#Francophonie, #Ontario

Nouveau corridor touristique francophone virtuel

TORONTO – Le corridor patrimonial, culturel et touristique francophone pancanadien promis par le gouvernement fédéral voit finalement le jour. Plutôt qu’un circuit touristique physique et délimité de panneaux d’un bout à l’autre du pays, il a été choisi de lui donner naissance de façon virtuelle sur une nouvelle plateforme en ligne. 

ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER
efgauthier@tfo.org | @etiennefg

Patrimoine canadien a injecté 2,4 millions de dollars dans le projet développé par le Réseau de développement économique et d’employabilité (RDÉE) Canada. Cette somme a été dédiée à développer la nouvelle plateforme en ligne, à identifier les organisations touristiques qui peuvent offrir des services en français au pays et à développer une nouvelle signalétique qui permettra aux touristes de connaître le niveau de services en français offerts.

Alain Brosius, directeur des projets touristiques au RDÉE Canada, a dirigé le développement du corridor. Il estime que le montant nécessaire pour donner vie à l’initiative n’est pas exagéré.

«Pour un projet de cette amplitude, 2,4 millions, c’est le minimum du minimum. C’est un projet très complexe, basé sur beaucoup de mobilisations et de démarches», insiste-t-il.

Pour le grand public, le corridor patrimonial, culturel et touristique francophone est surtout un site internet où il pourra développer son propre circuit touristique en choisissant les activités qu’il désire faire et les lieux qu’il désire visiter. La plateforme peut être visitée à l’adresse suivante: www.corridorcanada.ca

Le directeur des projets touristiques au RDÉE Canada, Alain Brosius. Crédit image: Archives #ONfr

«C’est une nouvelle génération de site web, adaptée pour les téléphones et les tablettes. Le voyageur va lui-même concevoir son circuit avec comme thématique la francophonie», explique Alain Brosius.

Contrairement à la Route Champlain qui est en train de voir le jour en Ontario, le corridor patrimonial n’aura donc pas de circuit déterminé. Pas non plus de panneaux le long des routes.

Comment le touriste à la recherche de produits francophones peut-il être sûr qu’il recevra les services en français promis par la plateforme? «Les organismes participants se sont engagés avec un contrat. Le professionnel qui dit appliquer un niveau de service, s’il ne le fait pas, il prend un très grand risque. Le voyageur pourrait le critiquer ensuite sur les réseaux sociaux», selon M. Brosius.

M. Brosius affirme qu’il est difficile de chiffrer les retombées espérées de cette initiative. Il ne souhaite pas non plus s’avancer sur le nombre de touristes qui visiteront la plateforme au cours des prochains mois. «On n’a pas d’objectif précis, ça ne marche pas comme ça. On travaille sur l’aspect marketing, il faudra voir comment la plateforme sera accueillie», dit-il.

 

Un outil de promotion de la francophonie, selon Joly

La ministre du Patrimoine canadien, Mélanie Joly, estime que le nouveau circuit touristique aura des retombées sur le dynamisme des communautés francophones du pays. «Le corridor est l’un des projets phares que nous avons mis de l’avant pour promouvoir la francophonie canadienne dans le cadre de Canada 150. Il constitue un legs majeur pour les francophones et francophiles du Canada», affirme-t-elle.

La ministre du Patrimoine canadien, Mélanie Joly. Crédit photo: Benjamin Vachet

La plateforme en ligne serait, selon elle, un outil original pour promouvoir la francophonie du pays. «C’est une façon novatrice de présenter la francophonie canadienne au reste du monde», a-t-elle fait savoir. Il a été impossible pour #ONfr de discuter avec la principale intéressée, malgré une demande faite en ce sens, en marge du dévoilement du nouveau circuit touristique.

Dans une vidéo publiée en ligne, la ministre ainsi que la députée d’Ottawa-Vanier, Mona Fortier, ont vanté le nouveau corridor. «Partout au pays, les communautés francophones et acadiennes ont beaucoup à vous offrir, venez les découvrir»,  a soutenu Mme Fortier.

Le corridor sera pleinement opérationnel en français et en anglais, dès le 1er avril 2018. Le RDÉE Canada affirme lancer le nouvel outil maintenant pour pouvoir se positionner auprès des touristes qui sont à préparer leurs vacances estivales dès maintenant.

 

Trois circuits touristiques francophones distincts

Pas moins de trois circuits touristiques francophones sont en train d’être développés depuis quelques années au pays. L’un est d’envergure nord-américaine, l’autre couvre le Canada, alors que le dernier s’étend dans une portion de l’Ontario.

  • Corridor patrimonial, culturel et touristique francophone: projet mené de manière nationale et financé par le gouvernement fédéral. Voyez les détails ci-haut.
  • La Route de Champlain: l’initiative du gouvernement ontarien, développée par le Société Économique de l’Ontario (SÉO), doit permettre la naissance d’une route touristique qui suit le parcours emprunté par l’explorateur français Samuel de Champlain. Le circuit qui suit le réseau routier tentera d’être le plus fidèle possible à la route historique qui suit le tracé du parcours emprunté par Samuel de Champlain par les voies navigables.
  • Circuit touristique des grandes villes francophones en Amérique du Nord: le Réseau, qui regroupe 120 municipalités attachées au français, travaille à la naissance d’un circuit touristique permettant de rendre visible la présence francophone dans les Amériques. Les villes francophones devraient mettre en valeur leur patrimoine francophone, ce qui permettra de tisser de nouveaux liens entre des villes qui ont des populations francophones.

 


Pour en savoir plus:

2,4 millions $ pour le circuit touristique francophone canadien

Contexte politique favorable au tourisme francophone 

Nouveau circuit touristique francophone en Ontario 

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !

Étienne Fortin-Gauthier
Étienne Fortin-Gauthier
efgauthier@tfo.org @etiennefg

Étienne Fortin-Gauthier est journaliste depuis une dizaine d’années. Il a collaboré à plusieurs grands médias canadiens et européens, dont La Presse Canadienne, le quotidien La Presse, l’Agence France-Presse et le groupe de presse L’Avenir (Belgique). Il s’est initié aux dossiers de la francophonie canadienne lors d’un séjour au Réseau francophone d’Amérique, qui travaille de près avec les stations radiophoniques francophones en milieu minoritaire. Étienne est diplômé de l’École des affaires publiques et internationales de Glendon, à Toronto, et du programme bidisciplinaire en communication et science politique de l’Université de Montréal.