#Francophonie, #Ontario

Les Franco-Ontariens perdent leur ministère

Le premier ministre Doug Ford et la ministre déléguée aux Affaires francophones, Caroline Mulroney. Crédit image: #ONfr

TORONTO – Si l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO) applaudit la nomination de Caroline Mulroney comme nouvelle ministre déléguée aux Affaires francophones, ce vendredi, l’organisme porte-parole des Franco-Ontariens regrette la disparition d’un ministère à part entière.

BENJAMIN VACHET
bvachet@tfo.org | @BVachet

Nommée procureure générale de l’Ontario, Mme Mulroney sera également ministre déléguée aux Affaires francophones. Un titre qui ramène les Affaires francophones à l’époque de Madeleine Meilleur, lorsqu’on ne parlait encore que d’un Office des Affaires francophones.

«Nous sommes très satisfaits de la nomination de Mme Mulroney, mais déçus de ce pas en arrière. Nous allons avoir des discussions avec elle et avec le premier ministre Doug Ford pour nous assurer du retour d’un ministère à part entière et autonome», commente le président de l’AFO, Carol Jolin.

Caroline Mulroney, ministre déléguée aux Affaires francophones. Crédit image: #ONfr

La politologue du Collège militaire royal du Canada, Stéphanie Chouinard, plaide la patience.

«Ce n’est pas forcément une mauvaise nouvelle. En fait, tout se jouera dans le budget. Il faut voir quelle sera la signification de ce changement et si cela veut dire qu’il y aura moins de ressources pour les Affaires francophones.»


«Il ne faut pas encore tirer la sonnette d’alarme et attendre de voir ce que ça va signifier concrètement.» – Stéphanie Chouinard, politologue


Le ministère des Affaires francophones avait été créé le 31 juillet 2017 par l’ancien gouvernement libéral de Kathleen Wynne. Une mesure qui avait été jugée électoraliste, à l’époque, par certains, mais qui avait été saluée par l’AFO.

 

L’importance d’un ministère

Dans un courriel à #ONfr, le porte-parole du nouveau gouvernement, Simon Jefferies, explique qu’en vue d’avoir un plus petit cabinet, le premier ministre Doug Ford a décidé de revenir à ce qui se faisait entre 1985 et 2017, assurant que le nouveau gouvernement provincial travaillera main dans la main avec la communauté franco-ontarienne. Il indique que l’Office des Affaires francophones disposera du même nombre d’employés qu’auparavant, alors qu’une hausse du personnel était espérée avec la promesse d’une augmentation du budget du ministère, annoncée en mars dernier.

«Avoir un ministère à part entière garantit d’avoir plus de ressources. On l’a vu avec le ministère des Aînés qui a été majoré de 70 % quand il a été créé», souligne M. Jolin, qui rappelle également que lorsque les libéraux avaient créé le ministre des Affaires francophones, celui-ci n’avait bénéficié d’aucune nouvelle ressource avant le dernier budget.

«C’est important d’avoir un ministère à part entière, car il y a beaucoup de travail à faire avec l’appartenance à l’Organisation internationale de la francophonie ou la modernisation de la Loi sur les services en français.»

 

Nomination saluée

Avant l’assermentation, la députée libérale franco-ontarienne Nathalie Des Rosiers avait simplement indiqué vouloir «des gens de qualité qui nous représentent bien». À l’annonce de la nomination de Mme Mulroney, elle a salué un «bon choix» et dit espérer que «cette dernière aura toutes les ressources pour bien s’assurer de protéger la francophonie ontarienne».

La nomination de Mme Mulroney est une bonne nouvelle pour les Franco-Ontariens, explique Mme Chouinard.

«Ce n’est pas une surprise, mais c’est une bonne nouvelle. C’est une candidate vedette et c’est une députée qui a un poste important au sein du cabinet et qui aura l’oreille du premier ministre.»

Le président de l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario, Carol Jolin. Crédit image: Étienne Ranger
Le président de l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario, Carol Jolin.
Étienne Ranger

Un avis que partage le président de l’AFO.

«Nous avons déjà rencontré Mme Mulroney à plusieurs reprises et avons eu de bonnes discussions avec elle. C’est une députée très en vue, avec un profil élevé, ça va nous aider.»

Le fait que Mme Mulroney occupera également un poste aussi important que celui de procureure générale peut en revanche être une arme à double tranchant, note la politologue.

«Cela signifie qu’elle sera très occupée et devra partager son temps. Mais ça peut aussi être une très bonne nouvelle pour des dossiers comme celui de l’accès à la justice en français. Ça pourrait permettre d’avancer plus rapidement.»

M. Jolin ne s’en inquiète pas.

«Mme Meilleur était elle aussi procureure générale quand elle s’occupait des Affaires francophones et Marie-France Lalonde avait également un ministère important [ministre de la Sécurité communautaire et des Services correctionnels]. Cela ne les a pas empêchées de faire avancer les dossiers. Nous ne sommes pas inquiets de ce côté-là.»

Amanda Simard (au centre) sera adjointe parlementaire à la ministre déléguée aux Affaires francophones. Crédit image: Archives #ONfr

Pour l’aider dans son travail auprès de la communauté franco-ontarienne, Mme Mulroney pourra compter sur la députée franco-ontarienne de Glengarry-Prescott-Russell, Amanda Simard, qui sera son adjointe parlementaire.

 

Travail de sensibilisation

Pour Mme Chouinard, le véritable travail commence pour les Franco-Ontariens.

«Comme à chaque fois qu’il y a un changement de gouvernement, il y a tout un travail de sensibilisation sur le terrain à faire pour créer des liens pas seulement avec la ministre des Affaires francophones, mais aussi avec tous les autres ministres clés, comme à la Santé, à l’Éducation… Mme Mulroney n’a pas une connaissance profonde des dossiers franco-ontariens, mais le français avait une place dans sa campagne à la chefferie progressiste-conservatrice et ce ne sera pas trop ardu de créer des liens avec elle.»

Le président de l’AFO se tient prêt.

«On va leur laisser le temps de s’installer, mais c’est sûr que nous voudrons ensuite les rencontrer. On connaît déjà beaucoup d’entre eux, puisque nous avons toujours parlé aux trois partis politiques. La relation est déjà établie, ils nous connaissent, on va simplement aller plus dans les détails des dossiers et s’assurer de bien répondre à leurs questions.»

Il y aurait quatre personnes au sein du nouveau gouvernement qui seraient capables de s’exprimer en français. Outre Mme Mulroney, Merrillee Fullerton, Peter Bethlenfalvy et Greg Rickford seraient capables de s’exprimer dans la langue de Champlain.

 

Cet article a été mis à jour le vendredi 29 juin 2018 à 15h40.

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !
5+

Benjamin Vachet
Benjamin Vachet
bvachet@tfo.org @BVachet

Originaire de France, Benjamin Vachet vit au Canada depuis plus de douze ans. Titulaire d'un baccalauréat en Administration économique et sociale et d'une maîtrise de journalisme, il a commencé sa carrière en France, avant de la poursuivre au Canada. Il a travaillé pour les hebdomadaires Le Reflet, puis L’Express Ottawa et pour la radio francophone d’Ottawa, Unique FM. Il a rejoint le Groupe Média TFO en 2014. Passionné de politique ontarienne, fédérale et internationale, Benjamin cumule plus de treize années d’expérience en presse écrite, radio et télévision.