#Francophonie, #Ontario

London-Centre-Nord: une circonscription de contrastes

L'ancienne usine Kellogg. Crédit image: Jean-François Morissette

[ONVote2018]

LONDON – Les rues de London-Centre-Nord témoignent des écarts de richesse entre les électeurs de cette circonscription. D’un côté, une usine laissée à l’abandon, de l’autre, de grandes maisons unifamiliales et des espaces verts. C’est aussi dans cette circonscription que se dessine une bataille sans relâche pour remplacer Deb Matthews.

JEAN-FRANÇOIS MORISSETTE
jmorissette@tfo.org | @JFMorissette72

La circonscription, où l’on trouve l’Université Western et l’Hôpital Saint-Joseph, compte 125 360 habitants. Elle est considérée comme un château fort libéral occupé depuis 2003 par la vice-première ministre de l’Ontario, Deb Matthews.

Bien que les libéraux détiennent le siège depuis 15 ans, l’avance détenue par Mme Matthews s’est effritée au cours des années. En 2014, Mme Matthews l’a emporté avec à peine plus de cinq points contre la néo-démocrate, Judy Bryant, alors qu’à l’élection précédente, en 2011, Mme Matthews avait remporté le scrutin par près de 7 000 votes.

Cette fois, la lutte est ouverte entre Kate Graham, candidate pour le Parti libéral de l’Ontario (PLO), Susan Truppe, candidate pour le Parti progressiste-conservateur (Parti PC) de l’Ontario, et Terence Kernaghan, candidat pour le Nouveau Parti démocratique (NPD) de l’Ontario.

Cristine de Clercy, politologue à l’Université Western, souligne que les enjeux socioéconomiques à London, la sixième ville en importance en Ontario, sont nombreux. En 2014, la perte de l’usine Kellogg a créé un trou béant à quelques pas du centre-ville et mis 500 personnes au chômage. D’un autre côté, le renouveau de l’industrie des nouveaux médias de London a changé le profil de la région.

«On retrouve beaucoup de personnes à faible revenu, de personnes âgées, mais aussi beaucoup d’universitaires, ce qui rend cette circonscription unique», souligne Mme de Clercy.


«Si les libéraux sont pour s’accrocher à quelques sièges, London-Centre-Nord pourrait être l’un d’eux, mais ils vont devoir travailler fort pour faire sortir le vote et être chanceux s’ils veulent sauver leur siège.» – Cristine de Clercy, politologue


La politologue croit qu’il est encore bien difficile de prévoir l’issue du vote et estime que London-Centre-Nord sera une circonscription baromètre le soir du 7 juin.

L’Université Western Crédit image: Jean-François Morissette

 

Objectif l’infrastructure, pour les libéraux

Kate Graham est une nouvelle venue en politique. Cette militante libérale de longue date a travaillé dans le domaine du développement économique pour la Ville de London et termine son mémoire en science politique à l’Université Western. Mme Graham a choisi de se lancer en politique afin de «faire entendre sa voix citoyenne», ce qu’elle n’avait pas l’opportunité de faire comme employée à l’Hôtel de Ville.


«L’Ontario se porte bien économiquement, mais London ne performe pas au même niveau. Il faut arrêter de voir les grands projets d’infrastructures se réaliser dans les autres villes, mais pas ici.» – Kate Graham


Mme Graham estime qu’il faut agir afin d’offrir «les mêmes opportunités» aux résidents de London qu’ailleurs en Ontario.

Elle juge que les propositions faites par le gouvernement de Kathleen Wynne, comme l’augmentation du salaire minimum à 15 $ de l’heure et la création de garderies gratuites pour les enfants de 2 ans et demi à la maternelle, sont des mesures qui peuvent justement soulager les Londoniens.

Kate Graham, candidate pour le Parti libéral de l’Ontario (PLO). Crédit image: Jean-François Morissette

Selon Mme de Clercy, l’inexpérience politique de Mme Graham, en tant que politicienne, pourrait lui nuire le soir du scrutin. La politologue rappelle que Mme Matthews était capable «de rallier les électeurs, autant les progressistes-conservateurs que les néo-démocrates». Elle n’est pas convaincue que Mme Graham sera capable de faire de même.

 

Le Parti PC s’engage en santé

Susan Truppe est l’ancienne députée fédérale de la circonscription du même nom. Dans sa carrière à Ottawa, Mme Truppe a été secrétaire parlementaire pour la Condition féminine.

Mme Truppe a choisi de se relancer en politique au sein du Parti PC afin de mettre fin à la «mauvaise gestion des fonds publics» par le gouvernement Wynne.

Si elle est élue, elle rappelle l’engagement de son parti à «mettre fin» à la médecine de couloir, un grand enjeu de cette circonscription.


«On dirait que nous sommes dans un pays du tiers monde, ça ne devrait pas être le cas en Ontario.» – Susan Truppe


Durant la course à la direction du Parti PC, Mme Truppe avait appuyé Caroline Mulroney. Aujourd’hui, elle doit défendre les politiques de M. Ford, mais elle ne croit pas que ça soit problématique.

«J’ai énormément de respect pour lui et son expérience d’entrepreneur. On ne peut pas le comparer à son défunt frère, Rob Ford. Doug et Rob ne sont pas la même personne», martèle-t-elle.

Pour elle, son rôle de députée sera d’être à l’écoute et elle entend, si elle est élue, avoir une «politique de la porte ouverte» pour ses constituants. Tout comme son chef, elle distribue son numéro de téléphone portable à ses électeurs.

Susan Truppe, candidate pour le Parti progressiste-conservateur (Parti PC) de l’Ontario. Crédit image: Jean-François Morissette

Cristine de Clercy se souvient de son mandat comme députée fédérale. Selon elle, si elle est élue, elle devra travailler fort pour s’imposer comme une remplaçante crédible à Deb Matthews.

 

Une alternative aux «vieux partis», assure le NPD

Terence Kernaghan est un professeur d’école élémentaire. Fils d’un chroniqueur sportif bien connu pour le journal London Free Press, M. Kernaghan en est à sa première expérience comme candidat. Il a choisi de mettre son nom de l’avant «afin d’aider son prochain».


«Nous avons un gouvernement qui a eu 15 ans pour changer les choses, mais tout ce que les libéraux ont fait est de créer des problèmes.» – Terence Kernaghan


Le candidat néo-démocrate met en garde les électeurs: un vote pour le Parti PC résultera à des coupes «massives» en santé et en éducation, deux enjeux dans la circonscription.

Il estime que le plan avancé par Andrea Horwath est le meilleur pour la circonscription puisqu’il «n’abandonne personne».

Terence Kernaghan, candidat pour le Nouveau Parti démocratique (NPD) de l’Ontario. Crédit image: Jean-François Morissette

Cristine de Clercy note que le NPD a toujours eu un problème de notoriété dans cette circonscription à cause du profil de la région qui ne compte pas plus d’usines.

«Les libéraux ont tendance à mettre beaucoup de ressources pour conserver cette circonscription, alors qu’avec ses moyens plus limités, le NPD a tendance à investir son temps dans l’Ouest de la ville pour conserver le siège de Peggy Sattler (députée de London-Ouest)», note la politologue.

Dans le cas de M. Kernaghan, elle note que bien qu’il ait un profil «très néo-démocrate», il n’a pas la même notoriété que Mme Graham et Mme Truppe.

 

Et les francophones dans tout ça?

Le profil varié de la circonscription et la dispersion géographique des quelque 8 000 francophones de la ville de London rendent leur poids politique moins fort, explique Jean-Pierre Cantin, directeur général du Centre communautaire de London.

Selon lui, le défi reste toujours de se faire entendre étant donné que les francophones ne sont pas concentrés dans une seule circonscription.

Sans se prononcer sur l’issue du vote, il espère que la ou le candidat élu(e) sera ouvert(e) aux enjeux de la francophonie, comme les services de santé en français et les garderies dans la langue de Molière.

 


PROFIL DE LA CIRCONSCRIPTION*:

Population: 125 362

Revenu total moyen: 45 271 $ (Moyenne provinciale: 47 915 $)

Proportion de francophones: 1,6%  

Historique de circonscription Gouvernement Député Parti
London-Nord
1988-1990 Peterson (L) Dianne Cunningham PC
1990-1995 Rae (NPD) Dianne Cunningham PC
1995-1999 Harris (PC) Dianne Cunningham PC
London-Centre-Nord
1999-2003 Harris (PC) Dianne Cunningham PC
2003-2007 McGuinty (L) Deb Matthews L
2007-2011 McGuinty (L) Deb Matthews L
2011-2014 McGuinty (L) Deb Matthews L
2014-2018 Wynne (L) Deb Matthews L

Notes: L = Parti libéral, NPD = Nouveau Parti démocratique, et PC = Parti progressiste-conservateur

La carte représente le découpage territorial de la circonscription de London-Centre-Nord, et des rues qui traversent la circonscription. Au Nord, on peut voir la circonscription de Lambton-Kent-Middlesex, au Sud les circonscriptions de London-Ouest et London-Fanshawe.
Le découpage territorial de la circonscription. Crédit image: Election Ontario

* Informations obtenues selon le recensement de Statistique Canada en 2016

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !

Jean-François Morissette
Jean-François Morissette
jmorissette@tfo.org @jfmorissette72

Jean-François Morissette est un diplômé des programmes de sciences politiques et de journalisme de l’Université Laval, à Québec. Il a évolué au sein de plusieurs médias, dont le journal provincial L’Étoile, qui couvre les dossiers de la communauté francophone du Nouveau-Brunswick. Il a aussi collaboré avec Le Journal de Québec et la Quête. Il couvre le parlement ontarien pour #ONfr.