Passer au contenu Passer au pied de page

Les enseignants franco-ontariens débrayeront jeudi prochain

Temps de lecture : 3 minutes

TORONTO – Le ton monte de nouveau entre l’Association des enseignantes et des enseignants franco-ontariens (AEFO) et le gouvernement de l’Ontario. Le syndicat francophone aux 12 000 membres annonce une première journée de débrayage pour le jeudi 13 février.

Cette journée de grève se répétera par la suite à chaque semaine. Les dates ultérieures seront choisies dans les jours à venir.

« L’AEFO doit se battre sur plusieurs fronts. D’une part, les conseils scolaires continuent à rejeter du revers de la main les préoccupations des enseignantes et enseignants franco-ontariens. D’autre part, le ministre de l’Éducation, Stephen Lecce, et le premier ministre Ford refusent de maintenir, entre autres, l’investissement pour les élèves à besoins particuliers. On a déjà vu de quelle façon le gouvernement Ford avait saccagé le programme de services destiné aux enfants autistes et à leur famille. Il est déplorable qu’il veuille maintenant s’en prendre à la réussite de nos élèves à besoins particuliers », a fait part le président du syndicat, Rémi Sabourin, dans un communiqué envoyé vers 10h30.

Il s’agit de la première journée de débrayage depuis plus de 20 ans pour l’AEFO.

« C’est déplorable que l’on se retrouve là. On a l’adversaire des conseils scolaires en plus des coupes insensées du gouvernement », précise Rémi Sabourin en entrevue pour ONFR+, quelques minutes après l’annonce.

Cette phase 3, selon l’AEFO, aura pour mission « de faire comprendre au gouvernement et aux conseils scolaires que nous ne pouvons pas nous regarder dans le blanc des yeux indéfiniment ».

La nouvelle étape continue d’inclure la grève du zèle, commencée il y a quelques semaines.

Échec des négociations

Selon le syndicat des enseignants, le round de négociations mercredi et jeudi n’a rien donné de concret.

« On a de la difficulté à avoir plus d’une heure de conversation directe entre les partis. Les différents camps sont campés dans leurs positions. C’est difficile, car le gouvernement avait lancé lui-même des idées sans nous consulter au mois de mars. C’était presque inévitable que l’on se retrouve là, mais maintenant, on est plus convaincu que jamais. »

Les conventions collectives sont échues dans les quatre syndicats enseignants de l’Ontario depuis le 31 août.

Malgré les négociations, aucun d’entre eux n’est parvenu à trouver un accord avec le gouvernement ontarien.

Depuis plusieurs semaines, le ministre de l’Éducation, Stephen Lecce, n’a de cesse de rappeler son souhait de voir les élèves « rester en classe ».

Mouvement social pour l’AEFO

Rémi Sabourin n’hésite pas à faire le parallèle entre les débrayages à venir et les manifestations pour s’opposer aux compressions du gouvernement ontarien dans les services en français.

« On est rendu peut-être au même point que le 1er décembre 2018. Ce n’est pas seulement un mouvement syndical, c’est un mouvement social ! »

Parmi les principaux points de négociations qui bloquent toujours : l’augmentation des salaires des enseignants, la mise en place de l’apprentissage électronique, l’aide aux élèves avec des besoins spéciaux, mais surtout l’augmentation des tailles des classes.

« Ça va limiter les choix de cours, et lorqu’on offre moins de choix de cours, comme les arts, les technologies, les élèves vont peut être aller vers les écoles de langue anglaise. »

La FEÉSO grossit les rangs de la contestation

Jeudi 13 février est aussi le jour choisi par la Fédération des enseignants des écoles secondaires de l’Ontario (FEÉSO) pour enclencher un nouveau débrayage. Le syndicat enseignant anglophone, qui représente aussi le personnel de soutien francophone, annonce une journée de retrait complet des services.

Contrairement au mouvement de l’AEFO qui entraînera un blocage de toutes les écoles, la FEÉSO maintient sa stratégie de grève tournante. « Une approche de nature à faire prendre conscience des enjeux tout en perturbant le moins possible l’apprentissage », selon son président, Harvey Bischof.

« Malheureusement, notre démarche pondérée contraste radicalement avec le flux presque quotidien de déclarations provocatrices et de désinformation de la part du ministre de l’Éducation », déplore-t-il par voie de communiqué.

« Malgré les fausses représentations constantes des enjeux dans l’arène publique effectuées par le ministre, nous sommes disposés à retourner à la table des négociations dès que le gouvernement sera prêt à discuter véritablement et franchement des questions qui tiennent à cœur aux élèves de l’Ontario et à la qualité de leur éducation », a conclu le patron de la FEÉSO.

Un peu plus tôt, au micro d’ONFR+, le secrétaire général de l’organisation, Pierre Côté, évoquait un sentiment d’abandon du personnel francophone de soutien qui travaille dans l’administration ou encore l’accompagnement pédagogique. Un personnel laissé pour compte depuis le début de la crise en éducation, plutôt focalisée sur le sort des enseignants.

2+

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !
2+