#Francophonie, #Ontario

Mulroney offre un poste d’adjoint à Boileau. «C’est sérieux?», réplique-t-il.

François Boileau, commissaire aux services en français, en discussion avec Arnaud Baudry, co-président de l'association FrancoQueer. Crédit image: Rozenn Nicolle

TORONTO – Dans une tentative de calmer le jeu, Caroline Mulroney semble reculer sur le renvoi pur et simple de François Boileau. Son poste sera éliminé, le Commissariat aux services en français aussi, mais il pourrait devenir l’adjoint à l’Ombusdman, a affirmé la ministre déléguée aux Affaires francophones. François Boileau se dit surpris de la tournure des événements. 

ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER
efgauthier@tfo.org | @etiennefg

«Un poste d’Ombudsman adjoint à Paul Dubé sera créé et ce sera à François Boileau de choisir, de prendre sa décision, de dire s’il veut prendre ce poste-là», a-t-elle révélé dans un rencontre improvisée avec la presse, au terme d’une période de questions à Queen’s Park, marquée par les coupes faites aux francophones.

Il s’agit-là d’un changement de cap pour le gouvernement, car lors de l’énoncé économique, jeudi dernier, les représentants du gouvernement Ford avaient été clairs: François Boileau allait devoir partir.

S’il reste, alors où est l’économie tant recherchée par le gouvernement? Mme Mulroney a affirmé que le Commissariat aux services en français coûtait trop cher. «Il y aura des économies d’échelle bien sûr. Le budget du Commissariat a quadruplé depuis qu’il est devenu indépendant. Il y aura beaucoup d’économies qui pourront se réaliser», a-t-elle affirmé.

Caroline Mulroney affirme qu’il est faux de prétendre qu’il y aura des changements majeurs avec cette élimination du Commissariat aux services en français. «Le travail important du commissaire, c’est de recevoir les plaintes, de proposer des recommandations et de s’assurer à ce que le gouvernement prenne des actions. Ce travail-là, le droit des protections linguistiques, va continuer au sein du bureau de l’Ombudsman», a-t-elle soutenu. «Mais le plus important pour les Franco-Ontariens, c’est de savoir que la surveillance va demeurer indépendante», a-t-elle poursuivi.

La ministre déléguée aux Affaires francophones en a profité pour attaquer ceux qui dénoncent ce geste, notamment au Québec. «Les gens essayent de prendre avantage d’une décision où le commissariat dans son entièreté est transféré dans une autre entité et utilisera cela pour créer de la division», a-t-elle répliqué.

 

La réponse de François Boileau

Le Commissaire aux services en français se dit «estomaqué» par la tournure des événements. «Est-ce que c’est sérieux?», réplique-t-il. C’est sur Twitter qu’il a appris l’offre de la ministre. «On ne m’a jamais donné d’indication que j’allais pouvoir rester. L’intention du législateur est d’éliminer le poste. Je ne suis pas un employé du commissariat, je suis un commissaire», affirme François Boileau, en entrevue avec #ONfr.

Et selon lui, Caroline Mulroney ne peut même pas faire une telle offre. «C’est à Paul Dubé de faire ce choix-là. C’est étrange que le gouvernement aille dans les pattes d’un officier indépendant comme l’Ombudsman pour le choix de son équipe», réplique-t-il.

Il affirme qu’il trouverait «étrange» d’accepter un poste d’Ombudsman adjoint. Accepterait-il le poste si on lui offrait? «Je trouverais ça étrange», laisse-t-il tomber. «Je ne serai pas adjoint de Paul Dubé. Je ne serai pas Ombudsman adjoint», tranche-t-il.

 

L’opposition attaque

Guy Bourgouin, critique néo-démocrate en matière de francophonie, ne comprend pas vers où s’en va le gouvernement. «Où est l’économie!?», s’est-il questionné suite aux récents changement de cap de la ministre des Affaires francophones. Pour lui, il n’y a pas de doute: le gouvernement est en train de créer une crise pour diviser les Ontariens francophones et les Ontariens anglophones.

Les libéraux affirment que le gouvernement de Doug Ford a pris une décision qui va à l’encontre de la Constitution canadienne.

«On ne peut pas changer les droits de minorités linguistiques sans se préoccuper de deux choses. D’abord, le gouvernement doit regarder l’impact d’une telle décision. Puis, il doit consulter la communauté avant de faire une modification aussi majeure au sein de la Loi sur les services en français», a soutenu la députée libérale Nathalie Des Rosiers.

«Les services ne seront pas les mêmes. Le commissaire était aussi un promoteur de la francophonie. Il y a une perte. On noie l’aspect francophone dans un grand organisme. Ce n’est pas vrai que l’Ombudsman aura le même impact au niveau symbolique ou à un accès continu à des données et d’éducation pour les francophones», a-t-elle renchéri.

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !
3+

Étienne Fortin-Gauthier
Étienne Fortin-Gauthier
efgauthier@tfo.org @etiennefg

Étienne Fortin-Gauthier est journaliste depuis une dizaine d’années. Il a collaboré à plusieurs grands médias canadiens et européens, dont La Presse Canadienne, le quotidien La Presse, l’Agence France-Presse et le groupe de presse L’Avenir (Belgique). Il s’est initié aux dossiers de la francophonie canadienne lors d’un séjour au Réseau francophone d’Amérique, qui travaille de près avec les stations radiophoniques francophones en milieu minoritaire. Étienne est diplômé de l’École des affaires publiques et internationales de Glendon, à Toronto, et du programme bidisciplinaire en communication et science politique de l’Université de Montréal.