Passer au contenu Passer au pied de page

Manifestations du 1er décembre : ce jour où les francophones se sont levés contre Ford

Temps de lecture : 5 minutes

Il y a un an jour pour jour, près de 15 000 personnes bravaient le froid pour dire non aux coupes de Doug Ford. Une véritable marée aux couleurs du drapeau franco-ontarien perceptible dans les nombreux rassemblements en Ontario, mais aussi dans les autres provinces. 12 mois plus tard, rencontres avec cinq francophones, pas forcément des leaders d’organismes, qui ont participé à leur manière à ce jour historique.

1er décembre 2018 devant l’hôtel de ville d’Ottawa. L’Ontario traverse depuis 15 jours sa pire crise linguistique depuis celle de l’Hôpital Montfort.

Mathieu Otis est l’un des premiers manifestants à faire son apparition devant la scène. On parie alors sur des centaines de francophones attendus pour crier leur colère contre le gouvernement ontarien. Motif : l’annulation du projet de l’Université de l’Ontario français (UOF) et la suppression du poste du commissaire aux services en français, François Boileau, annoncées le 15 novembre.

Au plus fort de l’événement, ils seront au total 5 000 au centre-ville d’Ottawa, et environ 15 000 partout au Canada. Bien plus au final que les 10 000 du grand rassemblement contre la fermeture de l’Hôpital Montfort le 22 mars 1997.

« J’y suis allé avec ma femme et trois amis. Il y avait même une collègue anglophone de ma femme. Je garde le souvenir d’une ambiance joviale avec beaucoup de bonne humeur. Les gens étaient contents d’être là et positifs. Ça a réveillé les gens sur leurs origines », résume M. Otis, un an après.

Le résident Mathieu Otis en famille à la manifestation, le 1er décembre 2018. Gracieuseté : Mathieu Otis

Un instant mémorable de ces deux heures de manifestation ? Mathieu Otis hésite. « Peut-être le moment où Trevor Stewart du Front franco-ontarien a pris la parole sur scène. Il a enflammé la foule ! »

Sur l’estrade, ils sont des dizaines de leaders à se relayer cinq minutes montre en main pour galvaniser la foule, et surtout s’opposer aux coupes du gouvernement ontarien. Parmi eux : Carol Jolin, président de l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO), l’avocat Ronald Caza, mais aussi des élus de tout bord, incluant même la députée fédérale conservatrice Sylvie Boucher.

D’origine burundaise et installé au Canada depuis 11 ans, Apollinaire Yengayenge n’a pas tout de suite compris les compressions aux services en français du gouvernement ontarien.

« J’ai réalisé que finalement, le Canada dans lequel j’avais choisi de vivre est un pays fragile, bien que ce soit un pays pacifique. J’ai voulu défendre les droits des minorités, considérant que j’ai quitté un pays où les minorités n’avaient pas de place. »

Ce 1er décembre 2018 à Ottawa, M. Yengayenge est en charge de « faire respecter l’ordre et la sécurité » pour le comité organisateur.

« J’en garde une image d’unité et de liesse. La veille, l’Assemblée nationale du Québec avait hissé pour la première fois le drapeau franco-ontarien. »

La manifestation à Ottawa. Archives ONFR+

Pendant ce temps, à des centaines de kilomètres plus au Nord, Sudbury n’est pas en reste. Christine Pagé, enseignante à l’École secondaire catholique l’Horizon, a choisi « naturellement » de se déplacer pour l’événement. « Il fallait donner un modèle pour mes enfants et mes élèves. »

Sur place, c’est la surprise pour elle. Près d’un millier de personnes ont répondu à l’appel pour manifester.

« Il y avait des gens de tous les âges, mes parents qui ont dans la soixantaine sont venus aussi. On dit souvent que les manifestations, dans l’histoire, se déroulent sous l’impulsion des jeunes et des universitaires, mais là ce n’était pas le cas ! »

Des manifestations préparées en urgence

Toutes les villes du Nord ne possèdent pas l’historique francophone de Sudbury quand il s’agit d’évoquer les Franco-Ontariens. Mais d’autres villages plus lointains ont aussi fait le choix de se rassembler ce samedi 1er décembre.

À Marathon, Marisa Leclerc, mégaphone en main, mène les 80 participants de l’hôtel de ville jusqu’à l’École secondaire Cité-Supérieure.

« Ça a bien duré une heure et demie. Les enfants chantaient avec le mégaphone, on jouait les chansons comme Notre place ou Mon beau drapeau. »

Durant les jours qui ont précédé, cette manifestation a été préparée à la hâte par Marisa Leclerc. Elle voulait tout d’abord se rendre à Thunder Bay, mais les trois heures de routes ne facilitaient pas le projet.

« J’ai contacté l’Association des francophones du Nord-Ouest de l’Ontario (AFNOO) à Thunder Bay qui m’a envoyé une boite avec un mégaphone, des affiches et des foulards. »

La manifestation du côté de Kingston. Source : Facebook ACFO Mille-Iles

Même enthousiasme du côté de Kingston, où Éric Galerneau se souvient très bien de cette journée désormais historique.

« J’y suis allé avec ma femme et mes trois enfants. Nous sommes très impliqués au sein de la communauté. Il y avait eu certes les coupures aux services en français, mais du côté de Kingston, on sentait que cette manifestation était une bonne idée sur la lancée de l’annonce pour l’ouverture de l’école secondaire francophone et du dixième anniversaire de la désignation de Kingston en vertu de la Loi sur les services en français. »

Et de poursuivre : « J’ai beaucoup aimé les étudiants du secondaire avec leurs affiches, qui étaient vraiment impliqués dans cette journée-là. C’est toujours bien de voir les jeunes se prendre en main, et faire valoir leur voix pour le futur. »

Meilleure conscientisation, mais « choses demeurées les mêmes »

Un an après, cette manifestation était-elle utile ? « C’est une question difficile », tranche Christine Pagé de Sudbury. « Je pense que les choses sont demeurées les mêmes. Par exemple, au niveau provincial, avec la réforme de l’Éducation qui se traduit par moins d’enseignants, je crains qu’il y aura moins de cours offerts dans les écoles francophones, et ce sera donc une perte. »

Satisfaction cependant pour l’enseignante : la « conscientisation » des francophones. « Je trouve que les élèves réalisent mieux l’importance de continuer à parler en français. Je souhaite qu’ils continuent à être fiers. »

Des manifestants à Sudbury. Archives ONFR+

Un son de cloche semblable du côté de Marathon.

« Durant la dernière année, le comité des parents de L’École catholique Val-des-Bois a organisé des activités variées comme une soirée de cinéma en français ou un Festival du livre de la 6e à la 8e année. On a fait tous un grand effort », précise Marisa Leclerc.

La jeune enseignante suit toujours les actualités à Queen’s Park, même depuis Marathon qui n’est pas la porte à côté.

« Je sais que sur le Commissariat aux services en français, on est encore assujetti au pouvoir de l’ombudsman, par contre ce que j’ai vu sur l’Université de l’Ontario français m’a plu. »

Une référence directe au protocole d’entente pour le financement de l’UOF parachevé entre les gouvernements fédéral et provincial, le 7 septembre dernier. Une signature qui officialisait la renaissance pleine et entière du projet.

Mais les pas en avant de l’équipe de la ministre des Affaires francophones de l’Ontario, Caroline Mulroney, ne convainquent pas encore.

« Avec le gouvernement que l’on a, il faut toujours en faire plus. Je ne dirais pas que le gouvernement est à l’écoute de la population », analyse Éric Galarneau de Kingston.

« Les manifestations ont marqué le mécontentement des gens devant l’hypocrisie du gouvernement », décoche Apollinaire Yengayenge. « On ne sait pas l’impact de toutes les coupes qui ont été faites. Le ministère de l’Immigration a été coupé, de même des programmes d’intégration des nouveaux arrivants. Avec Doug Ford, le ministère de l’Immigration est devenu un bureau de service. »

« Un momentum comme cela était difficile à poursuivre », estime pour sa part Mathieu Otis d’Ottawa. « Mais oui, ça a été utile. Les politiciens ont compris qu’on existait. »

POUR EN SAVOIR PLUS:

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !