Passer au contenu Passer au pied de page

Les francophones veulent compter dans la campagne électorale

OTTAWA – La campagne électorale fédérale est officiellement lancée depuis ce mercredi. Pour les organismes de la francophonie canadienne, ce sera l’occasion de faire entendre leurs priorités et de tenter de se frayer une place dans les programmes des partis fédéraux.

Sans surprise, c’est la modernisation de la Loi sur les langues officielles qui apparaît comme la priorité numéro un de la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada et de ses partenaires.

L’organisme travaille sur le dossier depuis plusieurs mois déjà et a présenté son propre projet de loi, en mars dernier. Le comité sénatorial des langues officielles a lui aussi soumis des recommandations très complètes pour mettre à jour un texte qui n’a pas connu de changements majeurs depuis 1988.

Le président de la FCFA du Canada, Jean Johnson, l’a rappelé à l’occasion du 50e anniversaire de l’entrée en vigueur de la première Loi sur les langues officielles, le 7 septembre 1969.

« Il est important de souligner aujourd’hui cet anniversaire, et de le faire en se rappelant que la Loi sur les langues officielles est une œuvre inachevée. En 2019, le français est loin d’avoir atteint l’égalité avec l’anglais, que ce soit dans l’appareil fédéral, devant les tribunaux ou dans la société. L’histoire de la Loi sur les langues officielles, c’est aussi le récit de cinq décennies d’obligations mal respectées ou mal comprises, quand il ne s’agissait pas d’un manque de volonté politique de faire respecter l’égalité de nos deux langues officielles. »

Le président de la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada, Jean Johnson. Crédit image : Étienne Ranger

L’organisme n’a pas attendu le déclenchement de la campagne électorale pour sensibiliser élus et candidats. Ces dernières semaines, la FCFA a multiplié les rencontres à cet effet auprès de plus de 80 d’entre eux, partout au pays.

La FCFA a également lancé un site internet intitulé Votez langues officielles où les électeurs pourront envoyer des lettres demandant aux candidats de leur circonscription de s’engager à moderniser la Loi sur les langues officielles pour qu’elle soit véritablement respectée.

Les principaux partis politiques fédéraux se sont engagés dans le dossier, mais n’ont pas encore détaillé comment ils envisagent une modernisation.

Immigration francophone

Si ce dossier risque de monopoliser une grande partie de l’attention de la FCFA, d’autres enjeux seront à surveiller lors de la campagne. Alors que les visions diffèrent sur l’immigration, il sera intéressant de voir si les partis politiques se prononcent sur des mesures afin d’accroître l’immigration francophone à l’extérieur du Québec.

Le gouvernement fédéral s’est doté d’une cible de 4,4 % d’immigration francophone hors Québec en 2023. Mais des doutes sont permis quant à l’atteinte de cette cible. La précédente, 4 % d’immigrants économiques d’expression française à l’extérieur du Québec en 2018, n’a jamais été atteinte, restant bloquée à 1,68 %.

Préparer le prochain plan d’action

Les organismes membres de la FCFA auront plusieurs autres enjeux francophones à faire valoir, en santé, en éducation, dans le domaine des arts et de la culture, pour le secteur des femmes ou encore des aînés, pour ne citer qu’eux.

La Fédération culturelle canadienne-française (FCCF) réclame notamment la conception et la mise en œuvre d’un cadre national d’action pour la culture, afin que soit développée « une vision claire et cohérente de ce qui caractérise et distingue le Canada sur les plans artistique et culturel ».

D’autres voient même à encore plus long terme. Alors que le plan d’action pour les langues officielles actuel arrivera à échéance en 2023, la Fédération nationale des conseils scolaires francophones (FNCSF) voudrait que l’éducation se retrouve au cœur de la prochaine mouture, qui sera préparée et dévoilée par le gouvernement qui sera élu le 21 octobre.

Être visible

Mais de manière générale, pour la FCFA comme pour tous les organismes de la francophonie canadienne, le défi de cette campagne électorale sera celui de frayer une place aux communautés francophones dans les débats.

« Aujourd’hui, je demande aux citoyens et aux citoyennes de se tenir debout et de demander que les partis, les candidats et les candidates s’engagent à faire respecter le français comme langue officielle du pays », a déclaré M. Johnson, ce mercredi.

En 2015, beaucoup s’étaient offusqués de l’absence de mention lors du premier débat des chefs en français. Le mot-clic #nouscomptons avait ensuit enflammé les médias sociaux. Cette année, les débats des chefs sont prévus le 7 octobre en anglais, puis le 10 octobre en français.

POUR EN SAVOIR PLUS:

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !