Passer au contenu Passer au pied de page

Les meilleurs moments du Banquet des Franco-Ontariens de Sudbury

Temps de lecture : 4 minutes

SUDBURY – La Journée des Franco-Ontariens ne se limite pas à des célébrations extérieures. Mercredi soir, le traditionnel Banquet des Franco-Ontariens de Sudbury a attiré une centaine de personnes. Retour chronologique sur les moments-clés du « repas francophone » le plus important de l’année dans la ville du nord de la province.

Le Banquet des Franco-Ontariens, c’est quoi au juste ?

Tous les 25 septembre, l’Association canadienne-française de l’Ontario du grand Sudbury (ACFO du grand Sudbury) organise le Banquet des Franco-Ontariens au restaurant Au Pied du rocher du Collège Boréal. Au cours de la soirée, peu après les agapes, le prix de la Francophonie est remis à une personnalité franco-ontarienne de la région de Sudbury qui s’est démarquée.

Crédit image : Sébastien Pierroz

Lyse Lamothe ouvre le bal

On est encore qu’au cocktail lorsque la traditionnelle période d’allocutions commence. Le temps pour la présidente de l’ACFO du grand Sudbury, Lyse Lamothe, de rappeler le but de l’événement. Essentiellement, une collecte de fonds importante pour l’organisme porte-parole des plus de 40 000 francophones de Sudbury.

Crédit image : Sébastien Pierroz

« Non à la négativité », scande Marc Despatie

Deuxième à monter derrière le lutrin pour les discours, Marc Despatie, en tant qu’hôte pour le Collège Boréal, n’y va pas avec le dos de la cuillère. « Ne vous laissez pas avoir par la négativité des médias et des médias sociaux », lance le directeur – Communications, planification stratégique et relations gouvernementales du collège sudburois. « Ça fait 400 ans qu’on est ici chez nous ! La francophonie va bien ! »

Crédit image : Sébastien Pierroz

Présence de nombreux politiciens

De nombreux visages politiques s’étaient glissés parmi les convives. Parmi eux, la députée provinciale de Nickel Belt, France Gélinas, mais aussi l’élu fédéral de Sudbury, Paul Lefebvre. Également aperçus : le député provincial de Sudbury, Jamie West, et le candidat néo-démocrate fédéral dans Nickel Belt, l’artiste Stef Paquette.

Crédit image : Sébastien Pierroz

127 personnes, selon l’ACFO du Grand Sudbury

C’est le chiffre donné par la présidente Lyse Lamothe concernant le nombre d’invités dans la salle du restaurant Au Pied du Rocher. « Il y avait plus de monde au cocktail », a-t-elle fait savoir à ONFR+.

Crédit image : Sébastien Pierroz

L’AFMO représentée

Hasard du calendrier, le Banquet des Franco-Ontariens coïncide cette année avec le congrès de l’Association française des municipalités de l’Ontario (AFMO) tenu pour une fois à Sudbury. Parmi les membres de l’organisme assis aux différentes tables : le directeur général Marc Chénier (à gauche), l’ancien président Claude Bouffard ou encore, l’actuel président et maire de Hearst, Roger Sigouin.

Crédit image : Sébastien Pierroz

Joanne Gervais, une journée riche en émotions

Le matin même, Joanne Gervais, manifestement émue, se trouvait à l’Université de Sudbury, là où son frère décédé en octobre dernier avait contribué au premier lever du drapeau franco-ontarien, en septembre 1975. Le soir même, la directrice générale de l’ACFO du grand Sudbury pose tout sourire en compagnie de Danielle Barbeau-Rodrigue, Yves Pelletier, et Marie-Ève Pépin.

Crédit image : Sébastien Pierroz

Et le vainqueur est… Jean-Marc Aubin

Fin du suspense aux alentours de 20h. Le prix de la Francophonie 2019 est remis à Jean-Marc Aubin. Il succède à Jean-Marc Spencer, lauréat l’an passé. Originaire de Mattawa, l’actuel président du Conseil scolaire public du Grand Nord de l’Ontario (CSPGNO) possède un CV accompli, avec un statut de fondateur du conseil d’administration du Collège Boréal ainsi qu’ancien président de l’Association canadienne-française de l’Ontario (ACFO).

Crédit image : Sébastien Pierroz

« Pour conserver sa langue, il faut la parler »

Jean-Marc Aubin avait promis de ne parler pas plus de cinq minutes derrière le lutrin, il tiendra parole. La voix chevrotante, le militant évoque les droits qui ne sont jamais acquis. « Quand il y a des coupes à faire, le plus facile ce sont les minorités. » M. Aubin exhorte ensuite les francophones à parler le plus souvent possible français à la maison. « Pour conserver sa langue, il faut la parler. »

Crédit image : Sébastien Pierroz

Le temps des félicitations

Alors que les invités quittent la salle, M. Aubin répond aux nombreuses demandes de photos, agrémentées de félicitations. Le vainqueur du Prix de la francophonie pose pour ONFR+ en compagnie de sa fille et de son épouse.

Crédit image : Sébastien Pierroz

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !
1+