbengi Lutete et Marcel Mukuta Kalala les minorités raciales et ethnoculturelles francophones de l’Ontario (MREF).

Le prochain congrès de l’AFO aura lieu du 26 au 28 octobre 2018, à Toronto.

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !

Benjamin Vachet
Benjamin Vachet
bvachet@tfo.org @BVachet

Originaire de France, Benjamin Vachet vit au Canada depuis plus de douze ans. Titulaire d'un baccalauréat en Administration économique et sociale et d'une maîtrise de journalisme, il a commencé sa carrière en France, avant de la poursuivre au Canada. Il a travaillé pour les hebdomadaires Le Reflet, puis L’Express Ottawa et pour la radio francophone d’Ottawa, Unique FM. Il a rejoint le Groupe Média TFO en 2014. Passionné de politique ontarienne, fédérale et internationale, Benjamin cumule plus de treize années d’expérience en presse écrite, radio et télévision.